• 1139 | Château de Merode, vue extérieure

    1138. Drève des Etangs (château de Rixensart) 1923 c JCR BOU.jpg

    1921 - Vue du château de Rixensart depuis la drève des Étangs.

    En juillet 1905, le 'Bulletin officiel du Touring Club de Belgique' publie une description de la promenade de la drève des Etangs : "En suivant la route récemment transformée et repavée qui passe devant le château et la ferme attenante (cette route mène à Wavre), on rencontre, après quelques pas, l'allée privée du château. Elle offre à l'excursionniste - il est autorisé à y circuler - un lieu de promenade exquis. Cette avenue est tracée dans la fraîche vallée du Ruisseau du Château et elle suit la lisière du bois. Elle passe à côté de l'étang qui paresse au pied de la colline où pose le castel. Cette jolie pièce d’eau se présente dans un cadre de grands arbres. Les canards y dessinent des serpentins dans le vert manteau des lentilles ...".

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | DRÈVE DES ÉTANGS, promenade sur le Sentier 64

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1138 | Villa normande

    1138. Villa normande à Genval 1906 c Anne-Marie Delvaux.jpg

    début 20ème siècle - Construit à l'emplacement d'un ancien oppidum néolithique (1), ce bâtiment emblématique du Parc de Genval-lez-Eaux se dénomma successivement le 'Chalet des eaux', 'Villa normande', 'Hôtel de Normandie', puis 'Normandy Hôtel'. Dès 1949, il connut une nouvelle destinée : l'accueil des personnes âgées ('Résidence des Vétérans Coloniaux, également dénommée 'Le Gui' Home des Vétérans Coloniaux ou 'Résidence Stanley', puis la 'Résidence du Lac').

    Au début, s'y installa "le siège administratif de la Compagnie fermière des Eaux minérales de Genval avant de devenir celui de la Compagnie internationale des Eaux minérales, tout en restant sans doute propriété de la société de Genval-lez-Eaux", écrit Roger Ghyssens (II, p. 67).

    genval,parc de genval,normandie,normandy,chalet des eaux,home des vétérans,stanleyLa photo ci-contre montre un "derrick digne des puits de pétrole. A la base de l'armature, apparaît un incontestable dispositif de captage, assortie d'une cuve de stockage où des conducteurs de charrettes viennent remplir des bidons, qui repartiront en caisses vers l'embouteillage sans doute" (II).

    Une publicité à l’effigie du Normandy Hotel vantait au début du 20ème siècle à la fois les « BEAUX TERRAINS A VENDRE AIR PUR Situation idéale à 20 minutes de Bruxelles (Quartier-Léopold) » et « les meilleures Eaux de Table » : ARGENTINE (gazeuse) … 0,25 fr le litre, BONNE-FONTAINE (non gazeuse) … 0,15 fr le 1/3 litre. Ces prix étaient valables « Pour l’Agglomération Bruxelloise », le dépôt se trouvant « à BRUXELLES : 12, rue des Francs ».

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | NORMANDY HOTEL, tel un paquebot amarré au Parc de Genval-lez-Eaux

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Résidence du Lac

    ◼︎ DOSSIER | Résidence des Vétérans Coloniaux

    __________
    (1) fortification (cfr Cercle d'Histoire de Rixensart)

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1135 | La nouvelle église

    1135. Eglise Saint Pierre c Francis Broche.jpg

    après 1923 - Eglise Saint-Pierre de Maubroux. Remarquez que la statue de Saint-Pierre ne domine pas encore le pignon de la façade de l'église.

    Sur son site, la Paroisse Saint-Pierre explique qu'elle fut créée en 1921, distincte de la paroisse Saint-Sixte. Le fondateur des papeteries, Auguste Lannoye, décide, en 1923, de faire construire une église jouxtant le vieux café restaurant 'A la Ville de Wavre' qu'il achète et transforme pour en faire un presbytère. Le rôle d'architecte de l'église est attribué à Auguste Lannoye. Il semble bien que celui-ci ait demandé à l'un des ingénieurs des Papeteries de Genval de dresser les plans de l'église. Elle est conçue à la manière d'une architecture industrielle du début du 20e siècle. L'église, dont la structure est en béton armé, est la première du genre en Belgique. Elle est placée sous le patronage de saint Pierre, en souvenir du petit Pierre, fils du fondateur, parti prématurément le 16 juillet 1916 à l'âge de 5 ans et demi.

