RÉTRO RIXENSART

  • 1508 | La Fresnaye

    Ferme La Fresnaye à Genval.jpg

    La cense de l’Hesse, rebaptisée 'de l’abbé Stouffs’ et ensuite 'La Fresnaye' est aujourd’hui habitation privée, écrivirent Colette Pinson et Roger Ghyssens (Cercle d'Histoire de Rixensart) en 1996 (1).

    __________
    (XVI) PINSON Colette et GHYSSENS Roger, in E.C.H.A.R.P., Entente des Cercles d’Histoire et d’Archéologie du Roman Païs, Le patrimoine rural du Brabant wallon, Centre Culturel du Brabant wallon, Court-Saint-Etienne, 1996

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1486 à 1507 | Genval libérée !

    Avant-propos

    L'avant-garde de la '2nd Armored Division US' arriva à Genval le 4 septembre 1944 dans l'après-midi. Elle poursuivit sa progression via la Manteline vers Bourgeois, pourchassant les Allemands, en retraite.

    Venant de la Place communale, l’arrivée du gros de la 2ème Division blindée des Etats-Unis fut fixée sur pellicule à hauteur de l’avenue Gevaert, où une foule en liesse l’accueilla le 7 septembre. Les GI's furent également photographiés rue de la Station, rue de Rosières, sur le pont au-dessus du chemin de fer. Ensuite, les colonnes militaires poursuivirent leur progression vers le lac de Genval et la rue de La Hulpe.

    J'édite et commente ce reportage inédit découvert dans le patrimoine iconographique de la famille Lannoye. Les Archives de l’Etat à Louvain-la-Neuve en seront les dépositaires.

    Afin de contextualiser ce reportage, je publie un dossier retraçant chronologiquement les événements du débarquement sur les plages de Normandie en juin 1944 à la libération de Genval et Rixensart en septembre 1944 : « Genval libérée ! du débarquement à la libération ». L’accent est mis sur les acteurs de cet épisode de la Seconde Guerre mondiale : l’Armée Secrète au QG de Rosières, l’avancée de la 2ème Division blindée US, la retraite de la Schwere SS-Panzer-Abteilung 102, la libération du Brabant wallon.

    Mes remerciements vont à toutes les sources citées qui, « à l’écoute des témoins, deviennent témoin à leur tour » (Elie Wiesel), et en particulier à Roger Ghyssens du Cercle d’Histoire de Rixensart qui, en 1994, publia une série d’articles à l’occasion du « 50ème Anniversaire de la Libération », mais également à Pierre van Haute-Pire, ambassadeur honoraire qui, dans son essai « Armée Secrète 1940-1945 », met en exergue le courage de la Résistance en Belgique.

    Eric de SÉJOURNET

     

    Genval libérée !

    Premiers extraits ...   

    genval,libération 1944,1940-1945

    1491 | "On fait à nos libérateurs un accueil enthousiaste, on leur jette des fleurs, des fruits, des friandises, des douceurs, quand il y en un qui stationne quelques moments on lui offre tout ce qu'on peut, on leur serre la main, les jeunes filles, les enfants les embrassent, on ne se lasse pas de cette joie débordante" (1).

    Venant de l'avenue Gevaert, ce Half-Track M2 arrive à hauteur de la Poste de Genval et tourne dans la rue de la Station. Cette autochenille blindée est armée de l’antique canon anti-char de 37 mm, qui équipait à l’origine le Dodge M6. A cette époque, ce type d’arme était obsolète face au blindage des Tiger.

    Le M2 est ici en configuration tactique, le pare-brise étant protégé par un volet blindé abaissé doté de deux sabords de vision, dont un occulté par du matériel. Le véhicule est marqué sur le capot d’une étoile blanche à cinq branches. A l’avant une plaque frontale à volets blindés protège le radiateur. Quant au pare-chocs avant, il est doté d'un rouleau de franchissement, aidant le véhicule à s'extraire de terrains difficiles..

