Rétro Rixensart

  • 1835 à 1846 | Villa Guillaume Tell (XXIème siècle)

    Sur la rive nord du lac de Genval, le Chalet Guillaume Tell marque le paysage depuis plus d’un siècle. RÉTRO RIXENSART présente 'à la une' un dossier exceptionnel en trois volets

    - la Villa « Guillaume Tell », XXIème siècle (12 photos éditées le mercredi 18 octobre)
    - la Villa « Guillaume Tell », après 1921 (5 photos éditées le jeudi 19 octobre)
    - le Chalet « Guillaume Tell », avant 1921 (14 photos éditées le vendredi 20 octobre)

    Eric de SÉJOURNET

    1 Villa Guillaume Tell Overijse Lac de Genval 2017 © Upgrade Immo 13.jpg

    Aymé Lagrange (ca 1870-1943), un homme entreprenant qui avait créé à Anvers une importante industrie d’alimentation pour le bétail, légua la villa 'Guillaume Tell' à sa fille Suzanne, épouse de Robert Goffin (II, p. 76)(1). Avocat, écrivain et poète de renom, ce dernier fut le principal promoteur du jazz en Belgique (2). Après le décès de son épouse Suzanne, en 1965, il s'installa dans la villa 'Guillaume Tell' où il décéda en 1984 (II, p. 120). 

    En 1990, la villa fut agrandie et rénovée. Située à deux pas du Yacht Club de Genval, la villa propose aujourd'hui, jusqu’à nouvelle disposition, des chambres d’hôtes « les pieds dans l’eau ».

    Depuis septembre 2017, cette propriété est mise en vente par l’intermédiaire de la société immobilière Upgrade Immo. Celle-ci a accepté l’édition de leurs photos ci-après. Elles permettent aux lecteurs de Rétro Rixensart de découvrir ce côté plus privé et caché du lac de Genval.

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Villa Guillaume Tell

    __________
    
(1) Académie royale de langue et de littérature françaises, Robert Goffin
    (2) Wikipedia | Robert Goffin

    2 Villa Guillaume Tell Overijse Lac de Genval 2017 © Upgrade Immo 11.jpg

    3 Villa Guillaume Tell Overijse Lac de Genval 2017 © Upgrade Immo 16.jpg

    4 Villa Guillaume Tell Overijse Lac de Genval 2017 © Upgrade Immo 20.jpg

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    genval,lac de genval,villa guillaume tell

    Collection | UPGRADE IMMO Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1833 | Aux Sept Tilleuls

    2002. Café Aux Sept Tilleuls 1935 rue de l'Eglise à Rixensart c JCR Martin 0.jpg

    1935 | Café Restaurant Aux Sept Tilleuls

    Construit au cours des années vingt, le café Aux Sept Tilleuls fut tenu par les Kuyl et ensuite par Jules Martin-Verhaegen. 

    Très fréquenté, il était aussi le local de la société de musique « L’Union musicale » (1886-1940) (I). Paul Buffin raconte : "Comme chacun le sait, la musique est un bruit qui donne soif et seul un estaminet peut être le local d’une fanfare. L’équipe de football y siégea au cours des années 30. Le club avait son terrain sur une partie de l’actuel complexe sportif. Les installations assez sommaires ne comprenaient pas de vestiaires, les joueurs endossaient leurs maillots au café et descendaient ensuite, en tenue de combat, vers le terrain, à 250 mètres de là, pour jouer la partie".

    Attenant à l’Ecole de la Source, au n°34, cet établissement devint l'étude des notaires Jean-Pierre Paulus de Chatelet (de 1972 à 1976) et Pierre Paulus de Chatelet (de 1976 à 2010), et depuis 2010 celle du notaire Françoise Montfort.

    La maison suivante, appelée 'Les Buissonnets', fut "très longtemps occupée par la famille de Léopold Gilson, régisseur du prince de Merode et bourgmestre de la commune depuis 1952 jusqu’en 1970. Ensuite un home pour personnes âgées y fut créé; fin XXème, elle devint maison paroissiale" (I).

