RÉTRO RIXENSART

  • 1569 | Jean Lannoye

    1952 ca Jean Lannoye à son bureau à l'usine PG Genval c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    vers 1952 - Jean Lannoye, administrateur délégué, à son bureau à l'usine des Papeteries de Genval.

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1567 | Hôtel de la Gare

    rixensart,horeca,gare de rixensart,hotel de l'yser

    L'Hôtel de la Gare, plus tard dénommé 'Hôtel de l'Yser'. A cette époque, le photographe apparaissait sur la photo. Ici, en veston clair en B3. En C3, l'ancienne gare de Rixensart.

     

    rixensart,horeca,gare de rixensart2010 © Monique D'haeyere                                          2013 © Eric de Séjournet

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1566 | Panorama pris du Coin Perdu vers Genval

    Bourgeois Coin-Perdu vers Genval c PATRIX via Christian Lannoye.jpg

    vers 1930 - Très belle vue sur la vallée de la Lasne et le Mahiermont. Sur la crête, on distingue l'ancien château d'eau de Genval. 

    Cette photo de panorama « prise du coin perdu vers Genval » nous montre la vue que, voici près de 70 ans, offrait le Mahiermont depuis la rue du Baillois, sensiblement à hauteur de la rue de la Reine (...). D'anciens documents nous parlent de Maïermont, ou de Mayermont, ce qui a permis à certains d'y voir « le mont du maïeur ou mayeur ». Peut-être! Plus confortable en matière d'étymologie est cette finale en « mont », aussi courante dans nos environs que la finale en « sart». En fait, un rapide coup d'œil sur une carte un peu détaillée du Brabant wallon nous montre que nous habitons une région de « monts ». Nous les retrouvons dans une foule de noms de lieux, de Mont-St-Guibert à Mont-St-Jean, en passant par Blanmont, Noirmont, Dion le Mont, Baudémont ou plusieurs Froidmont, pour ne citer qu'eux, explique le Cercle d'Histoire de Rixensart (1).

    Le point culminant du Brabant wallon à proximité de Perwez, haut de 174 m paraît-il, se nomme tout simplement « le Mont », tandis que son concurrent direct qui présente ses 170 m entre Lillois et Promelles s'appelle paradoxalement « le Trou du bois ». Il faut reconnaître toutefois que notre chaîne montagneuse se poursuit au-delà de nos frontières régionales car, dès Malaise, nous nous heurtons au Walenberg, avant d'atteindre le Vénusberg à Tombeek, le Koksberg et le Smeiberg à Huldenberg.

    Nos environs immédiats n'échappent pas à la règle car, si nous nous contentons de suivre tout simplement la vallée de la Lasne, depuis sa source entre Chantelet et Passavant, jusqu'au moment où elle reçoit l'Argentine, soit sur un gros dix kilomètres, dix monts nous saluent.

    Sur la rive gauche - côté Plancenoit, Ohain, Genval - nous trouvons dans l'ordre : Fichermont, Levromont (entre la Marache et Ohain), Odrimont (proche d'Ohain), Piesmont - anciennement Pricemont - (proche de Genval), enfin Mahiermont.

    Sur la rive droite - côté Maransart, Couture, Rixensart - nous rencontrons : Hubermont, Sauvagemont et Beaumont sur le Vieux Chemin des crêtes, le champ du Mont et, en finale, Froidmont.

    Force nous est de constater que les « monts » sont particulièrement nombreux dans notre pays au relief modeste et que la plupart de ces appellations ont des siècles d'ancienneté même si le nom a pu légèrement varier au cours des âges. Dans bon nombre de cas, la rapidité de la dénivellation, plutôt que l'altitude, a pu justifier le titre et c'est sans doute le cas du Mahiermont ancien.

    Aujourd'hui encore, lorsque l'on vient de Renipont par la route du Ry-Beau-Ry, même si l'urbanisation et les aménagements routiers ont adouci le relief et modifié les perspectives, le Mahiermont apparaît effectivement comme une butte majeure que met en évidence la vallée du Margot.

    Au temps de nos aïeux, le clocher de l'ancienne église, qui se dressait au bord du ravin, devait encore accuser l'impression de hauteur aux yeux de celui qui, chargé peut-être, allait, sur 300 m à peine de chemin malaisé, gravir les 30 m de dénivellation. Ils sont représentés sur la photo par le tracé plus clair de la route qui escalade le coteau. Là où elle aboutit, sensiblement dans l'axe du panorama, se trouvait l'église, démolie depuis une cinquantaine d'années déjà en 1930, tandis que le cimetière, le vieux cimetière, est toujours en place quoique, à cette date, il n'y ait plus d'inhumation depuis 3 ou 4 ans.

