• 1242 | Château du Glain

    rixensart,glain

    1902 - Château du Glain  à Rixensart

    Le Glain, "c’était, jadis, le plus petit hameau rixensartois, tapi entre la Grande Bruyère, les bois du Héron et de Ripont, caché sur les talus du chemin creux qui descend en courbe vers le pont sur la Lasne. Ce chemin creux qui était la rue Auguste Lannoye s’appelle aujourd’hui la Colline du Glain. Entre Maubroux qui connut un développement rapide grâce à la gare et aux Papeteries, Genval, le Bourgeois et Rixensart, vieux villages, le Glain fut longtemps le parent pauvre de la commune", écrit Paul Buffin (I, p.136).

    ◼︎ RÉTROSPECTIVE | Château du Glain, sur bruyère

    198B. Château du Glain © Monique D'haeyere.JPG
    Rue Colline du Glain 4 à Rixensart - 2010 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1240 | Clinique, rue du Panorama

    Entrée de la Clinique de Rosières (1).jpg

    après 1955 - Le panneau directionnel (en A2) indique CLINIQUE DES MUTUALITÉS SOCIALISTES ROSIÈRES (1). La présence d'une Peugeot 403 permet de dater la photo, puisque la production de cette voiture a débuté en 1955. 

    S'agit-il de la maternité, que plusieurs lecteurs de Rétro Rixensart recherchent ? Leurs commentaires postés à la notice 177 (cliquez ici) indiquent qu'une maternité existait dans l'ancienne commune de Rosières. En effet, après la Seconde Guerre mondiale un grand nombre d’enfants sont nés (2). Ce n'est pas le simple rattrapage d'un déficit des naissances dû à la guerre, mais un comportement optimiste de la population provoqué par une conjoncture favorable qui persista jusqu'au milieu des années soixante. Après 1965, les statistiques de natalité montrent à nouveau une tendance à la baisse (3).

    Le baby boom des années '50 et '60 a obligé la société à s’adapter et explique l’ouverture de nouvelles maternités, telle celle de Rosières. 

    Selon trois documents présentés par Elly Smit, il existait en août 1949 à Rosières-Saint-André une MATERNITÉ & CLINIQUE DIÉTÉTIQUE, dénommée 'La Vie Naturelle' (tél 53.68.80). Elle fut probablement privée et n'ouverte qu'à l'automne 1949, car la brochure de présentation était encore "à l'impression", le 16 août 1949.

    Dans une lettre adressée à la même date à une future maman, R. Mertens, directeur administratif de la maternité, écrit : "Suite à votre demande, je vous envoie ci-après les renseignements demandés. Je regrette de ne pouvoir vous envoyer actuellement la brochure qui est à l'impression. Si vous avez un médecin ou une accoucheuse, vous pouvez rester en traitement chez eux. Notre personnel est à leur disposition ainsi que le matériel, stérilisation y compris. Si vous n'avez pas de médecin ou si vous ne désirez pas en prendre, un qui ne soit pas gynécologue spécialiste, nous avons notre obstétricien le Dr. Defillet qui se mettra à votre disposition. Nous avons des chambres à 1 lit : A- à 250,- frs par jour, B. à 235, des chambres 2 lits à 225, en salle 175. La location de la salle d'accouchement et les frais pharmaceutiques normaux se montent à fr. 600, pour les chambres à 1 lit et à 500 fr, forfaitairement, pour les chambres à 2 lits et les salles. Les mutualistes sont admis. Quelques jours avant l'accouchement prévu, il nous serait agréable de recevoir, pour stérilisation, les langes, brassières, bandes ombilicales et bandes hygiéniques, marqués. La maternité est située dans un cadre superbe que je vous invite cordialement à visiter".

    Le 3 octobre 1949, la maternité envoie une nouvelle lettre ... plutôt insistante. R. Mertens écrit : "Il y a quelque temps vous aviez bien voulu nous demander des renseignements au sujet de la Maternité. Bien que le corps médical et les accoucheuses qui ont vu nos installations soient unanimes à dire qu'elles sont vraiment très bien, nous voudrions faire connaître et apprécier notre Maternité par les mamans elles-mêmes. Dans ce but, nous voulons accorder un avantage important aux 10 premières accouchées inscrites. Nous voulons accepter uniquement le tarif mutuelle soir fr. 100 par jour et 850 fr pour l'accouchement. Pour une chambre à 2 lits : 125; 1 lit cat. B. 150; 1 lit cat. A. 175; accouchement : 850. Nous sommes persuadés que vous voudrez bien profiter de ces conditions tout-à-fait favorables mais limitées en vous faisant inscrire sans tarder. Vous en serez tout-à-fait satisfaite".