    2002B. Rue de l'Eglise 1.2016 © Monique D'haeyere.JPG 

    1.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1832 | Le Parc, vu des hauteurs de La Hulpe, au soir tombant

    2000. Le Parc vu des hauteurs de La Hulpe, au soir tombant © Eric de Séjournet.jpg

     1929/ | Le Parc, vu des hauteurs de La Hulpe, au soir tombant
    Édition Belge, Bruxelles

    Splendide vue d'une partie du Parc de Genval-les-Eaux, dévoilant de gauche à droite la Villa Béatrix, en partie cachée par la Villa Rossel, la Villa Les Hirondelles, l'Etablissement des Eaux (à l'avant-plan), le Chalet Rütli, et à l'horizon le château d'eau du Plagniau, rue de l'Institut à Rixensart. Le lac de Genval est dissimulé derrière un imposant rideau d'arbres.

    Photo légende

    2000L. Le Parc vu des hauteurs de La Hulpe, au soir tombant © Eric de Séjournet copie.jpg 

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1830 à 1831 | Le Matchi

    Rue Boisacq Le Matchi Alphonse Collin c Anne-Marie Delvaux.jpg

    A l'angle des rues Alphonse Collin et Robert Boisacq, le café ‘Le Matchi’ (ancien café Delpierre, café Central).

    L'Atelier Garnissage papiers-peints tentures literie Rixensart c Anne-Marie Delvaux.jpg

     Le Matchi deviendra un magasin d’ameublement (1) pour faire place, actuellement, à une immobilière. 

    __________
    (1) atelier garnissage, papiers-peints, tentures, literie

    rixensart,café le matchi,rue robert boisacq,rue alphonse collin 

    7.2017 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1803 à 1829 | Des thermes genvalois au Musée de l'Eau et de la Fontaine

    genval,parc de genval,arutan

    Bureaux de la Sté Coopérative 'Arutan' à Genval (Parc)

    Datant d'environ 1900, le lieu servit à accueillir des thermes (sans succès puisque le projet fit faillite), puis une partie de l'usine Schweppes. Une partie de ce bâtiment fut occupée à partir de 1988 par le Musée de l’Eau et de la Fontaine.

    Au début des années 80, réalisant que les fontaines constituaient un patrimoine autrefois d'utilité publique mais laissé à l'abandon, Jean-Pierre Courtois se mit à rêver d'un musée. « Des pompes, canalisations, etc liées à la distribution de l'eau et aux fontaines furent chinées chez les brocanteurs ou proposées par des particuliers » (1).

    Lorsqu'en mars 1989 fut lancée par le Ministère de la Région Wallonne une 'Année des Fontaines', pour la mise en valeur de celles-ci, la Fondation Roi Baudouin y apporta sa collaboration. Le terme 'fontaine' fut pris au sens large d'amenée d'eau et recouvre par conséquent à la fois les sources, les pompes, les bornes, les puits, les lavoirs, les bassins et autres abreuvoirs. Un appel aux projets de restauration fut diffusé en vue d'accorder une aide financière à ceux qui seraient sélectionnés. Les projets devaient envisager le nettoyage, la réparation ou le remplacement d'éléments abîmés, la réalimentation en eau, l'aménagement des abords et la mise en valeur.  L'initiative prise par le 'Musée de l'Eau et de la Fontaine' s'inscrivit on ne peut mieux dans la mise en valeur du patrimoine que constituent les points d'eau et leurs superstructures. C'est pourquoi la Fondation Roi Baudoin fut heureuse d'encourager le musée, de contribuer à la fois à son accessibilité et à sa notoriété.