    __________
    (1) GHYSSENS Roger, 50ème Anniversaire de la Libération, Cercle d’Histoire de Rixensart, 1994

      

    genval,libération 1944,1940-1945

    1493 | Une ambulance Dodge WC54 de l'armée américaine quitte l’avenue Gevaert et entre dans la rue de la Station à Genval. Conformément à la Convention de Genève qui protège les personnels de santé, tous les véhicules des Services de Santé sont signalés par de grandes croix rouges peintes sur fond blanc sur tous les côtés de l’ambulance, ainsi que sur le toit. 

    genval,libération 1944,1940-1945

    1497 | Dès que la colonne de la 2ème Division blindée ralentit ou marque l’arrêt, les Genvalois envahissent la chaussée et se pressent autour des véhicules militaires. Sur cette photographie on reconnaît l’église Saint-Pierre de Maubroux.

    « C’était un spectacle encore jamais vu, un décor inoubliable, des trottoirs regorgent de monde, hommes, femmes et enfants. Des véhicules alliés en tous genres descendaient à la queue leu leu l’avenue Gevaert pour prendre la rue de la Station et ensuite la rue de Rosières. Il y avait là des chars, des camions bourrés de soldats, des jeeps, des bulldozers, etc. etc. C’était un convoi continu et sans fin. La population applaudissait à tout rompre, à chaque arrêt des femmes et des jeunes filles grimpaient sur les chars et les jeeps pour embrasser les soldats », témoigne J. Magné (1).

    __________
    (1) MAYNÉ J., 1944-1994 50ème anniversaire. Souvenirs de 1939-1944, Rixensart, 1994

     

    1944 7 septembre Libération de Genval par l'Armée américaine c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart) 13.jpg

    1498 | Aussi dénommé Apache, ce M4 Sherman Dozer passe, à hauteur de la rue de Rosières, le pont du chemin de fer Luxembourg-Bruxelles. Ce char bulldozer sert à déblayer ruines, objets encombrants, épaves ou à forcer le passage d’une position retranchée. Qui plus est, la lame offre une protection supplémentaire.

    A droite sur la photo, deux résistants armés de l’Armée Secrète montent la garde au pont. Ils portent leur ‘uniforme’, une salopette en toile de jute et un brassard. Encadrés par des militaires de carrière, les membres de cette formation purement militaire sont protégés par la Convention de Genève et ne sont donc pas considérés comme francs-tireurs. 

     

    genval,libération 1944,1940-1945

    1500 | Un char Sherman remonte la rue de Rosières. Les Genvalois pavoisent leur maison.

     

    genval,libération 1944,1940-1945

    1506 | Un Genvalois enthousiaste salue les occupants de cette Jeep à hauteur de la Place Becquevort. A l’arrière-plan on distingue l’église Saint-Pierre de Maubroux.

     

    genval,libération 1944,1940-1945

    1507 | 7 septembre 1944 - Un soldat américain montre sa caméra à un petit Genvalois.

     

    ... Le reportage complet (22 photos) est a découvrir en cliquant ci-après sur 'Lire la suite'. Le dossier thématique consacré à la libération de notre commune est disponible sur Genval libérée ! du débarquement à la libération.

     

    Lire la suite

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1485 | Genval - Vue panoramique

    Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval montage original c Christian Lannoye.jpg

    entre 1927 et 1935 - Splendide vue panoramique de Genval. De gauche à droite : l'avenue des Combattants, la villa d'Auguste Lannoye et son épouse Marie Stévenart, la Perche, l'avenue Gevaert, la rue de Rixensart, la Tour à charbon, l'église Saint-Pierre, le Normandy Hôtel, l'avenue Albert Ier, le Grand Hôtel du Parc (Hôtel Bigaré), la Place Raymond Becquevort, l'Hôtel du Belvédère.

    Photos-légende (cliquez sur les photos pour les agrandir)

    Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 1 c Christian Lannoye - copie.jpg

    Genval Vue panoramique Maubroux Exclusivité Au Cyclamen 20 rue de Rosières Genval partie 2 c Christian Lannoye - copie.jpg

    Collection | LANNOYE Christian Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1484 | Plage de Renipont

    rixensart,renipont

    A la limite de Rixensart, la plage de Renipont (Lasne) offre depuis 1935 ou 1937 un espace de détente, entièrement dédié aux baigneurs. Cet étang articificiel est alimenté « par une source, le trop plein s'en allant dans le ruisseau tout proche. Pas question en principe d'y retrouver des salmonelles, grâce au renouvellement perpétuel de l'eau. Il y a des carpes et des amours blancs qui viennent nettoyer les berges en attrapant les insectes. C'est très naturel ! » (1)

    Témoignages récoltés par Catherine Pleeck (1)

    « C'est en 1935 que mon père a fait creuser l'étang dans ses terres », se souvient André Demeure. « Il aimait la pisciculture et voulait y faire un élevage de poissons ».