    Dans une troisième lettre, datée du 19 novembre 1949, le même directeur écrit : "Le moment de l'accouchement approche. Je me permets de vous rappeler de bien vouloir nous faire remettre sous peu les linges de bébé : langes fins et gros, bandes ombilicales, brassières et chemisettes (marqués). Veuillez joindre également un paquet de bandes hygiéniques à jeter. Votre chambre vous attend.

    Dans un acte de naissance portant le n°14, Michel Delabye, bourgmestre de Rosières enregistre le 21 décembre 1949 une naissance "rue des Juifs numéro 11".

    Le nom de la rue des Juifs a-t-il été changé en rue du Panorama ? En effet, en avril 1950, il existait rue du Panorama une maternité, probablement la même. Plus tard, ce bâtiment abrita un home pour personnes âgées.

    Merci de partager vos informations à propos de cette maternité (ou clinique). Postez un commentaire ou envoyez un courriel à eric.de.sejournet@gmail.com.

    __________
    (1) sous réserve d'une lecture correcte du panneau
    (2) Peu après 1945, 100.000 naissances par an sont enregistrées en Belgique. Ce nombre est ensuite passé à 160.000 en 1963.
    (3) MeFirst.be, Babyboom + Wallonie en ligne, la société wallonne depuis la libération.

    rosières,clinique,maternité

    Terrasse côté jardin de la clinique à Rosières, sise rue du Panorama.

    rosières,clinique,maternité 

    rue du Panorama 2009 © Google Streetview

    Collection | SMIT Elly Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1239 | Vue sur l'avenue des Sorbiers

    Vue 360° depuis Notre Maison avenue Marchal 1992-1995 © Jacques Pigeon - 1.jpg

    1973/1976 - Vue sur l'avenue des Sorbiers à Rixensart. Cette photo a été prise depuis les appartements sociaux 'Le Logis' (actuellement 'Notre Maison). En C2, se distingue clairement l'Athénée Royal de Rixensart, sis rue Albert Croy (Le Glain). Cliquez sur la photo-légende ci-dessous.

    Vue 360° depuis Notre Maison avenue Marchal 1992-1995 © Jacques Pigeon - 1 (1).jpg

    Collection | PIGEON J. Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1237 | Villa Mary-Ann

    1250. Villa Mary-Ann avenue des Combattants à Genval c Monique D'haeyere.jpg1910/1920 – Villa Ainssy (autrefois Villas Mary-Ann et Raymond), actuellement avenue des Combattants 152 et 154 à Genval. 

    "Autrefois, cette grosse bâtisse s’est appelée ‘Villa Mary-Ann’, à une époque où, seule la moitié droite (vue de la rue) était construite. La tour centrale et la partie gauche furent construites ultérieurement, après quelques années à peine, et l’ensemble rebaptisé ‘Villa Raymond’. Enfin, plus tard encore, elle devint l’annexe d’un hôtel bruxellois. Elle était alors ‘pension de famille’ et s’appelait ‘Villa Ainssy’", précise le Cercle d’Histoire de Rixensart (1).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Villa Mary-Ann, éclectique avec une touche Art nouveau

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Villa Ainssy

    __________

    (1) CHRoniques, L’avenue des Combattants et les rues Val Fleuri, JB Vandercam, Val St-Pierre-Fonteny, A. Lannoye-de Rixensart, Editions Cercle d’Histoire de Rixensart, 2005 
    genval,villas,combattants

    2013 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1234 | Vue des étangs de pêche

    le lido,étangs du lido,rixensart

    début 20ème siècle – Vue des étangs de pêche (Genval-les-Eaux)

    « Le photographe qui a réalisé cette prise de vue s’est vraisemblablement placé dans le haut de la rue de Rosières, à l’est du chemin de fer. Il réalise ainsi un cliché de la vallée de la Lasne au fond de laquelle n’avaient pas encore été aménagés les grands étangs à l’arrière de l’hôtel du Lido (à l’emplacement de la grande prairie de la photo) », estime Julien Taymans. « L'étang de la photo correspondrait à l'un des petits étangs situés sur la rive gauche de la Lasne. Le carrefour de chemins de terre que l'on observe en arrière-plan pourrait alors être celui de la rue de Limalsart avec l'avenue Monseigneur. Cette hypothèse me semble assez bien convenir au regard de la morphologie de la vallée à cet endroit. Cela expliquerait également la présence à l'avant-plan de bruyères et genêts, typiques de sols sableux, tels que ceux rencontrés sur le promontoire de Maubroux », ajoute encore Julien Taymans, président de Natagora – Brabant Wallon.