    L'homme d'affaires John C. Martin (Château du Lac), proposa ses propres locaux, à Genval. Ceux-ci se trouvèrent non loin du lac de Genval, dans une annexe du château, à 500 mètres de celui-ci. « Il s'agit donc d'un lieu symbolique en ce qui concerne l'eau », souligna Jean-Pierre Courtois, « à proximité du lac - artificiel - mais aussi d'une nappe aquifère qui va jusque Louvain » (1).

    __________
    (1) de SÉJOURNET Eric, Rencontre avec Jean-Pierre-Courtois, in Visages de Rixensart, 2008

    genval,musée de l'eau et de la fontaine,société coopérative arutan 

    2017 © Monique D'haeyere

    Lire la suite

  • 1802 | Panorama

    1802. Panorama à Rixensart c JCR Martin.jpg

    avant 1925 - Très belle vue sur la rue de la Station (1) à Rixensart. De gauche à droite, on reconnaît la Villa Home Sweet Home, la Maison Jacquet et l'Hôtel de l'Yser.

    Cette photo, éditée par la "Maison Jacquet, négociant" (2), a probablement été prise à partir de terrains, situés à hauteur de l'actuelle avenue Marcel Tilquin.
    __________
    (1) rue de la Gare à partir de 1995
    (2) "C'est là que mon arrière-grand-mère, Palmyre Jacquet-Palate tint un petit commerce pour faire vivre sa famille suite au décès inopiné de son mari, Auguste Jacquet, en gare de Rixensart le 13 juillet 1913. Il était Chef de gare et comptable des postes à Rixensart", raconte Philippe Jacquet, ancien Président de l'Espace culturel de la Pommerage asbl.

    Photo légende

    rixensart,rue de la gare

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1792 à 1794 | R.I.T., Recherche et Industrie Thérapeutiques

    genval,rit,glaxosmithkline,gsk,grand hôtel des familles,rue du tilleul

    vers 1955 | Bureaux et nouvelle Usine où est fabriqué la Pennicilline (sic) (1),
    sis rue du Tilleul à Genval

    En 1939, la société SOPROLAC (Société des Produits Lactés) fut créée à la rue des Combattants à Genval. En 1945, les premières recherches sur les antibiotiques furent réalisées dans des locaux des Papeteries de Genval. L'usine antibiotique R.I.S.T. (Recherche et Industrie de Synthèses Thérapeutiques) fut fondée par Jacques Lannoye le 28 juin à la rue des Combattants à Genval. En 1947, débuta la production de différents antibiotiques par fermentation et par synthèse : pénicilline, streptomycine, auréomycine, tétracycline (2).

    En 1951, l'usine antibiotique fut transférée à la rue du Tilleul à Genval, en partie dans les bâtiments de l'ancien Grand Hôtel des Familles. R.I.S.T devint R.I.T (Recherche et Industrie Thérapeutiques) (2).

    ‘Elle a été pionnière dans la production des antibiotiques avant de trouver, dans les années 50, sa vocation dans la recherche et la production de vaccins, dont celui contre la polio. Cette voie-là, elle l’a suivie tout au long de sa croissance, au fil des acquisitions et fusions qui ont successivement fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Elle est devenue SmithKline-RIT en 1969.

    En 1989, SmithKline (US) fusionna Beecham Biologicals (UK). Et en 2000, SmithKline Beecham Biologicals fusionna avec GlaxoWelcome pour former la société actuelle, GlaxoSmithKline Biologicals.

    DOCUMENT EN LIGNE | SA Recherche et Industrie Thérapeutiques, 21 février 1962 (articles parus dans La Dernière Heure et Le Soir à l'occasion de la visite du Roi Baudouin)

    __________
    (1) PHOTO 1 | L'éditeur de cette photo écrit 'fabriqué' sans e, et 'pennicilline' au lieu de 'pénicilline'. Et Liliane Brion de préciser : C'est le vaccin antipolio qui fut développé à Genval, et non la pénicilline. Quant à Roger Goossens, il reconnaît sur la photo une Studebaker, une Renault 4cv et une Chevrolet Bel-Air.
    (2) BOURGEOIS Jacques, L'usine antibiotique de Rixensart, Première époque : 1945 à 1970 , in Calameo

    Lire la suite

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1791 | Avenue n° 3

    Avenue n° 3 Parc de Genval c Eric de Séjournet.jpg

    avant 1914 - Avenue n° 3 (actuellement avenue des Cormiers) dans le Parc de Genval et vue sur la Villa Béatrix.