    Quant à Roger Ghyssens du Cercle d'Histoire de Rixensart, il écrit (II) qu'Auguste Lannoye construit une nouvelle église à Maubroux, dont l'architecture ressemble à celle de son usine, tandis que son clocher est, paraît-il, unique en Wallonie. Ce n'est pas vraiment inattendu car, depuis 1912 déjà, la création d'une nouvelle paroisse est évoquée mais son lieu de culte était prévu, semble-t-il, de l'autre côté des voies lorsque le nombre de fidèles le justifierait. Au contraire, l'endroit choisi par Auguste Lannoye, au beau milieu d'un ensemble de rues fréquentées, n'est pas apprécié du Collège genvalois car il perturbe les plans d'urbanisation de ce quartier. Le Collège donne donc un avis négatif mais qui restera sans effet. La nouvelle cure, par sa part, s'installe dans les murs de l'ancien 'Hôtel de Bruxelles', précise encore l'auteur.

    genval,maubroux,églises,saint-pierre 

    11.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1134 | Une partie du Lac

    genval,lac de genval,argentine,aquarium,avenue du théâtre

    1911 - La pente de 16% est caractéristique à l’avenue du Théâtre, qui donne sur la rive sud du lac de Genval. Sur la carte postale, on distingue à droite L’Aquarium qui deviendra l’hôtel-restaurant L’Argentine (à l’emplacement actuel du Yacht Club de Genval)

    Jadis, il y avait dans le jardin du 25, avenue du Lac « un théâtre de verdure (en plein air). Il avait été choisi dans un décor naturellement beau, à l’abri du soleil et des vents. On y a construit de vastes gradins auxquels la colline sert de cadre. A travers la verdure qui entoure la scène, on découvre le lac et la forêt qui couronne l'autre rive. La route qui conduit au théâtre est sablonneuse », nous apprend une ‘Petite Gazette’ du Soir éditée en 1905. « Il est ravissant dans son cadre rustique et, disons-le, très noble avec son proscenium entouré d'arbustes, son orchestron champêtre et son amphi-théâtre gracieux. L'acoustique y est même qualifiée d’excellente ».

    Dans un article publié le 7 octobre 1997 dans Le Soir, Eric Meuwissen approfondit le sujet : « Avant 1914, plusieurs représentations théâtrales auraient eu lieu dans ce théâtre. Les sièges étaient creusés dans le sol recouvert de gazon. Une cinquantaine de spectateurs pouvaient y prendre place. La scène était une estrade en bois, placée un étage plus haut que les spectateurs. On y représenta aussi bien ‘Le Cid’ de Corneille que des tragédies de Racine ou des comédies de Molière. La troupe se composait de comédiens de Bruxelles mais aussi de deux acteurs résidant ‘Villa des Abeilles’ à Genval ».

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1133 | Edouard Dereume (1920-1943)

    20140508. DEREUME Edouard.jpgNé à Bruxelles le 20 novembre 1920, Edouard Dereume habitait « l’ancienne ferme et café ‘Pagne’, rue du Viaduc 53. Il ne semblait pas faire partie du même mouvement de résistance que les autres (1). Il était néanmoins en possession d’un fusil et de dynamite » (I, p.144).

    Arrêté le 9 janvier 1943, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943.

    La rue reliant la Colline du Glain à Rochemur (Patch) porte son nom.

    -----
    (1) fusillés rixensartois

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1130 | Leur Abri

    rixensart,bourgeois,leur abri,maison de quartier

    Le home familial, la salle de récréation, la plaine de jeux».

    C'est probablement la plus ancienne photographie de la face Sud de 'Leur Abri'. "Cette habitation fut acquise "en 1919 par la société coopérative 'Leur Abri'. Cette association offrait aux enfants des soldats de la première guerre mondiale un séjour temporaire au grand air", écrit Paul Buffin (I).

    A droite du bâtiment principal, la petite salle de récréation abrite aujourd’hui l’association ‘Bébé-Rencontre’.

    rixensart,bourgeois,leur abri,maison de quartier

    7.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1128 | La forge Socquet

    112x. La forge Socquet rue de l'Institut c Joséphine Blomme (via JCR).jpg« Vers 1960/61, alors que j’étais en 3ème ou 4ème année primaire à l’Ecole du Centre à Rixensart, notre classe visita la forge Socquet, sise rue de l’Institut 14 à Rixensart », raconte Jean-Claude Renier. « Préparée par mon instituteur Paul Gilson, cette visite m’avait beaucoup impressionné : la chaleur du four et le tintamarre qui régnait dans l’atelier … Plus de cinquante ans plus tard, je suis parti pour Rétro Rixensart sur les traces de cette famille qui exploita cette forge artisanale et fabriqua des outils en acier trempé ».

    Selon Paul Buffin (I, p. 26), « deux frères forgerons, installés depuis le début du 20ème siècle, décident de se reconvertir, leur métier de forgeron semblant menacé par l’expansion de l’automobile. Ils commencent la fabrication de bêches et de pelles en 1919. L’affaire, de très locale au début s’étend en Belgique ainsi que le renom de leur marque “Le Moulin”. En 1946, le successeur, le fils, modernise l’outil et exporte au Congo Belge, l’entreprise est prospère.

