• 598 | Chapelle Saint-François d'Assise

    598. Chapelle Saint-François d'Assise Petite rue Mahiermont Genval Collection Philippe Godin.jpg

    Petite rue Mahiermont n° 2 à Genval

    'La chapelle actuelle date de 1941 et fut construite par un habitant du quartier, représentant local de la Croix Bleue. Elle fait suite à un autre édifice, détruit à la fin du 19ème siècle, situé à l'angle des rue et petite rue Mahiermont. Cette chapelle, consacrée à la Vierge, portait l'inscription : "cette chapelle a été donnée par Catherine Wautiez, veuve de Michel Stouffs, décédée le 28 février 1755. R.I.P.", raconte Hommes et Patrimoine (III).

    genval,mahiermont,chapelles

    ‘Issue d’une chapelle antérieure’, l’actuelle ‘repose sur un massif qui, en pointe entre les ruelles, évoque quelque peu la proue d’une barque’, écrit Roger Ghyssens en 1992 (*). ‘La croix qui somme l’édifice évoque plutôt une garniture tombale’.

    -----
    (*) Chroniques CHR, Les chapelles genvaloises, octobre 1992

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 597 | Ferme de Froidmont

    Ferme de Froidmont 1995-1999 © SI Rixensart.jpg 

    1995-1999 - Ferme de Froidmont.

    ‘A Rixensart, les dernières fermes ont cessé leurs activités progressivement au cours du 20ème siècle’, soulignent Colette Pinson et Roger Ghyssens (XVI). ‘Elles avaient noms Hautfenne, Debroux, Mayné, Delpierre, Thomas, Walescotte, … ‘.

    rixensart,froidmont,fermes,ferme de froidmont 

    7.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | SYNDICAT d'INITIATIVE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 596 | Les Papeteries de Genval

    genval,papeteries

    Vue aérienne des Papeteries de Genval (S.A.) - C'est en 1904 qu'Auguste Lannoye, originaire de Corroy-Le-Grand, décide d'installer dans le hameau de Maubroux, une papeterie qui va marquer Genval durant 76 ans. L'industrie papetière se développe rapidement et la société anonyme des Papeteries de Genval est créée en 1911. Elle produit des papiers d'emballage, papiers peints et à partir de 1923, un couvre-sol, le Balatum, dont la renommée dépassera nos fontières grâce à une machine à triturer. Auguste Lannoye fut bourgmestre de Genval durant 12 ans (XV).

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 593 | La Gare

    593. Gare de Genval II c Jean-Claude Renier.jpg 

    vers 1935 - La gare de Genval. 'La construction est en brique orange combinée à des éléments en brique émaillée jaune sur un soubassement en plaquis de calcaire (…). Sur les deux façades, le volume principal se caractérise par un pignon frontal renvoyant aux pignons des maison de villégiature, d’origine pseudo-médiévale’ (*).

    ----- 

    (*) MONTENS d’OOSTERWIJCK Violaine - L’architecture des gares situées sur le tronçon entre La Hulpe et Rhisnes (1854-1926), Vol. I, in Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 1995-1996

    Variante

    593B. Gare de Genval II 1935 c Jean-Claude Renier.jpg 

    593C. Gare de Genval 20020815 © Jean-Claude Renier-1.jpg 

    août 1992 © Jean-Claude Renier

    593D. Gare de Genval 20020815 © Jean-Claude Renier-2.jpg

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 591 | Avenue Maréchal Foch

    Villa av Maréchal Foch 5 c Bénédicte Wathelet Dekeyser.jpg

    A l'arrière de la villa 'Les Genêts' (voir photo 402), on peut apercevoir une villa construite entre 1911 et 1920, dans le style 'Art Nouveau'. Cette villa, voisine directe de la villa 'Les Genêts', a son entrée avenue Maréchal Foch. Jusqu'il y a quelques années, elle possédait aussi un accès par la rue de l'Augette. Elle fut la propriété, sous plus grande contenance, de la famille de ROEST d'ALKEMADE, entre 1923 et 1954. Entre 1964 et 2003, la villa était la maison de campagne d'une famille bruxelloise. Elle fut ensuite vendue, et renovée par les nouveaux propriétaires.

    Villa av Maréchal Foch 5  II c Bénédicte Wathelet Dekeyser.jpg

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 590 | Rue du Chemin de Fer

    rixensart,mélottevers 1935 - Rue du Chemin de Fer (1), 10 à Rixensart (actuellement rue Alphonse Collin).

    Sur le pas de porte, Roger Mélotte, à droite, accompagné de sa famille. C’est là que vivait Julien Mélotte, grand-père de Roger Mélotte et marchand de chevaux. La maison existe toujours de nos jours et porte encore le même numéro. A sa droite il y avait une grange, qui depuis lors a été transformée en maison d’habitation.

    A l’avant-plan et à l’extrême gauche de la photo, on aperçoit le pignon d’une maison qui appartenait à la famille Mélotte.

    _____
    (1) Le chemin de fer passe derrière cette habitation.
    rixensart,mélotte

     2012 © Francis Broche | 11.2012 © Francis Broche | 3.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | MÉLOTTE Roger Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 589 | L'Hôtel de Normandie

    1002. avant 1914 L'Hôtel de Normandie c Francis Broche.jpg

    entre 1910 et 1912 - L'Hôtel de Normandie avant transformation et extension.

    genval,parc de genval-les-eaux,horeca,normandie,normandy genval,parc de genval-les-eaux,horeca,normandie,normandy 

                                                                                                         2.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 588 | Rue de Froidmont

     rixensart,froidmont,escalier

    2012 - Rue de Froidmont, menant à quelque maisons isolées. Le miroir de sécurité placé avant le tunnel sous le chemin de fer nous renvoie l’autoportrait du véhicule Google équipé d’un mât surmonté d’une caméra panoramique permettant la prise de vue à 360°. 