    "Dans le quartier du lac de Genval, cette villa atypique du début du 20e siècle s'implante en retrait de l'avenue des Cormiers. Surplombant un jardin avec vue sur le lac, l'habitation (...) s'offre des allures de petit château mêlant des influences Art Nouveau et néo-médiévales. Le plan non régulier présente de nombreux décrochements et une tourelle polygonale. Les baies sont à arc cintré ou outrepassé. La tourelle est ornée de mascarons à figures humaines. En façade avant, un cartouche réalisé en mosaïque précise le nom de la maison, ainsi que sa date de construction '1902'", écrit Bénédicte de Ghellinck en 2009.

    Cette villa fut également appelée ‘La Tourelle’, nom qui lui fut attribué du fait « d’une jolie petite tour qui domine le lac de Genval depuis l’angle des avenues des Cormiers et du Théâtre. Cette villa aurait été bâtie (...) entre 1903 et 1906 », écrit Roger Ghyssens, du Cercle d'Histoire de Rixensart (II, p. 113).

    Cette villa est aujourd’hui connue sous le nom de ‘La Fée du Lac’.

    Selon Catherine De Haene, copropriétaire entre 1989 et 2000 de la villa ‘La Fée du Lac’, l’entrepreneur qui fit construire la villa Béatrix pour sa nièce en 1902, s'inspira d’un des châteaux du roi Louis II de Bavière, le Neuschwanstein

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Villa Béatrix, la fée du lac

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | La Fée du Lac

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1788 à 1790 | Le Verger

    rixensart,villa le verger,rue de l'augette

    1914 | Villa Le Verger, rue de l'Augette à Rixensart,
    à proximité du Sentier du Chemin du Meunier à Froidmont.
    coll. Francis Broche 

    La rue de l’Augette, très ancienne, relie Froidmont à Bourgeois. Elle a aussi connu de nombreuses vicissitudes orthographiques, chemin de Brame en 1651, Hauzette en 1732, tienne Guéraude et Huigette en 1756, l’Hauzette en 1780, Lauzette en 1784, puis Lozette, Laugette, Logette, chemin de Renipont et, d’après Popp, chemin de Bourgeois. Une logette serait un chemin creux dont les arbres des talus se rejoignaient en formant une voûte de feuillage. Cette définition correspond bien à la rue étroite et sinueuse. L’aquarelliste Guy Bertrand y réside au n° 66 (I, p.61).

     

    Lire la suite

    Collection | BROCHE Francis, CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1784 à 1785 | Haut de la Manteline

    2006. Haut de la Manteline (Avenue des Combattants à Genval c Monique D'haeyere.jpg

    coll. Monique D'haeyere

    Haut de la Manteline à Genval. Sur l'avenue des Combattants, trois magasins se succèdent. Le premier à droite, 'Chez Pierre', annonce 'Un peu de tout' et est à l'enseigne de P. Vincent Vandenbroek. Au centre, la vitrine donne à penser qu'il s'agit d'un magasin de vêtements, mais les nombreuses publicités sur la façade indiquent que l'on y trouve également du tabac : cigarettes Vander Est, Turmac, Davros, Araks. Quant au troisième commerçant, il est coiffeur.