    Sur l'horizon, dans le même axe, on reconnaît le château d'eau dont la construction avait été décidée en 1919 pour remplacer l'ancien réservoir sis au même endroit. Le château d'eau sera opérationnel en 1924 et démoli après la construction de l'actuel en 1969. Toujours sur l'horizon, à côté d'un bouquet d'arbres, un observateur attentif situera la grange de la ferme Baudet dont la porte sud est discernable.

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART > Ces monts qui nous gouvernent

    __________
    (1) Cercle d’Histoire de Rixensart in Rixensart Info 168 de mai 1997, p. 19


     

    Photo-légende

    Bourgeois Coin-Perdu vers Genval c PATRIX via Christian Lannoye - copie.jpg

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1565 | Chemin de Malaise

    rosières,chemin de malaise

    1910 – Venant du Hameau de Woo à Rosières, ces deux promeneurs descendent le Chemin de Malaise (1) (actuellement rue de Genval) vers le lieu-dit Le Pré du Wick "Aux deux eaux" (2). S'ils prennent à gauche, ils suivront la vallée de la Lasne (le long de l'actuelle rue de La Hulpe). S'ils vont tout droit, ils franchiront la rivière d'Argent (2)(3) sur le Pont de Woo (2) et arriveront à hauteur du lac de Genval.

     RÉTROSPECTIVE   > CHEMIN DE MALAISE, la côte de Woo

    __________
    (1) En 1879, dénommée rue des Juifs (2)
    (2) POPP Philippe-Christian, Atlas cadastral parcellaire de la Belgique, 1879
    (3) ainsi dénommée par Popp (aujourd'hui L'Argentine)

    rosières,chemin de malaise

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1563 | Villa Les Iris

    Villa Les Iris 1905 c JCR.jpg

    1905 - Villa Les Iris à Rixensart (lieu à déterminer)

    Variante

    rixensart rixensart

    1906                                                                                            après 1906

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1560 | La Grotte de N. D. de Lourdes

    La Grottte de N D de Lourdes à Rosières Saint André.jpg

    Construite en pierre de sable, cette Grotte de Lourdes est située rue Bois du Bosquet à Rosières, à deux pas de la cure et fait partie de la propriété du presbytère. Recouverte de verdure, elle se trouve en retrait, séparée de la rue par une pelouse entourée de grillage.

    "La grotte fut aménagée en 1899 avec le concours des enfants du village, à la suite d'un pèlerinage. Elle fut inaugurée en 1918, soit une vingtaine d'années plus tard", rapporte Hommes et Patrimoine (II, p. 62). "La Vierge se trouve dans une niche surélevée (...). Un moellon de pierre bleue, encastré dans la grotte, porte cette mention : 'Pierre provenant de la grotte de Lourdes' et est signé E. Tondelli".

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1559 | Drève des Aubépines

    genval,lac de genval,magniolias,aubépines

    vers 1908 - Dans le lotissement du Parc de Genval-les-Eaux, six terrains situés drève des Aubépines (actuellement drève des Magnolias) furent vendus au début du 20ème siècle à de riches bourgeois de la capitale (1).

    Victor Rossel, le propriétaire et directeur du journal ‘Le Soir’, y fit construire la Villa Rossel. Il seconda puis succéda à son père Emile, qui avait créé son journal en 1887. Victor Rossel créa, quant à lui, le 'Soir Illustré', et décéda en 1935 (II, p.146).

    Autre villa, autre histoire ... celle de la villa Josette, 'qui fut habitée en 1913 par Mme Gosset (2), la première femme pilote de ballon, et son époux' (II, p.146). Voir photos 1420 et 190.

     RÉTROSPECTIVE   > DES AUBÉPINES, aux Magnolias

     OBJECTIF RIXENSART   > Drève des Magnolias

    __________
    (1) CORYN Michel, dans Rixensart Info de février 2006
    (2) Gausset suivant son brevet reproduit à la notice 190.

    genval,lac de genval,magniolias,aubépines

    2.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1556 | Une allée du Parc

    genval,overijse,lac de genval,meerlaan,l'argentine

    avant 1928 - Sur la rive Nord du lac de Genval, la rivière Argentine coule paisiblement vers la vallée de la Lasne longeant une des allées du parc de Genval (actuellement la Meerlaan à Overijse). En C2, l'hôtel Argentine, aujourd'hui disparu (lieu occupé actuellement par le Yachtclub de Genval). 

    En 1903/1904, le lac de Genval fut rempli grâce à l'eau provenant de l'Argentine.

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1553 | L'éclat de rire

    B 1930 L'éclat de rire Rixensart c Anne-Marie Delvaux.jpg

    1930 - Villa L'éclat de rire, sise Square Dessy à Rixensart. A gauche, se profilent quelques villas de l'avenue des Acacias.

