• 1376 | Les Buissonnets

    rixensart,rue de l'église,les buissonnets,fabrique d'église sainte-croix

    Cette ancienne maison paroissiale, dénommée « Les Buissonnets », était voisine de l'ancienne cure de Rixensart. Située en retrait de la rue de l’Eglise n° 36, elle prenait la forme d'une villa du début du 20e siècle, totalement cimentée (faux-joints appareillés) et décor de faux-colombages (XXIV). Elle fut très longtemps occupée par la famille de Léopold Gilson, régisseur du prince de Merode et bourgmestre de la commune de 1952 à 1970 (Paul Buffin, I, p. 19).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | LES BUISSONNETS, logis et maison paroissiale

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Les Buissonnets 

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    2.2014 © Monique D'haeyere

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    9.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1374 | Château de Rixensart

    1374. Château de Rixensart c Ugent.jpg

    début 20ème siècle - En 1905, Albert Cosyn décrit le château comme "l'un des plus beaux en Brabant (...), l'ensemble émerveille l'oeil par son archaïsme et par ses colorations délicieuses" (1).

    __________
    (1) COSEYN Albert, in Bulletin officiel du Touring club de Belgique, 1905

    rixensart,château de rixensart 

    7.2009 © Gilbert Nauwelaers

    Collection | UNIVERSITEITSBIBLIOTHEEK GENT Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1371 | Eglise Saint-Etienne et Ferme de Froidmont

    Aquarelle Rachel Diepart Ferme de Froidmont sous la neige à Rixensart.jpg

    Eglise Saint-Etienne et Ferme de Froidmont. 

    Cette aquarelle est de l’artiste rixensartoise Rachel Diepart, née à Longlier-Neufchateau en 1958. Régente en Arts Plastiques, elle étudia la peinture à Paris et devint restauratrice de tableaux. Elle fréquente les ateliers de dessin de la Cambre, de peinture aux académies d’Etterbeek et d’Anderlecht, de gravure à l’académie de Boitsfort et de sculpture à l’Ecole des Arts d’Ixelles. Elle participa aussi à des stages d’aquarelle à Ostende. Parmi ses nombreuses expositions, elle fera plusieurs passages à La Pommerage (1) à Genval.

    __________
    (1) DIEPART Rachel, La Pommerage

    rixensart,ferme de froidmont,église saint-etienne 

    3.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | DIEPART Rachel Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1367 | Try du Chesnoy(s)

    genval,chapelles,place communale,try du chesnoy
    1992/1995 - Place communale de Genval, à l'angle de la rue des Déportés et de l'avenue Gevaert. "Plantée à l'intersection de voiries primitives de Genval, la Chapelle Saint-Roch attire l'attention par sa position, mais aussi par sa structure solide et l'élégance de sa niche", souligne Hommes et Patrimoine (III). Elle est adossée au talus appelé Try du Chesnoy(s).

    genval,chapelles,place communale,try du chesnoy

    2012 © Christian Petit

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1366 | Le Colombier Normand et sa Faisanderie

    Le Colombier Normand et sa Faisanderie c Francis Broche.jpg

    Le Colombier normand et sa Faisanderie fait partie du Parc ornithologique de Genval-les-Eaux. "Il compte neuf loges en creux, dont une de grandes dimensions, destinées à abriter les espèces d’oiseaux présentés à l’admiration des visiteurs (…). La première des loges, et la plus grande au centre, sont pourvus d’une cage en treillage permettant aux volatiles de s’avancer au-devant des visiteurs. A l’extrémité, l’alignement de loges se termine par la tour à toiture conique laquelle n’est plus séparée du chemin de fer que par un large sentier aujourd’hui oublié. Après avoir longtemps dominé les voies sur la majeure partie de son tracé, il plongeait le long du talus pour rejoindre la rue de la Tasnière sans devoir emprunter les chemins du parc, propriété privée" (II).

    __________
    (1) situé au-dessus des ‘Masures’, qui abrite encore en 2016 à Genval le Musée de l’Eau et de la Fontaine

    genval,parc ornithologique 

    3.2017 © Monique D'haeyere

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1365 | L'Eglise

    rosières,églises,chapelles

    L’église Saint-André de Rosières est un édifice rural neo-classique datant de 1844. Il fut construit en 1844 en brique et pierre blanche sur les plans de l’architecte E. Moreau (1).

    « Les travaux ont été sans doute surveillés avec peu de soin, car de nombreuses lézardes sillonnent déjà les murs de l’édifice et les plafonnages de l’intérieur se détachent en plusieurs endroits », écrivirent Jules Tarlier et Alphonse Wauters en 1873 (2).

    « Elle fut consacrée en 1877 par Mgr Anthonis, évêque de Constance. Dressée en haut d’un escalier, au flanc d’un talus, elle présentait déjà, moins de 20 plus tard, de nombreuses lézardes », souligne Louis Evrard (3).