    1001. Début rue des Combattants Chez Pierre à la Manteline.jpg

    coll. Francis Broche

    Début rue des Combattants, Chez Pierre à la Manteline. Le premier magasin à droite annonce 'Un peu de tout'; suivant l'enseigne, il est tenu par P. Vincent Vandenbroek.

    genval,avenue des combattants,commerces,manteline 

    2016 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis, D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1783 | Chemin du Tilleul

    1793. Chemin du Tilleul à Rosières 5.2012 © Eric de Séjournet.jpg

    mai 2012 | Chemin du Tilleul © Eric de Séjournet

    Le Chemin du Tilleul à Rosières relie le Chemin des Deux Fermes à la Verte Voie. A cet endroit, ce chemin est bordé de la Sablière Terfosse, de grand intérêt biologique.

    « Début avril 2017, une mise à blanc radicale a été effectuée sur environ 200 m le long de ce chemin modifiant complètement l’endroit. Qui plus est, ces abattages ont été effectués en période de nidification (…). Subsistent encore quelques chênes rescapés », rapporte Christiane Boehm, membre du PCDN.

    A ce jour, on ne connaît la réaction du Service Environnement de la Commune de Rixensart.

    rosières,chemin du tilleul,sablière terfosse

     6.2017 | Chemin du Tilleul © Christiane Boehm

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1782 | Rue du Moulin

    Site de l'ancien Moulin de Genval encore bordé de son mur (on reconnaît l'église Saint-Sixte) (à noter l'absence de maisons à flancs de colline) 1925 C CHR coll A. Degryse.jpg

    1925 | Vue depuis Bourgeois sur la rue du Moulin, le Mahiermont et la Manteline

    Le site de l'ancien Moulin de Genval encore bordé de son mur. Sur la crête on reconnaît à gauche le Couvent de Genval et au centre l'église Saint-Sixte.

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1764 à 1781 | Motocross des Ardennes brabançonnes

    1680. Motocross des Ardennes Brabançonnes Pré du Château 28 septembre 1969 © Marc Collin 1.jpg

    28 septembre 1969 - Motocross des Ardennes brabançonnes disputé dans le Pré du Château à Rixensart.

    « Avec l’automne et le mois de septembre, nous revient le motocross des Ardennes brabançonnes et sa cohorte de pilotes venant, de tous les pays, en répondant à l’appel des organisateurs. De tous les pays, oui vraiment puisque, cette année, quinze nations délégueront leurs meilleurs pilotes afin de donner la réplique aux plus fines montes belges avec Joël Robert, triple champion du monde des 250 cc à leur tête (...). Outre le champion du monde, il y a Roger De Coster, Sylvain Geboers et Jef Teeuwissen » (1).

    __________
    (1) BURNY Michel, 10ème Motocross International sur le nouveau circuit du Château, in L’Ancre (trimestriel édité par la Maison des Jeunes et de la Culture de Rixensart), septembre 1969.

    Lire la suite

    Collection | COLLIN Marc, JANS Jacques Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1760 | Accueil de réfugiés français

    2005. Institut Ste Elisabeth Rixensart c Anne-Marie Delvaux.jpg

    L’Institut médico-pédagogique Dr Pierre Borremans de l’Oeuvre Nationale de l’Enfance (ONE) hébergea en 1917 des réfugiés français (1). Sur cette photo, prise en hiver, observez les enfants dessinant au sol de grandes figures, ornées de drapeaux aux couleurs françaises, britanniques et américaines. A l'arrière-plan, la grande tente blanche laisse supposer une extension pour répondre aux besoins de logement. 

    A la recherche de documents du passage de réfugiés de la commune française de Montigny-en-Gohelle à Rixensart, Rulkin Philippe (2) contacta Rétro Rixensart. En effet, le 16 avril 1917, l'Armée française lança une grande offensive en Picardie sur le ‘Chemin des Dames’. De nombreux réfugiés français furent à leur tour accueillis dans notre région et à Rixensart … en attendant un retour en France par Evian.