    L'espace de trois hectares est rapidement mis en location par les propriétaires. Joseph Wielemans s'occupa de la plage, détaille Max Bourguignon, voisin des lieux depuis toujours. Il n'était pas de la famille des brasseurs, mais bien représentant de la bière Impériale.

    Habitant un peu plus haut que la plage, André Demeure se souvient à ce sujet de la publicité qu'il diffusait par haut-parleur : « La bière Impériale, la bière idéale ». Il y avait une piste de danse. Quand la musique marchait trop fort, mon père téléphonait en demandant que l'on mette un ton plus bas !

    L'étang de Renipont n'était pas le seul espace d'eau dans la région. Il y avait aussi Ohain-les-Bains et son sable fin qui concurrençait la plage herbeuse de Renipont, explique Jacques Mévisse, du Cercle de généalogie et d'histoire de Lasne. Pour les gens d'Ohain, c'était un peu comparer, toutes proportions gardées, Knokke-Le-Zoute à Blankenberge ! Ces deux zones d'eau se sont développées durant l'entre-deux-guerres. Il n'y avait que les bourgeois qui pouvaient se payer la côte belge.

    Durant la guerre, la plage de Renipont connaît son heure de gloire. La côte était occupée par les Allemands, poursuit Jacques Mévisse. Je me souviens que le cousin de mon père s'occupait du rangement des vélos. A l'époque, il y comptait plus de 2.000 vélos, tandems et tridems le dimanche !

    Max Bourguignon poursuit : « Les gens venaient de Bruxelles par le tram qui joignait la place Rouppe à Wavre. Celui-ci était parfois tellement bondé qu'ils devaient rester debout sur les butoirs ». Par après, la plage de Renipont sera louée à une association d'Ixelles, composée d'anciens prisonniers de guerre. Ceux-ci se rendaient dans cet endroit paisible pour se relaxer et pêcher, avant que la plage ne soit vendue en 1972 à une société immobilière, dans l'optique d'y construire un hôtel. Ambition qui n'a jamais été réalisée.

    La réserve de Renipont (2)

    A proximité, il y a la réserve de Renipont, classée le 12 juin 1997 zone humide d'intérêt biologique. Elle couvre un peu poins de 5 hectares et est composée de prairies humides, de mares et de marais. La zone humide abrite la mare didactique de l'Athénée de Rixensart ainsi que trois étangs, un bosquet et les abords de la rivière Lasne. Bien qu'entouré de zones bâties, le site renferme une biodiversité importante y compris diverses espèces remarquables. Il est notamment occupé par le castor d'Europe (Castor fiber), qui s'est installé dans la zone à la suite de sa réintroduction récente en plusieurs points de la Wallonie (2).

    __________

    (1) PLEECK Catherine, Baignade nature à Renipont Renipont-Plage, souvenirs d’antan, in Le Soir 28 août 2004
    (2) Portail Wallonie - La biodiversité en Wallonie | La zone humide de Renipont

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1481 | Villa Clémence

    1902 après Villa Clémence rue du Cerf à Genval © Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart) 4.jpg

    après juillet 1902 - Villa Clémence, rue du Cerf à Genval

    Alors directeur de la Papeterie de La Hulpe (1) Auguste Lannoye épouse le 26 juillet 1902 Marie Stévenart, fille aînée du notaire de la même localité. « Peu de jours après, le jeune couple s'installe non loin de l'usine de La Hulpe dans la haute et sombre bâtisse de la ‘Villa Clémence’, rue du Cerf. Il n'y a pas meilleur témoin de la vie de ce temps-là que Marie Lannoye elle-même », écrit Luc Lannoye, petit-fils d’Auguste et Marie (XXV)(2).

    « Ne trouvant rien de mieux, nous avions loué entre La Hulpe et Genval la lugubre villa ‘Clémence’ aux fenêtres grillagées et sans le moindre confort. Si le bon Dieu ne m'y avait donné 3 enfants (3), les six années que j'y ai passées ne m'auraient laissé que de pénibles souvenirs.

