412. Rue de Belle Vue

412. Rue Belle Vue à Genval Collection Dupuis-Delbrassinne.jpg

‘A Genval, rue de Belle Vue (petite rue parallèle à l’avenue Gevaert), François MARCHAND fit construire dans les années ’20 onze serres. Issu d’une famille de viticulteurs à Malaise, il avait le désir de produire son propre raisin. Son beau-fils Emile DELBRASSINNE reprit le flambeau et en fit sa principale activité professionnelle. Il cultivait trois types de raisins : le Petit Royal, le Gros Royal et le Frankentael. C’était le type de raisin qui convenait le mieux au sol de l’endroit. Lorsque la vigne devenait trop vieille, il cultivait des tomates jusqu’au moment où la nouvelle vigne produisait de beaux fruits. Chaque année, avec les grappillons qui n’étaient pas propres à la vente (car les clients préféraient de grosses grappes !), Emile faisait fermenter le tout en fût de chêne et produisait 50 litres de vin…’

‘Chaque serre contenait 20 parcelles de trois pieds de vigne, soit 60 vignes. Les principaux travaux étaient :

- L’arrosage fréquent car la vigne demande énormément d’eau. Cette opération se faisait au moyen d’une pompe électrique qui puisait l’eau du puits alimenté par l’eau de pluie.

- La taille de la vigne : couper les branches inutiles ou nuisibles au bon développement.

- L’égrenage : ce travail consistait à donner une belle forme à chaque grappe en éliminant les grains indésirables au moyen de ciseaux spéciaux. Le labeur était astreignant et de longue haleine par des chaleurs parfois étouffantes… (40 à 45 degrés dans les serres).

- Une fois mûr, le raisin était préparé dans des caisses en bois et transporté vers la criée pour la vente publique aux enchères’.

‘Une anecdote, pour conclure … Elle s’est déroulée lors de la déclaration de guerre en 1940. En mai 1940, tous les habitants furent obligés d’évacuer vers la France. Emile Delbrassinne et sa famille se sont retrouvés à Armentières (Nord de la France). A ce moment, les vignes étaient en pleine croissance ; ce qui a provoqué chez lui un véritable dilemme, à savoir : fallait-il fermer les ventilateurs, au risque de nuire au bon développement des vignes ? Le temps était splendide à cette époque… Le viticulteur prit le risque de laisser le tout ouvert !!! Bien lui en a pris. Au retour d’évacuation, – après trois semaines -, il constata que ses vignes avaient tellement « profité », au point de déborder par-delà les ventilateurs d’une façon incroyable ! Quelle joie pour Emile et les siens qui eurent à ce moment une récolte comme jamais plus !’ (*)

412B. Rue Belle Vue à Genval Collection Dupuis-Delbrassinne (1).jpg

412C. Rue Belle Vue à Genval Collection Dupuis-Delbrassinne (2).jpg

_____

* Souvenirs de René DELBRASSINNE, mai 2011

Collection | DUPUIS - DELBRASSINNE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017

Les commentaires sont fermés.