    Sur base des écrits de Tarlier et Wauters, Louis Evrard décrit l’église : « Une tour carré, coiffée d’une petite percée d’une porte rectangulaire à fronton et d’une lucarne semi-circulaire éclairant le jubé; elle précède un vaisseau en forme de basilique à trois nefs que deux rangées de colonnes doriques, supportant des arcades cintrées, partagent en quatre travées. Une belle voûte en berceau recouvre le choeur et la nef principale; un plafond horizontal recouvre les collétéraux. Les trois autels sont toujours dédiés au Saint-Sacrement, à la Sainte-Vierge et à saint André, traditionnelement invoqué contre les maux de reins. Cette église harmonieuse, fraîchement repeinte lors des festivités de son 150è anniversaire, a conservé entre autres, de son ancien ameublement : un calice et un ostensoir en vermeil, provenant, disait-on, des Bogards de Bruxelles; une croix de miniatures endommagées pendant les troubles religieux; une réplique de la Descente de Croix, de Rubens; une autre de l’Immaculée, d’après Murillo; deux confessionnaux baroques du XVIIe sicèle, un banc de communion régence, une chaire de vérité, un jubé et des fonts baptismaux en étain, contemporains de l’édifice, et des statues de son saint patron, en pierre et en bois polychromé des XVIe et XIXe siècles. Saint Ghislain y était jadis très vénéré et invoqué pour les enfants » (3).

    Le tracé de l'E411 a profondément modifié cette vue de l'église Saint-André de Rosières. Au pied de l'arbre, la chapelle Saint-Antoine fait figure de rescapée. 

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Église Saint-André, rurale et néoclassique de 1844

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Église Saint-André

    __________
    (1) La précédente église, en style rennaissance, avait été édifiée en 1704, date qu’on lisait au-dessus de la porte. Tombant en ruines, une nouvelle église fut construite en briques, sur le même emplacement.
    (2) TARLIER Jules et WAUTERS Alphonse, La Belgique ancienne et moderne - Géographie et histoire des communes belges, Bruxelles, 1873
    (3) EVRARD Louis, Répertoire des Eglises du Brabant wallon, 1994

    rosières,églises,chapelles 

    3.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1364 | Quartier de Froidmont

    rixensart,froidmont,fermes,rue alphonse collin,ferme leloup 

    1936 - ‘Cette peinture à l’huile de Georges Claes date de 1936 et représente un coin du quartier de Froidmont et principalement la rue du Chemin de Fer (actuellement rue Alphonse Collin). Elle est intéressante à plus d’un titre’, raconte Jean-Claude Renier. ‘En effet, je vous invite à découvrir

    - en C2, deux constructions ayant des façades blanches. Celles-ci appartenaient à la famille Mélotte. L’une d’elles était un café avec une salle de danse. On montait des escaliers et l’orchestre était là, au-dessus. On y donnait aussi des leçons de musique. A côté, il y avait aussi une grande salle pour remiser leurs machines. Ces deux bâtiments ont été abattus avant la guerre 1940-45.

    - en C1, à l’angle de la rue A. Collin et de la rue de Limal, la ferme Leloup. En arrière-plan, on aperçoit les pâturages exploités par cette ferme.

    - en A2, la grille d’entrée de « l’Ermitage », ancien prieuré. On remarque que le mur de droite délimitant la propriété est très arrondi. Après réaménagement de la voirie, celui-ci a été redressé.

    - en B1/B2, le pignon (en brun) de la maison de Julien Mélotte, au n° 10 de la rue du Chemin de Fer.

    - En B1, les trois premières maisons de la rue de Limal’.

    On peut se référer et comparer avec les photos n° 454 et 463 de RETRO RIXENSART.

    rixensart,froidmont,fermes,rue alphonse collin,ferme leloup

    12.2015 © Monique D'haeyere 

    Collection | CLAES Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1361 | Au vrai bon Marché

    1361. Au vrai bon Marché à Bourgeois c Anne-Marie Delvaux.jpg

    début 20ème - Sur la place de Bourgeois, les commerçants de la rue des Cailloux posent pour le photographe. A gauche, le magasin de cycles est dépositaire des marques Bury (1) et Alcyon (2). L'enseigne reprend l'identité d'Alcyon ... un oiseau de mer. A droite, la rue Saint-Roch mène au Quai du Tram.

    __________
    (1) Bury est une marque de vélos, fabriqués par "E. Koob & A. Bury, Saint-Hubert"
    (2) Alcyon est une marque de bicyclettes et de motocyclettes déposée en France en 1903

    rixensart,bourgeois,parce cardinal mercier,commerces,rue saint-roch

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1359 | Grand Hôtel du Centre

    C Grand Hôtel du Centre 1937 c JCR CCB.jpg

    Grand Hôtel du Centre à Rixensart, au croisement des avenues de Merode et Kennedy, et de la Route provinciale.