    La petite usine de Genval s'élevait rapidement. Auguste s'y rendait tôt le matin, en revenait à toute heure (4) et parfois bien inquiet. Que de soucis, de nuits sans sommeil. Une rude école de vie pour tous deux. Aussi ai-je senti le besoin de m'accrocher très fort à Dieu. Chaque matin, avant le réveil de mes petits, je courais en tous temps et toutes saisons chercher à l'église de La Hulpe (5) Jésus lui-même qui devait m'éclairer, m'encourager, me fortifier et m'apporter, malgré tout, des heures de si douce joie.

    A sept heures, je me penchais sur les lits ou sur les berceaux où déjà m'attendaient des rires et des pleurs. Vivement la baignade, la toilette, le biberon et tout cela, en temps d'hiver à la lueur d'une lampe à pétrole et devant un petit feu, pendant que mon mari dans son coin vaquait à sa toilette. Ni salle de bain, ni électricité, ni chauffage central. Les journées commençaient et s'achevaient pour nous dans le labeur, la vie difficile, car nous n'étions pas riches.

    A Genval, le capital prêté par mon père s'était enfoncé (6) dans la construction, l'achat des premières machines, le paiement des salaires ... et il fallait vivre avec trois enfants.

    Dieu merci, mon mari n'avait pas de grands besoins et moi j'avais appris à la chère école de ma Maman et d'Elisa à tenir économiquement un ménage et je recourais souvent à leurs sages conseils.

    Certains jours, tout devait passer par mes mains (7) : soins des enfants, cuisine, nettoyages, raccommodages, coupe et couture. Et il fallait encore trouver quelques moments de réflexion et de méditation pour maintenir l'âme aussi active que le corps.

    Marie fut à ce moment une auxiliaire très précieuse pour son mari. Ayant appuyé son initiative auprès de son père, elle comprit parfaitement par la suite les inévitables problèmes d'un début. Lorsque les premières grosses difficultés furent vaincues (8), nous avons pu faire des plans de maison à construire près de l'usine de Genval, sur un terrain où poussait blé, betteraves et pommes de terre. Une partie du sol étant argileux, une équipe de briquetiers y façonnèrent les briques de la construction (9). La maison s'achevait lentement, le bail à la ‘Villa Clémence’ finissait, il fallait déménager ».

    __________
    (1) appartenant au groupe « Union des papeteries » qui comptait plusieurs usines, entre autres à La Hulpe, Saint-Servais et Mont Saint-Guibert.
    (2) LANNOYE Luc, Regards sur la passé, 1978
    (3) Charles 1903, Jean 1906, Anne 1907
    (4) A vélo
    (5) Messe à 6 h. 30.
    (6) D'autant plus « enfoncé » que tout avait dû être construit sur pilotis, à cause du marécage
    (7) Il y avait un aidant, Ernest, qui faisait un peu tout
    (8) En 1910
    (9) Plus économique en raison des transports

     

     RÉTROSPECTIVE   > VILLA CLÉMENCE, aussi la 'No Maujonne'

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1480 | Blanc Mesnil

    1480. Genval Blanc-Mesnil c PATRIX via Christian Lannoye.jpg

    avant 1940 - Le Blanc Mesnil à Genval 

    "De style rustique, le Blanc Mesnil offrait", écrivit Jean Demullander en 1970 (VIII), "parking et piscine-solarium de plein air, accessible durant toute la belle saison, sauf le lundi. Le Blanc Mesnil recèle aussi un bar et une salle de danse, drapés de tentures hautes en couleur. Tapis, cuivres, feu ouvert, fers forgés et éclairages d’ambiance rehaussent cet ensemble".

    genval,blanc mesnil,horeca 

    1.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1479 | La Terrasse de l'Etablissement des Eaux

    La Terrasse de l'Etablissement des Eaux de Genval0.jpg

    1910/1920 - La Terrasse de l’Etablissement des Eaux.

    "En façade, à l'entresol, une galerie court sur toute la longueur de l'aile droite. Elle s’ouvre sur le lac par douze arcades en plein cintre, soutenues par des colonnettes et on y accède par un escalier, toujours en place sur le pignon ouest. Cette coursive, ouverte au vent du lac car à l’époque les arcades ne sont pas vitrées, est qualifiée de terrasse" (II).

