• 1026 | Château du Belloy

    1026. Le château du Belloy c JCR Martin.jpg

    1904 - Au bord de la Lasne s’érigeait, une construction massive mais sobre. Elle fut commandée par le comte Charles de Montalembert (1810-1860), académicien français et membre de la Chambres des Pairs, époux de la comtesse Anne de Merode (1816-1904). Celle-ci repose au centre du cimetière de Bourgeois sous le calvaire. Le Premier Ministre Jules de Burlet (de 1894 à 1897) en fut le second propriétaire. Ce bâtiment, sans intérêt architectural, fut démoli en 1918.

    Variante

    1026B. Le pont du Belloy c JCR Martin.jpg

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1021 | Avenue Général Cordier

    Avenue Général Cordier c Anne-Marie Delvaux.jpg

    L’avenue Général Cordier fait suite à l’avenue Curé Glibert « après un crochet en baïonnette assez marqué », écrivit Paul Buffin (I), qui se demanda « quelles circonstances ou quelle erreur ont amené les géomètres à réaliser un tel casse-vitesse à une époque où les voitures étaient encore très rares à Rixensart. Le lotissement et l’avenue furent créés par Madame Minet, peu avant 1940. Le général Cordier combattit pendant la guerre 1914-1918 et était le neveu de la lotisseuse ».

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1020 | Place Cardinal Mercier, son rond-point et son kiosque

    Place Cardinal Mercier Bourgeois c Jean-Louis Nicaise.jpg

    Sur la Place Cardinal Mercier, deux sociétés de musique étaient installées. "La fanfare les « Enfants du Baillois » (1905) avait son local chez Van Hamme. Elle reprenait le flambeau à Bourgeois-Fanfares fondée en 1905 et dont l’origine pourrait être 1898. Au Callot, devenu la Renaissance, se réunissaient "Les Accordéonistes" (1928). Ces derniers portaient veste, casquette bleue et pantalon blanc. Ils jouaient, en plus de l’accordéon, du violon, du tambour, de la grosse caisse, des timbales, du xylophone et du chapeau chinois", écrit Paul Buffin (I).

    "Ils connaissaient un franc succès. Un kiosque fut érigé sur la place en 1948. La commune intervint pour un tiers dans les coûts, les deux autres tiers furent récoltés parmi la population. Ce kiosque devint une pomme de discorde et fut démoli en 1970, après beaucoup de contestations. Ce devait être la mode du moment, celui de Genval disparut à la même époque", explique encore Paul Buffin.

    rixensart,bourgeois,cardinal mercier,place,kiosque 

    1.2013 © Monique D'haeyere

    Collection | NICAISE Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1017 | Rue du Vieux Moulin

    rosières,moulin,rue du vieux moulin,vallée de la lasne

    Rue du Vieux Moulin à Rosières. A l'avant-plan, la station de pompage au bord de la Lasne.

    Le moulin à eau établi en 1857, était alimenté par la Lasne, et servit de station de pompage dans les années 1900. Il était situé au bas de la rue du Moulin actuel. De ce moulin, il ne restait que des vestiges dans les années 1930. Seule, subsiste la ferme à côté, un quadrilatère chaulé et couvert de tuiles, encore exploité dans les années 1980 (XV).

    rosières,moulin,rue du vieux moulin,vallée de la lasne

    3.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1014 | La Cure

    05. La cure à Genval.jpgSis au n° 36 de la Place communale à Genval, ce presbytère fut terminé en octobre 1909 (architecte : M. Herent).

    «En 1999, une nouvelle maison attenant au n° 37 a été édifiée et un bâtiment de jonction, entre elle et la cure, a intégré le portail restauré», précise Roger Ghyssens du Cercle d’Histoire de Rixensart (XII, p. 69)

    > voir photo et notice RR 938.

    genval,palce communale,cure,presbytère

    2011 © Monique D'haeyere

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1013 | Château du Prince Félix de Merode

    1013. Château de Rixensart façade principale 1935 © Elisabeth Taburiaux.jpg

    1935 - La façade méridionale du Château de Rixensart présente un « grand nombre de fenêtres à croisée, à travers ou à jour unique, réparties sur deux niveaux et de dimensions irrégulières. Jusqu’à une époque récente, il y avait encore des volets (1) aux fenêtres du premier étage », écrit Alessandra Zecchinon en 1990 (VI). « Au milieu de cette façade, s’élève une tour-porche de quatre niveaux inégaux (…). Un lanternon piqué d’une girouette achève sa flèche octogonale (…). Le cadran solaire a été récemment restauré. A l’intérieur de la tour, demeurent encore un carillon de 1738 hors d’usage et deux cloches datées de 1920 ».