    A ce propos, le Cercle d’Histoire de Rixensart publia en 2014 l'information suivante (3) : « Aussi mal lotis que soient nos concitoyens, ils connaîtront plus malheureux encore au printemps de 1917. Des réfugiés issus de municipalités proches de la ligne de front dans les départements français du nord, Hénin-Liétard, St-Vaast, Anzin, Montigny en Gohelle ... seront accueillis chez nous. Certains ne seront que de passage, évacués via la Belgique et la Suisse vers des départements du sud, tels que le Gard. Du fait que les hospices ou hôpitaux de ces localités sont également vidés, on compte parmi les déplacés résidant dans nos communes, des infirmes, aveugles, amputés, grabataires, . . . qui, parfois, trouveront chez nous leur dernière demeure.  

    La commune de Genval, déjà "honorée" d'une garnison, n'hébergera pas de réfugiés mais, si l'on en croit une invitation de la ville d'Hénin-Liétard, adressée à Rosières-St-André, 17 communes belges hébergeront près de 8.000 Français. Une seconde lettre précisera que les communes de Nivelles, Waterloo, Genappe, Ittre, Virginal, Bousval, Oisquerc, La Hulpe, Wavre et Rixensart ont promis de se faire représenter à une fête du "Souvenir et de la Reconnaissance franco-belge" qu' Hénin-Liétard*organisera les 28 et 29 juin 1931.  

    Différentes listes, la plupart de 1917, existent dans les archives communales de Rixensart : des 253 rapatriés par la Suisse, des 103 personnes provenant d'un hospice, des 42 malades issus d'un hôpital, des 24 évacués décédés à Rixensart avant le 4 juillet 1917, des 343 titulaires d'une carte de contrôle .... S'y ajoutent des listes de lieux d'hébergement avec, en premiers, l'Institut Ste-Elisabeth et le patronage St-Joseph, qui abriterait 7 religieuses, 6 fillettes, 19 garçons, et 35 femmes dont 11 étrangères. De nombreuses habitations, dans tous les quartiers de la commune, sont également citées.

    Il apparaît, d'autre part, qu'en janvier 1919, 290 évacués auraient quitté l'Institut Ste-Elisabeth ».

    ___________
    (1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996
    
(2) RULKIN Philippe (responsable du Musée municipal de Montigny-en-Gohelle, Pas-de-Calais, France), Courriel à Rétro Rixensart du 24 juin 2017.
    (3) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, En mémoire de nos combattants de la Grande Guerre, in Chroniques CHR n° 37 de février 2014, p. 49 et 50.

    rixensart,1914-1918,institut sainte-elisabeth,rue du plagniau

    10.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1754 à 1756 | Café des Quatre Coins

    rixensart,bourgeois,horeca,mayné,delaere

    1920 | Rue de la Grand’Place
    coll. Francis Broche

    Le café-pension-restaurant des Quatre Coins, tenu par A. Mayné-Delaere, domine ce carrefour de Bourgeois, à l'intersection de la chaussée de Lasne et la rue Saint-Roch. Cette dernière est traversée par la ligne vicinale. Le clocher de l'église Saint-François-Xavier apparaît derrière les maisons.

    rixensart,bourgeois,horeca,mayné,delaere 

    3.2014 © Monique D'haeyere

    Lire la suite

    Collection | BROCHE Francis, RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1696 à 1752 | L'été '44 des Coenraets

    1. Badge de l'Armée Secrète c Pascal Van Goethem.jpgAvant-propos

    Les habitants de Rosières sont fiers de compter parmi eux une famille qui s’est illustrée durant la Seconde Guerre mondiale. En effet, les Coenraets ont, sous l’occupation allemande, rendu de grands services à l’Armée Secrète et à la Belgique.

    « J'ai une énorme admiration pour l'esprit de résistance de mon père qui, déjà en 1914, passa à l’âge de 17 ans la frontière hollandaise pour s'engager comme volontaire. Je vénère également ma mère qui a toujours fait équipe avec mon père pour mener à Rosières la résistance aux côtés de la famille Pire, de Pierre van Haute et tant d'autres depuis le printemps 1944 », souligne Michel Coenraets, fils de Paul.