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 587. Maison Nationale de la Jeunesse

    Maison nationale de la Jeunesse à Genval Collection Magguy Van Goethem.JPG

    vers 1946 - Maison Nationale de la Jeunesse à Genval (anciennement avenue de la Baraque), qui appartenait au Ministère de l’Instruction publique, ‘Service national de la Jeunesse’.

    Témoignage

    Dans ‘Apothéose’, un recueil de poème de Jean-Louis Vanham (1937) publié en 1959, ‘le poète décrit la maladie qui le ronge depuis sa naissance. Il se fait en quelque sorte l’aède de ses frères handicapés et propose un chant de résistance physique et morale. Après quelques moments de désespoir, le jeune Vanham a trouvé, près des infirmes de la Maison Nationale de la Jeunesse de Genval, la force et la joie de vivre, malgré son handicap. Dans ce monde clos, isolé de l’indifférence ou de la cruauté des valides, le poète peut oublier son propre mal et remercier Dieu de lui avoir permis de vivre. La force des infirmes, c’est la foi chrétienne, mais aussi l’espoir en soi et en leurs semblables, la fraternité. Jean-Louis Vanham fait preuve dans ce recueil d’une très grande sérénité et d’une étonnante élévation de sentiment’ (*).

    -----
    (*) FRICKX Robert & TROUSSON Raymond, Lettres françaises de Belgique : La poésie, Ed. Duculot, 1988, p. 38.

    Collection | VAN GOETHEM Magguy Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 586 | Pont du Pèlerin

    pont du pèlerin,rue des bleuets,ligne 161


    décembre 2010 - Le pont du Pèlerin, dénommé 'pont de la rue des Bleuets' par la commune (1), enjambait la ligne 161 du chemin de fer, et fut démoli en 2011 pour faire place à un nouvel ouvrage dans le cadre des travaux du RER. Depuis la mi-janvier 2012, ce pont a été 'temporairement remis en service à la circulation routière' (1).

    A la limite sud de l'entité, 'les bleuets, fleurs des champs, en voie de disparition, ont fait oublier le chemin de Nivelles ou de Brame, le Grand Chemin autrefois. Ce chemin, dit du Pèlerin, sans doute bimillénaire, est passé au bleu', écrit ironiquement Paul Buffin (I).

    'Cette antique voie celte reliait Tongres à Castres. Chemin de crête, jamais inondé, entre les vallées de la Lasne et de la Dyle. Il frôlait la frontière des Nerviens, la Lasne. Il fut parcouru par les légions romaines dont, selon certains, des fortins contrôlaient cette marche de l’empire. Aux temps de foi, il fut le chemin des pèlerins dont l’image est évoquée par le lieu-dit. Il partait de Dresde, passait par Cologne, Liège, Tirlemont, Louvain, Wavre, Nivelles, le Hainaut, pour aller à Beauvais et de là, peut- être, à Chartres et, on peut rêver, pourquoi pas, à Compostelle! Une ferme templière, à Tombeek, et une commanderie à Nivelles, Vaillanpont, protégeaient la voie au long d’une journée de marche. Plus près de nous, les pèlerins locaux se rendant à Basse-Wavre, à Couture-Saint-Germain et à la collégiale Sainte-Gertude à Nivelles empruntaient aussi le Grand Chemin'.

    La carte de Popp, éditée au 19ème siècle, indique le 'Chemin du Pèlerin'. Selon Roger Ghyssens du Cercle d'Histoire de Rixensart ce chemin était le 'Vieux chemin de Nivelles'.

    __________
    (1) Rixensart Info 253 de février 2012

    pont du pèlerin,rue des bleuets,ligne 161 

    2016 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 585 | La Place

    rixensart,bourgeois,place cardinal mercier,églises,saint françois-xavier

    ‘Ce n'est qu'en 1875 que les habitants du dit hameau, dont une grande partie exerçait le métier de tisserand, obtinrent la construction d'une église paroissiale. Celle-ci se dresse sur un espace triangulaire appelé autrefois place Saint-Roch et aujourd'hui place Cardinal Mercier. Le sanctuaire est dédié à saint François-Xavier, patron de Mgr de Merode dont la famille contribua financièrement à la réalisation de ce projet’ (*)

    -----

    (*) Ann Ghiste, enseignante à Rixensart in www.pastorale-scolaire.net

    rixensart,bourgeois,place cardinal mercier,églises,saint françois-xavier 

    juin 2011 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 582. Le Quartier de la Gare

    genval,gare de genval

    Après 1911 - La nouvelle gare de Genval.

    ‘Du côté des voies et de l'aile latérale droite, se trouve une élégante marquise, autrefois plus étendue, pourvue de ferronneries et reposant sur des consoles en calcaire’ (*).

    -----

    (*) MONTENS d’OOSTERWIJCK Violaine - L’architecture des gares situées sur le tronçon entre La Hulpe et Rhisnes (1854-1926), Vol. I, in Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 1995-1996

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017