    -----
    (1) voir photo RR 250

    rixesensart,château de rixensart,merode 

    7.2010 © Eric de Séjournet

    Variante

    rixesensart,château de rixensart,merode

                                                                                           2002 © Jeanine Campens

    Collection | TABURIAUX Elisabeth Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1011 | Ferme de Froidmont

    X33 Ferme cour intérieure 19 juillet 1955 © Josiane Meert.jpg

    1955 - Dans la cour intérieure de la ferme de Froidmont, les vaches ont investi le fumier. Des amis sont venus admirer le bétail. La dame à l’extrême gauche est Emmerence Van Eeckhout. En arrière-plan, dans l’aile sud, une étable.

    Collection | MEERT Josiane Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1010 | Sentier des Lapins

    Sentier des Lapins Bourgeois c Anne-Marie Delvaux.jpg

    Sentier des Lapins au Bourgeois. Lieu exact à préciser.

    Selon Jean-Louis Nicaise, il pourrait s'agir du fond de la rue du Baillois. Carte à l'appui et vu la nature du terrain, il identifie sur la gauche la vallée de la Lasne, et au loin, le clocher de l'église de Genval. Rétro Rixensart partage ce point de vue : la configuration des lieux, l'angle de vue et la distance vers l'église Saint-Sixte correspondent.

    rixensart,bourgeois,sentiers

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1008 | Sentier Passiche

    Sentier Passische © Hommes et Patrimoine (14).JPG

    1992/1995 - "Ce sentier qui descend de la rue du Baillois vers le Carpu porte le nom de 'Folon Passiche ou Passiche', écrit Paul Buffin (I, p. 109). "Un Stouffs est déjà cité en 1707 comme acheteur du pré («pachis»)(1) du même nom. Cette famille possédait en plus du moulin de Genval, celui de Chapelle-Saint-Lambert".

    -----
    (1) Pachi, pachis, pachy : pré entouré de haies vives ou verger (wall. pachi, prov. Lux. päschwisanc. wall. paissais) (2)

    (2) JESPERS Jean-Jacques, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, mai 2005, p. 464)

    Sentier Passische (rue du Moulin à Bourgeois) 1.2013 © Monique D'haeyere.2013 © Monique D'haeyere.JPG rixensart,bourgeois,passische,sentiers

    1.2013 et 5.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1006 | Ferme Englebert

    rosieres,fermes,woo,ferme de woo,rosierbois,ferme englebert

    1970 - Cette ferme fut un relais de poste, comme en témoigne le "cornet (1), daté de 1735, sur le linteau de la porte à droite du donjon". La ferme portera différents noms : ferme de Rosierbois (du nom de l'ancienne cense), ferme du Haut (elle se situe au point culminant de Rosières, à l'altitude 105), ferme d'Englebert. Aujourd'hui, elle est dénommée ferme de Woo, du nom des champs qui l'entourent.

    Selon le site communal (à la rubrique Promenades), « la ferme de Woo dresse fièrement sa tour carrée du 16e siècle». Par contre, la même source souligne à la rubrique Curiosités que « la ferme comporte encore une tour carrée en pierres blanches, bâtie au 14e siècle ». Quant au Syndicat d'Initiative de Rixensart, il indique que «la tour carrée du 14e siècle a été construite en pierre de Gobertange tout en y ajoutant qu' « elle a été remaniée au 16e».

    __________
    (1) 
    Le cornet est l'emblème du relais de poste.

    rosieres,fermes,woo,ferme de woo,rosierbois,ferme englebert 

    1995/1999 © Michel Wautot

    Collection | DELABYE Michel Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1004 | La balançoire

    1004. La balançoire c JCR CCB.jpg

    1925/1935 - La plaine de jeux de Leur Abri. En B2/C2, la plus ancienne habitation du Bourgeois, datant du 18ème siècle. Elle se trouvait rue Lambermont 17 > RR 612.

    rixensart,bourgeois,leur abri 

    5.2014 © Christian Petit

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1002 | Les Heures Claires

    1002. Les Heures Claires à Genval avec vue sur le lac.jpg

    Les Heures Claires, hôtel restaurant situé non loin du Pavillon Japonais. Roger Ghyssens le décrit muni d'une "terrasse aux allures de bateau, avec bastingage et hublots. On y disposait d’une très jolie vue sur le lac dans sa largeur" (II, p. 145).