    'Le Fond du Bois se trouve quasi au milieu des quatre hameaux de Rixensart et s'est appelé Centre depuis 1935. A cette époque, M. Kashy achète trois des terrains du carrefour des avenues de Merode et Kennedy. Il y fait construire le Cinéma du 'Centre', l'hôtel-restaurant du Centre et les maisons y attenantes (...). Monsieur Kashy était un visionnaire doublé d'un homme d'affaires très avisé et astucieux. Après la guerre 1940-1945, il fait remblayer le fond occupé aujourd'hui par le centre commercial Kennedy créé et ouvert en 1977. A l'autre coin du carrefour, le GB, ouvert le 16 février 1972' (I). 

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART |  HÔTEL DU CENTRE, concentré de services

    rixensart,hôtel du centre,avenue de merode,avenue kennedy,route provinciale,ligne vicinale 

    11.2015 © Monique D'haeyere

  • 1358 | FC Rixensart

    Saison 1949 1950  Waterloo Rixensart 2-3 colelction Paul Gilson.jpg

    1949/1950 - "L'équipe de football du FC Rixensart. Cette photo fut prise lors de la rencontre Waterloo-Rixensart 2-3, Rixensart champion!", commente Paul Gilson.

    - 1er rang, de gauche à droite : Didier Degrie, J. Kuyl, Paul Gilson, Raymond Beaurain, Raymond Dubois.
    - 2ème rang, de gauche à droite : Willocq, G. Loppe, J. Socquet, Lavallei, A. Carême, Joseph Verté

    Collection | GILSON Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1357 | Panorama

    Panorama 1913 Genval c Imelda De Thaey.jpg

    1913 - Vue sur le quartier genvalois formé par les rues de Rixensart et Auguste Lannoye (1) et l'avenue des Combattants. On devine à gauche le futur emplacement de la Perche couverte.

    __________
    (1) anciennement rue des Lilas, dans laquelle se trouvait la résidence d'Auguste Lannoye.

    Photo-légende (cliquez sur la photo ci-dessous pour l'agrandir)

    genval,maubroux,rue de rixensart,rue auguste lannoye

    Collection | DE THAEY Imelda Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1355 | Premières traces de l'enseignement à Rixensart

    rixensart,premières traces de l'enseignement à rixensart

    Dessin de Paul Gilson - Le premier document parlant d’enseignement à Rixensart date du 26 septembre 1606. Il atteste que Messire Alexandre, prêtre, a desservi pendant dix ans l’office de la chapelle et « instruit et enseigné la jeunesse ». Environ un siècle plus tard, entre 1736 et 1739, un rapport du curé de Saint-Martin de Limal, adressé à l’évêque de Namur, signale « qu’il y a un maître d’enfants à Rixensart … Il utilise de bons livres et le catéchisme de Namur » (1).

    Il semble que cette situation continua jusqu’à la conquête de la Belgique par les troupes révolutionnaires en 1794. Jusqu’à la fin de la période française, l’instruction resta très médiocre dans tout le pays. En 1821, sous le régime hollandais, l’instruction primaire fut enfin organisée en application de la loi hollandaise de 1806 (2).

    Le 20 juin 1822, Jacques Stenuit, le Bourgmestre, signala que seulement douze indigents fréquentent l’école primaire. En 1824, la Commune fut tenue d’inscrire une somme à son budget pour la création d’une école communale. Le 12 février 1824, le Bourgmestre écrivit à la Députation des Etats que « l’établissement d’une école est tout à fait inutile dans notre commune puisqu’elle ne contient que presque tous journaliers, il n’y a que deux fermes et sept à huit petits propriétaires; par conséquent il n’y a pas des enfants qui peuvent fréquenter l’école ». Il expliqua en plus que « la taxe pour une école va reposer uniquement sur les pauvres journaliers qui ont besoin de leurs enfants pour les assister à vivre et que le grand propriétaire étant étranger à la commune n’interviendra pas dans le paiement de cette taxe » (2).

    rixensart,premières traces de l'enseignement à rixensart

    Seule une école de pauvres fonctionna en hiver, de fin novembre à fin mars dans un vieux bâtiment (ndlr. attenant à l'auberge Sainte-Barbe), près de l’actuelle Place Jefferys. Entre février 1830 et mars 1836, Pierre Joseph Mathy y enseigna le catéchisme, la lecture et quelques rudiments de calcul. Bien qu’appelé instituteur communal, il ne toucha rien du Gouvernement, ni de la Commune, il fut pauvrement rétribué par le Bureau de Bienfaisance ou par les parents des enfants (2).

    rixensart,premières traces de l'enseignement à rixensart

    En 1839, la Commune acheta enfin la maison des héritiers Devienne au-dessus de la rue de l’Eglise, au n° 7 actuel, pour en faire à la fois la maison communale, l’école (ndlr. la première école communale de Rixensart) et le logement de l’instituteur.

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | PREMIÈRES TRACES DE L'ENSEIGNEMENT, de 1606 à 1839

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | PREMIÈRE MAISON COMMUNALE, première école officielle 

     __________

    (1) Ecole Sainte Agnès de Rixensart 1860-1990, pp. 7 et 8, 1990
    (2) GILSON Paul, Chronique d’une école 1840-1875-1925-2000

    Collection | GILSON Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017