    Jean Socquet (1923-2013), le petit-fils d’Arthur, et Jean Francis, travaillèrent également dans l’entreprise familiale. Jean Socquet cessa ses activités à 71 ans en 1994. Son épouse était la fille d’un forgeron qui confectionnait des fers à cheval. Joséphine Blomme, l’épouse de feu Jean Socquet, habite rue de l’Institut dans une maison se situant à côté de l’atelier. Ce dernier abrite aujourd’hui une ferronnerie. Elle raconte : « Nous fabriquions notamment des pelles sous le nom ‘SOCQUET FRERES’ marqués d’un logotype représentant un moulin à vent. Elles étaient munies de manches provenant de la fabrique ‘Donnay’ de Couvin. Nous fabriquions également des bêches de différents types, des pelles à sable, des courbets, et des machettes destinés pour le Congo. Nous avons même fabriqué des pelles à neige en aluminium. Nous achetions l’acier chez Cockerill, par la suite il provint d’Angleterre. Nous fournissions e.a. les quincailleries ‘Moucheron’ et ‘Jadouille’ de Wavre ».

    Un autre atelier à Rixensart assura une saine concurrence, à savoir ‘Les Ateliers Thomas’, appartenant à la quincaillerie Dedeyn. La forge (1890) se transforma en fabrique d’outils, tels que bêches, pelles, pioches, houes … qu’un marteau pilon façonnait à grand fracas. Cette activité cessa en 1951 (I, p. 40).

    Rétrospectives

    ◼︎ DOSSIER RR | La forge Socquet | reportage photographique réalisé par Paul Gilson vers 1990 + brochure présentant les outils fabriqués par la forge Socquet Frères.

    Collection | BLOMME Joséphine Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1127 | Vue prise des Bruyères

     rixensart,bourgeois,bruyères,fond jean rosy,taillette,moulin,cailloux

    Cette vue prise a été prise à partir de la Sablonnière et montre le 'chemin du Moulin' menant à Bourgeois. A gauche, la rue de la Taillette, suivie de la rue des Cailloux. Et, sur les hauteurs on devine le tracé de la rue du Moulin, qui sur la droite descend vers le Carpu dans la vallée de la Lasne.

    Selon Pop, le 'chemin du Moulin' reliait le moulin de Genval au Patch. Il comprend la descente vers le moulin, mais aussi l’actuelle avenue Fond Jean Rosy et la rue Albert Croy. En 1910, il devint la rue du Meunier, dite aussi 'el ruwale del mouni' (la ruelle du meunier, en wallon).

    rixensart,bourgeois,bruyères,fond jean rossy,taillette,moulin,cailloux 

    6.2014 © Christian Petit

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1124 | Monument des Combattants

    Monument aux Morts inauguration à Rixensart c Ugent.jpg

    1924 - « A l’angle de l’ancienne voie du tram et de la rue de la Gare, avait été érigé en 1924 le monument aux morts de la guerre 1914-1918 » (I). Dans un bref compte-rendu paru dans la presse locale, on apprit à propos de la cérémonie d’inauguration : « La coquette cité brabançonne de Rixensart a inauguré, dimanche, ce monument à ses quatorze héros morts pour la patrie. Il y eut cortège, discours, cantate, appel des morts. Une couronne fut déposée au nom du Roi ».

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1122 | Chapelle de la Vierge, Saint-Roch et Saint-Guidon

    Chapelle de la Vierge, Saint-Roch et Saint-Guidon © Hommes et Patrimoine.jpg2000 - Cette chapelle à chambre avec abside à trois pans est située 16 A, rue de La Hulpe, en face de l'école, à Rosières. « Légèrement en oblique par rapport à la rue, elle semble accueillir ceux qui entrent dans Rixensart par Rosières. Autrefois lieu de culte, elle voyait aussi s’arrêter chez elle les processions », écrit Hommes et Patrimoine. « À défaut d'un écrit en précisant la date, l'édification se situe vraisemblablement vers 1832, année où le choléra fit son apparition en Belgique », estime l’asbl. « Des registres cadastraux datant de 1834 la mentionnent et le plan belge cadastral de Vandermeulen, de 1837, la représente ».

    « En avril 2000, les murs extérieurs furent repeints et le faux appareillage de pierre blanche de façade disparut. Deux petites fenêtres latérales éclairent la chambre à I’arrière. Trois marches latérales mènent à un large seuil, posé sur un socle en pavé. Deux autres marches mènent à l’entrée. La croix au sommet du pignon et la pierre de dédicace ont disparu, tout comme à l’intérieur les statues de saint Roch, saint Guidon et sainte Marie de Cortone ».

    La sécurisation des abords de l’école de Rosières, décidée par la commune de Rixensart le 22 octobre 2014, aura comme probable conséquence la suppression de la chapelle.

    Chapelle de la Vierge, Saint-Roche et Saint-Guidon et Eglise Saint-André de Rosières 20090523 © Eric de Séjournet (5).jpg 

    5.2009 © Eric de Séjournet

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1116 | Gare de Rixensart

    X19 20141030. Gare de Rixensart 30.10.1999 © Jean-Claude Renier.jpg

    30 octobre 1999 - Gare de Rixensart

    «Une automotrice série 03 Breaks triple traverse la gare de Rixensart. Ces automotrices transformées (ajout d'une voiture intermédiaire et nouvelle livrée dans les couleurs) ont été engagées sur la relation IC Ostende-Bruxelles-Arlon», précise Jean-Claude Renier, vice-président du Club Ferroviaire de Rixensart.

    rixensart,gare de rixensart,trains 

    2.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017