    A propos de la rue de Limalsart, on sait d’autre part qu’ « en 1850 un simple chemin, s'arrêtant à la Lasne, donnait accès aux prés communs qui tapissaient le fond de la vallée », et que « sa prolongation jusqu'à la rue de Rosières aurait été due à la création du Lac de Genval en 1904 » (Paul Buffin, I).

    Photo-légende

    le lido,étangs du lido,rixensart

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1232 | Rue de l'Eglise

    Rue de l'Eglise - Rosières St. André Collection Michel Delabye

    1911 - Eglise Saint-André.

    "A l'entrée du village de Rosières, vue de la route venant de Champles", nous apprend le Cercle d'Histoire de Rixensart. Ce n'est que peu après 1873, que l'on "ajoute au nom de Rosières celui du patron de l'église, saint André, afin de distinguer cette commune de celle de Grand-Rosière et d'autres hameaux d'autres provinces".

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Église Saint-André, rurale et néoclassique de 1844

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Église Saint-André

    rosières,fermes,églises,église saint-andré 

    3.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | DELABYE Michel Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1231 | La Papeterie

    genval,papeteries de genval

    1913/1925 - «L’industrie du papier peint remonte à la plus haute antiquité. Depuis les temps les plus reculés, les Chinois étaient passés maître dans l’art de peindre les papiers à la main» (1). «Vers l’an 1600, nous voyons apparaître en Europe occidentale de ‘fabricants de papiers destinés à la tapisseries et autres ornements’. Grâce à l’impression à la planche au 18ème siècle, puis à la production mécanique au 19ème siècle, le papier peint prit une extension considérable. Fondée en 1913, la division des Papiers Peints ‘Genval’ s’est affirmée durant l’entre-deux guerres et a pris un essor qui la situa aux premiers plans en Belgique et en Europe" (1).

    __________
    
(1) DOTREVILLE - Les Papeteries de Genval 1904-1954

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1226 | Place Communale

    genval,place communale,kiosque,églises,saint-sixte,monuments,monument place communale

    1930 - Vue de la Place communale comprenant à la fois le kiosque et l’église aujourd’hui disparus. La maison de droite porte un panneau avec la mention ‘Ecole d’apprentissage pour jeunes filles, agréée … par la province’, signale le Cercle d'Histoire de Rixensart.

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1222 | Vue générale de la Villa

    Villa Roger de Grimberghe c Francis Broche-3.jpg

    Villa Roger de Grimberghe

    "En 1990, la commune acquiert 'L’Institut' agrandissant ainsi le parc communal. La Bibliothèque Populaire y est abritée depuis 1993. Une salle polyvalente est mise à la disposition d’organisations telles que 'Les Alcooliques Anonymes', la C.C.A.T., le CLEP, le cercle 'Les Chiffres et les Lettres' et 'Lire et Ecrire', groupe luttant contre l’analphabétisme. L’Académie de musique y aura ses locaux dans l’avenir", écrit Paul Buffin en 1996 (I, p.143).

    rixensart,roger de grimberghe

    12.2013 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1219 | Villa Hygie

    1230. Villa Hygie Rixensart avenue Astrid 1909 c Anne-Marie Delvaux.jpg

    Villa Hygie, située avenue de la Gare à Rixensart (actuellement avenue reine Astrid 13). En effet, Paul Buffin écrit que "l’avenue reine Astrid s’appelait avant 1935 l’avenue de la Gare, bien qu’il y eut déjà une rue de la Station" (I, p. 89).

    Selon l'auteur, "il existait avant 1933 une seule pharmacie à Rixensart. Elle était sise avenue Reine Astrid n° 15" (I, p. 78) ... et jouxtait donc la Villa Hygie.

    Or, dans la mythologie grecque, Hygie est la déesse de la santé, de la propreté et de l'hygiène. Qui plus est, la coupe d'Hygie est un symbole de la pharmacie. Y aurait-il un lien entre les n° 13 et le 15 de l'avenue Reine Astrid ?

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Villa Hygie, hôtel de voyageurs

    rixensart,villas,avenue reine astrid,villa hygie

    4.2013 © Monique D'haeyere

    rixensart,avenue reine astrid,villa hygie 

    7.2017 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017