    Variante

    21B. Les Heures Claires à Genval.jpg 10.2014 © Eric de Séjournet - 006.jpg 

                                                                                         10.2014 © Eric de Séjournet

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1101 | Procession à Rixensart

    rixensart,rue robert boisacq,rue alphonse collin,église sainte-croix,froidmont,processions

    1946/1947 - 'Venant de l’église Sainte Croix, la procession passait par les rues Huens, Boisacq, Collin, de Froidmont et avait la particularité de s’arrêter devant les chapelles et potales. Cette photo date de 1946 ou 1947 et montre la procession dans la rue A. Collin. A l’extrême gauche (A2), on aperçoit Sœur Edouard-Marie, directrice de l’école Sainte Agnès. Elle porte un chapeau à cornettes', raconte Jean-Claude Renier.

    'En B2, le café Delpierre fait angle de la rue A. Collin et de l’avenue Boisacq. Plus tard, il deviendra le café ‘Le Matchi’, puis un magasin d’ameublement pour faire place, maintenant, à une immobilière'.

    rixensart,rue robert boisacq,rue alphonse collin,église sainte-croix,froidmont,processions

    'Cette photo va de pair avec la suivante. Venant de la rue Collin, la procession se dirige, cette fois vers l’église Sainte Croix. En A1, la fille en habit noir, est Marcelle Genné (famille des DEMENAGEMENTS GENNE), entourée des petites communiantes de l’année. Joseph Gilson tient l’étendard, c’est l’ancien receveur communal. A l’arrière plan, les « grandes communions » défilent aussi. En A2, juste derrière l’étendard, on aperçoit une petite maison blanche avec la façade en pointe et en escaliers. A cette époque, c’était un magasin de fourrures. Bien après, ce commerce fut repris par Mlle François, qui vendit des vêtements pour enfants. Elle se trouve d’ailleurs à droite sur la photo, habillée en noir'.

    rixensart,rue robert boisacq,rue alphonse collin,église sainte-croix,froidmont,processions

    'Venant de la rue Boisacq, la procession franchit le pont enjambant le chemin de fer et se dirige vers la rue Aviateur Huens, rue de l’Eglise et ensuite l’église Sainte Croix. La grande fille à gauche du poteau représente l’Archange Gabriel. Juste derrière elle suit Huguette Vanderkelen, veuve Martin.

    La route sur le pont est pavée. On remarquera à droite le garde fou du pont qui a souffert. A l’arrière plan, à l’entrée du sentier des Rossignols, on aperçoit une maison blanche avec trois travées. C’est la maison d’Anne-Marie Delabye, qui y tint longtemps un commerce de seconde main'.

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1000 | Eugène Gilson

    Eugène Gilson instituteur en chef 1903.jpg"Le 21 décembre 1902, Eugène Gilson, instituteur à Braine-le-Comte, est désigné pour remplacer Modeste Denis à la tête de l’école communale de Rixensart. Après 30 ans de service dans la commune, M. Denis prenait une retraite bien méritée".

    "Le 1er octobre 1913, la première fille est inscrite à l’école. C’est Yvonne Gilson, la fille du chef d’école, elle y restera jusqu’à la fin de son 4e degré avant d’entrer à l’école normale. Le 25 mai 1922, elle sera la première institutrice intérimaire à exercer dans l’école".

    "Le 19 mai 1914, la 5e loi organique impose l’instruction obligatoire pour les enfants de 6 à 14 ans et crée un 4e degré à tendance professionnelle. Cette scolarité obligatoire ne sera appliquée qu’en 1921. Le 4 août 1914, survient alors la guerre. Le registre du Conseil communal du 20 juillet 1916 signale que durant toute l’année, les instituteurs emploient leurs jours de congé pour les oeuvres de secours et d’alimentation. C’est du 31 janvier de cette année que date l’inspection médicale scolaire et en 1917, le goûter et la soupe scolaire sont instaurés.

    rixensart,écoles,personnalités"Le 29 août 1920, Eugène Gilson prend sa retraite après 17 années d’enseignement à Rixensart.

    Lors des élections communales de 1921, Eugène Gilson fut "élu conseiller et devint premier échevin". De 1921 à 1926, il fut échevin de l’instruction publique et sera à la base de la construction de la nouvelle école située "au début de la rue des Ecoles ouverte vers 1900 sur ce que l’on nommait à l’époque ‘el tracée Timans’, propriété composée de l’habitation d’une ancienne ferme et d’un vaste terrain".

    "Au cours d’une nuit glacée de l’hiver 1926, il tomba de vélo dans la Lasne près du moulin de Rosières. Il décéda des suites de cet accident le 15 septembre 1927" (XXI, p.10).

    Collection | GILSON Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017