    Après « Genval libérée ! septembre 1944 » (1), que j’ai édité en septembre 2016 sur Rétro Rixensart, je publie ici une trentaine de notices illustrées, consacrées à la famille Coenraets qui, durant l’été 1944, a fait preuve d’exemplarité et de courage pour aider le Quartier Général de l’Armée secrète à s'installer à et fonctionner depuis Rosières.

    Afin de contextualiser ce reportage, je retrace les événements du débarquement sur les plages de Normandie en juin 1944 à la libération de nos communes en septembre 1944. L’accent est mis sur les acteurs de cet épisode de la Seconde Guerre mondiale : l’Armée Secrète au QG de Rosières, l’avancée de la 2ème Division blindée US, la retraite de la Schwere SS-Panzer-Abteilung 102, la libération du Brabant wallon.

    Mes remerciements vont à la famille Coenraets et à toutes les sources citées qui, « à l’écoute des témoins, deviennent témoin à leur tour » (Elie Wiesel). Et en particulier à Roger Ghyssens du Cercle d’Histoire de Rixensart qui, en 1994, publia une série d’articles à l’occasion du « 50ème Anniversaire de la Libération », mais également à Pierre van Haute-Pire, ambassadeur honoraire qui, dans son essai « Armée Secrète 1940-1945 », met en exergue le courage de la Résistance en Belgique. Enfin et surtout, j'adresse mes remerciements à Pascal Van Goethem, cameraman, chef opérateur, chef technique multicaméra, stéréographe et … habitant de Rosières. Il est l’arrière-petit-fils du général Jules Pire, commandant de l’Armée Secrète (2). Sur base des archives familiales et du Musée Royal de l’Armée, de photos et témoignages, il a réalisé un documentaire vidéo remarquable sur l’Armée Secrète, entre 1940 et 1945. Les trois épisodes de « L’Armée Secrète et l’or du silence » peuvent être visionnés sur secretarmy.net (3)(4)(5).

    « L'ÉTÉ '44 DES COENRAETS » est dédié à tous ceux qui, dans notre commune de Rixensart, ont courageusement donné leur vie ou leur sang pour la liberté.

    20130822 Eric dSdR © Isaline de Vuyst-001 copie.jpgEric de SÉJOURNET (6)

     

     

     

     

     


    __________

    (1) de SEJOURNET Eric, Genval libérée ! septembre 1944, in Rétro Rixensart, septembre 2016
    (2) photo badge Armée Secrète, collection Pascal Van Goethem
    (3) VAN GOETHEM Pascal, L'Armée Secrète et l'or du silence : le contexte de l'occupation, novembre 2016 | Episode 1 (55 min) : Après une brève introduction, cet épisode aborde l’univers militaire et familial du général Pire ainsi que la débâcle de 1940, autrement dit la défense de la Belgique avec ses alliés. Il est question aussi du parcours de la famille du général et d’autres jeunes tandis que les militaires sont au front. Chacun trouve sa voie dans une société qui explose au propre comme au figuré.
    (4) VAN GOETHEM Pascal, L'Armée Secrète et l'or du silence : la guerre secrète, décembre 2016 | Episode 2 (48 min) : Les débuts difficiles de l’Armée Secrète sous l’occupation. Propagande, famine, collaboration, journaux clandestins, intrigue politique et plus encore…
    (5) VAN GOETHEM Pascal, L'Armée Secrète et l'or du silence : double jeu, janvier 2017 | Episode 3 (51 min) : Après de lourdes arrestations (épisode 2), l’armée secrète semble affiner sa voie dans la clandestinité, le baratin  et surtout le double jeu. Néanmoins, ce dernier coûte souvent cher. Le général Jules Pire installe son QG à Rosières et renforce l’Armée de Belgique en vue d’aider les forces alliées à la reconquête.
    (6) de SÉJOURNET Eric | officier du Corps de la Logistique (1974-1987), chef du Service de Presse des Forces armées belges (1987-1993), concepteur de Mediascore © (outil d’évaluation des retombées médiatiques), conseiller de presse de la Défense (1993-2007) et du Chef de la Défense (2003-2007), conseiller communal à Rixensart (2012-2016), conseiller de la Zone de Police Lasne, La Hulpe et Rixensart (2012-2016), coprésident de Proximité (depuis 2017). Depuis 2008, éditeur de sites Internet participatifs mettant en valeur la vie associative (Visages de Rixensart), l'histoire locale (Rétro Rixensart) et le patrimoine naturel, architectural et paysager rixensartois (Objectif Rixensart, primé en novembre 2009 par la Région Wallonne et la Fondation Roi Baudouin).