     RÉTROSPECTIVE   > TERRASSE DU CHÂTEAU SCHWEPPES, à tous vents

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1474 | Sentier de la Bassette

    rixensart,bourgeois,rue de la bassette

    1910/1925 - Sentier de la Bassette (rue de la Bassette) à Bourgeois, probablement après le croisement avec la voie du tram. Sur la colline de droite, le quartier de Mahiermont à Genval.

     RÉTROSPECTIVE   > SENTIER DE LA BASSETTE, en droite ligne au bassor

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART > De Bazar en Bassette ...

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1473 | Exposition Louis Wilmet

    1932 janvier Exposition Willmet au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles (au fond l'hiver, à droite le printemps) © Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart) 1.jpg

    janvier 1932 - Le Genvalois Louis Wilmet pose devant ses oeuvres exposés au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. Au fond de la salle, les peintures sur le thème de l'Hiver, à droite celles du Printemps.

    Né à Fosse en 1881, écrivain, poète, journaliste, peintre, autodidacte, historien, Louis Wilmet s’installa à Genval en novembre 1924, année de son mariage, en mai, avec Marie-Rose Poncelet, artiste elle-même, originaire de Neufchâteau.

    En 1926, il peignit pour l’église Saint-Pierre de Genval-Maubroux, trois fresques du chœur représentant différents épisodes de la vie de Saint-Pierre. Elles ont aujourd’hui disparu sous un enduit. Louis Wilmet décéda en 1965 (II).

     RÉTROSPECTIVE   > LOUIS WILMET, peintre genvalois

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • ® 1138 | Villa normande

    1138. Villa normande à Genval 1906 c Anne-Marie Delvaux.jpg

    début 20ème siècle - Construit à l'emplacement d'un ancien oppidum néolithique (1), ce bâtiment emblématique du Parc de Genval-lez-Eaux se dénomma successivement le 'Chalet des eaux', 'Villa normande', 'Hôtel de Normandie', puis 'Normandy Hôtel'. Dès 1949, il connut une nouvelle destinée : l'accueil des personnes âgées ('Résidence des Vétérans Coloniaux, également dénommée 'Le Gui' Home des Vétérans Coloniaux ou 'Résidence Stanley', puis la 'Résidence du Lac').

    Au début, s'y installa "le siège administratif de la Compagnie fermière des Eaux minérales de Genval avant de devenir celui de la Compagnie internationale des Eaux minérales, tout en restant sans doute propriété de la société de Genval-lez-Eaux", écrit Roger Ghyssens (II, p. 67).

    genval,parc de genval,normandie,normandy,chalet des eaux,home des vétérans,stanleyLa photo ci-contre montre un "derrick digne des puits de pétrole. A la base de l'armature, apparaît un incontestable dispositif de captage, assortie d'une cuve de stockage où des conducteurs de charrettes viennent remplir des bidons, qui repartiront en caisses vers l'embouteillage sans doute" (II).

    Une publicité à l’effigie du Normandy Hotel vantait au début du 20ème siècle à la fois les « BEAUX TERRAINS A VENDRE AIR PUR Situation idéale à 20 minutes de Bruxelles (Quartier-Léopold) » et « les meilleures Eaux de Table » : ARGENTINE (gazeuse) … 0,25 fr le litre, BONNE-FONTAINE (non gazeuse) … 0,15 fr le 1/3 litre. Ces prix étaient valables « Pour l’Agglomération Bruxelloise », le dépôt se trouvant « à BRUXELLES : 12, rue des Francs ».

     RÉTROSPECTIVE   > NORMANDY HOTEL, tel un paquebot amarré au Parc de Genval-lez-Eaux

     OBJECTIF RIXENSART   > Résidence du Lac

     DOSSIER  Résidence des Vétérans Coloniaux

    __________
    (1) fortification (cfr Cercle d'Histoire de Rixensart)

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1462 | Vue vers le lac

    genval,horeca,rosieres,lac de genval,cafe du lac,terminus hôtel

    vers 1929 - A ce carrefour convergent les rues de La Hulpe (sur Rosières), de Genval (sur Rosières) et la Parklaan (sur Overijse). En A2, l'actuel Café du Lac, qui se situe rue de La Hulpe 161 à Rosières. Et en C2, le Terminus Hôtel. 

    Photo-légende

    genval,horeca,rosieres,lac de genval,cafe du lac,terminus hôtel  genval,horeca,rosieres,lac de genval,cafe du lac,terminus hôtel 

                                                                                                    2010 © Eric de Séjournet

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016