    Selon Robert Delbrassinne (IV, p. 66), elle était habitée avant et pendant la Seconde Guerre mondiale par la 'famille du docteur Laermans’. Il était le docteur de tout Rixensart, riches ou pauvres, mais (...) rexiste. Pour les autorités allemandes il est devenu le responsable de l’Ordre des médecins (1) ce qui valu à sa villa d’être protégée par deux sentinelles allemandes vers la fin 1944, époque où la résistance faisait un sérieux nettoyage parmi les collaborateurs. Mais jamais il ne fut inquiété par la Résistance, alors qu’il circulait jour et nuit pour visiter ses malades. Il aurait soigné un résistant dans le bois du Calvaire’, poursuit Robert Delbrassinne.

     RÉTROSPECTIVE   > SQUARE DESSY, du beau regard à l'éclat de rire

     OBJECTIF RIXENSART   > Square Dessy

    __________
    (1) L'Ordre des médecins a été créé par la loi du 25 juillet 1938. La Seconde Guerre mondiale en a cependant paralysé l'exécution. Il fallut attendre quelque dix ans pour qu'elle fût mise en œuvre : le 13 juin 1947 eurent lieu les premières élections dont l'organisation était réglée par un Arrêté du Régent du 3 avril 1947.

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1551 | Vue aérienne du Gros Tienne et Poirier Dieu

    genval,le boutny,vue aérienne,poirier dieu,château d'eau de genval

    vers 1954 - Vue aérienne du Gros Tienne et du Poirier Dieu. A l'avant-plan, la Villa Le Boutny à Ohain, propriété de Jean Lannoye, à l'époque administrateur-délégué des Papeteries de Genval. Sur cette photo, on reconnaît à gauche la ferme, construite en 1919, et qui deviendra le restaurant 'La Table du 15', puis le Commissariat Central de la Zone de Police La Mazerine. La route de Genval vers la route d'Ohain mène au Gros Tienne, à la ferme Remue et au Poirier Dieu (château d'eau 'Le Poteau' à Genval)

    Photo-légende (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    genval,le boutny,vue aérienne,poirier dieu,château d'eau de genval

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1549 | Ruhondo

    1549. Jumelage Rixensart et Ruhondo Umubano (Rwanda).jpg

    En 1976, la petite ville ruandaise Ruhondo (50.000 habitants) passa des accords de coopération avec Rixensart pour une durée de dix ans. Du 24 au 30 juin 1990, Jean-Baptiste Nsabimana, bourgmestre de Ruhondo (membre du parti unique ‘Mouvement révolutionnaire national pour le développement’) vint en Belgique afin de renouveler ces accords coopératifs. A la question d’Eric Meuwissen « Que vous a apporté ce 'jumelage coopératif' avec Rixensart ? », il répondit (Le Soir, 9 juillet 1990) : « Il nous a rapporté l'équivalent de deux millions de francs rwandais sur plus de 10 ans. En fait, la commune de Rixensart nous a donné environ 50.000 FB par an. Elle est ainsi intervenue dans le coût de construction de toute une série de projets (…) tels qu’une adduction d'eau d'une longueur de 900 mètres, 10 % de la construction d'un nouveau bureau communal, un envoi de médicaments, un centre de santé ... Elle nous a même offert trois vaches pour l'alimentation en lait des orphelins de la commune ».

    A Genval, un sentier a été appelé « Ruhondo ».

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1548 | Equipe de balle pelote de Genval

    1957. 1957 Equipé genvaloise de balle pelote  c Cercle d'Histoire de Rixensart.jpg

    1957 - Equipe genvaloise de balle pelote. Debout, de gauche à droite : André Baus, Jean-Marie Dupont, Arthur Collart, Louis Lambert, Louchon, Léon Hulet. Accroupi, de gauche à droite : Daniel Alost, Raymond Claes, Marcel Snessens.

    En 1981, la Société genvaloise fusionna avec Rixensart (cfr Le Soir, 11 mai 1992).

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1547 | Avenue n° 4

    1547. Avenue n° 4 Promenade Paul Harris Lac de Genval c JCR  CCB.jpg

    Parc de Genval, Avenue n° 4 (actuellement Promenade Paul Harris), le long du lac de Genval. Au centre de la photo, la Maison du Seigneur.  

    ‘Bizarrerie de l’architecture touristique, la Maison du Seigneur, aujourd’hui disparue, a eu son heure de grande gloire hôtelière. Le luxe de ses chambres était aussi réputé que le confort de ses salons. Cette curieuse construction était la réplique fidèle de la demeure seigneuriale du Hameau de Marie-Antoinette à Versailles’, écrit Georges Renoy (XVII).