    Sommaire 


    I | Présentation de la famille Coenraets

    II | L'Armée Secrète se prépare

    III | Le QG de l'Armée Secrète s'installe à Rosières

    IV | Quand sonne la délivrance

    V | Sabotages dans le Brabant wallon

    VI | De l'efficacité de l'Armée Secrète

    VII | La guerre du renseignement militaire bat son plein

    VIII | Les Belges recouvrent leur liberté

    X | Genval libérée !

    XI | L'après Libération

    XII | La reconnaissance de l'Armée Secrète

     

    _______________


    Téléchargez  ici  ou lisez la suite

     

    Lire la suite

  • 1695 | Route Provinciale

    1694. Route provinciale Un groupe de Villas c Anne-Marie Delvaux.jpg

    Un groupe de villas rixensartoises, le long de la Route Provinciale.

    Paul Buffin relate l'histoire de ce tracé : "Le projet initial prévoyait, vers 1910, de relier La Hulpe à Villers-la-Ville par une route de grande communication. La gestation fut longue. Les hésitations, les délais étaient surtout d’ordre financier. La trésorerie communale espérait limiter son intervention dans un projet provincial, selon une pratique déjà éprouvée dans le passé. En 1914, le conseil communal émettait des réserves sur l’utilité de cette voie. Néanmoins les premiers travaux du tracé commencèrent pendant la guerre 1914-1918 afin d’occuper les chômeurs. Un grand déblai fut creusé dans la bruyère du Glain dont le sable était transporté vers les Papeteries de Genval. La route fut déjà subsidiée de 1917 à 1920. En 1919, la commune fit un emprunt de 80.000 francs pour continuer le chantier. Quelques rails et des carcasses de wagonnets Decauville achevèrent de rouiller au fond de la Bruyère pendant les années trente. Cet embryon de l’avenue Franklin Roosevelt restera à l’état de sentier et de déblai, entre la papeterie et l’avenue Jean Rosy, jusqu’au début des années cinquante.

    Cependant Genval, vers 1935, avait déjà créé l’avenue Albert Ier, pavée depuis le bas de la rue de la Bruyère (Marie Pouli) jusqu’à Maubroux et les Papeteries. En 1951, le projet est repris et sera mis en oeuvre par tronçons jusqu’à la limite de la commune. La route Provinciale est devenue l’avenue du 9 Mai (1) avant d’être l’avenue John Kennedy" (I, pp. 94 et 95).

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Route Provinciale, un projet de 30 ans

    __________
    (1) Beaucoup de Rixensartois se sont posé la question de savoir ce que représentait ce 9 Mai. Le 8, tout le monde savait qu’il s’agissait de la reddition de l’armée allemande aux alliés occidentaux. Le 10, personne n’avait oublié l’invasion du 10 mai 1940. Moins nombreux étaient ceux qui se souvenaient que la capitulation des Allemands devant les armées soviétiques était datée du 9, jour qui n’avait pas de signification majeure pour l’occident. Croire qu’il s’agissait d’une moyenne arithmétique était simpliste (I, p. 95).

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017