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1546 | Monument des Combattants

    rixensart,rue de la gare,ligne vicinale,hotel de l'yser

    «A l’angle de l’ancienne voie du tram et de la rue de la Gare, avait été érigé en 1924 le monument aux morts de la guerre 1914-1918. Il était encadré de deux obusiers que les Allemands, pendant la guerre 1940-1945, récupérèrent pour la refonte. Ces armes furent ainsi remises une seconde fois dans le cycle infernal. Ce monument, portant la cicatrice d’un coup d’obus, lors des combats de mai 1940, a été transféré dans le parc communal par la suite», écrit Paul Buffin (I).

    rixensart,rue de la gare,ligne vicinale,hotel de l'yser,1914-1918 

    4.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1543 | Arrêt Choppe

    1543. Arrêt Shoppe à la limite de Rixensart début années 60 c CHR.jpg

    1960 - Arrêt Choppe à hauteur de la chaussée de Lasne à Rixensart. 

    Le lieu-dit 'Le tienne choppe' (1) se trouve entre le Quai du Tram et la chaussée de Lasne à Bourgeois. «S’y trouvait un estaminet, chez Choppe, qui permettait aux charretiers de se désaltérer afin, disaient-ils, de laisser souffler les chevaux.» (I, p.122)

    __________
    (1) le tienne = pente, escarpement, colline, raidillon (du wallon ‘tiens’) (2), limite marquée par une colline
    (2) ‘pitite montinne, avou li dzeu arondi’ (Dictionnaire explicatif wallon)

    rixensart,bourgeois,ligne vicinale,tram rixensart,bourgeois,ligne vicinale,tram

    4.1989 © Jean-Claude Renier                                                        3.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016
  • 1542 | Les Etangs

    1542 - Les Etangs (étang Gillet) ligne chemin de fer 1932 Rixensart c JCR Martin.jpg

    1932 - L'étang Gillet fait partie du Parc communal de Rixensart. En 1979, André Weicher décrit ce lieu avec beaucoup de poésie :

    Il est déroutant, le parc de Rixensart.

    Avec ses sentes qui s'entrecroisent, se cherchent sous les frondaisons, s'interpellent, se perdent, pour se retrouver un peu plus loin et sauter un ruisseau.

    Quelle variété d'arbres. Des chênes aux feuilles digitées qui, en ce matin de novembre, tombent peu à peu dans les taillis et la boue des chemins. Des bouleaux qui respirent mal et cherchent la lumière depuis des années. Des sapins alignés comme pour la parade et qui font silence lorsque vous marchez sur leur tapis d'aiguilles. Des peupliers qui fleurent bon l’humus et qui, eux aussi, pleurent leurs feuilles dentelées ... Et tant d'autres encore ...

    Déroutant par son étang qui apparaît, soudain, au détour du sentier. Quelques canards y trouent la rouille et le jaune des arbres qui s'y mirent, traînant un long sillage fin qui fait trembler, pour quelques instants, le calme de l'eau. Surplombant l'étang, une maison remise à neuf. Ses persiennes brunes font éclater la blancheur de ses murs. Un sentiment de solitude et de paix se dégage de la maison vide. Le silence du site n'est troublé que par les cancans des canards et le pépiement des oiseaux d'automne. Nul autre bruit ne perce le rideau épais des arbres. Et pourtant, la cité est tout autour, à deux pas. De temps à autre, une feuille se détache d'un arbre, virevolte, hésite, avant de venir mourir, légère, au pied de l'eau.

    Elle est étrange, cette maison blanche au milieu de la brume rousse des bois. Qui dira un jour son histoire ?

    Faire le tour de l'étang est aisé. A l'extrémité du parc, un grillage. Et un pont qui supporte le chemin de fer et qui proclame, en lettres de feu, le droit ancestral à la grève. Déroutante, vraiment, cette promenade dans le parc de Rixensart ...

    Retour à la civilisation par la 'drève' des peupliers. Le chemin est gluant. La sente s'imprime de l'empreinte gaufrée de roues de motos. De-ci de-là, une trace d'un pas qui a glissé. Et toujours cette odeur qui vous prend. Cette odeur de novembre, humide et âcre. Quelques pas encore et vous apparaît une trouée plus claire. Le sentier caillouteux remonte vers l'air pur. Pourquoi est-il barré sur le dessus par deux tas de gravier et de sable? La pelouse de la maison communale s'enfonce sous vos pas, délicieusement verte. Derrière, en-dessous de vous, le parc sombre s'est refermé. Quelques oiseaux chantent. Un train glisse dans le lointain. Un coup de risée secoue les branches des arbres. Des cris d'enfants montent, étouffés. Le parc, peu à peu, s'éloigne. Il se retrouve seul avec ses sentes boueuses, son étang ridé, ses canards et son étrange maison blanche aux persiennes brunes. En approchant de la grande maison commune, au milieu d'un parterre, quelques lupins roses et un bouquet blanc de marguerites vous accueillent, en souriant.

    C'est l'automne, pointant…

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2016