• 1395 | Château du Prince Félix de Merode - Entrée de la cour d'honneur

    1395. Entée de la cour d'honneur c JCR 0045.jpg

    Après 1930 – Se trouvant dans l’avant-cour trapézoïdale du château de Rixensart, le visiteur fait face à la forte tour-porche, qui domine l’ensemble au milieu de la face Sud. Au centre de la tour, en-dessous de l'horloge en bois et fer forgé ... un cadran solaire, "plaqué entre deux fenêtres à traverse du second niveau. Il a été récemment restauré", écrit Alessandra Zecchinon en 1990 (VI).

    Le Cercle d'Histoire de Rixensart explique : "Il n'y a pas si longtemps (XVIIe au XIXe siècle), les cadrans solaires constituaient le seul moyen de connaître l'heure. Toutes les villes, tous les villages, possédaient leurs cadrans solaires. Les activités humaines étaient réglées par la course lente du soleil dans le ciel. Et peu importait qu'il soit midi (solaire) à Bullange (près de Malmédy) alors qu'il n'était que 11 h 44m sur un cadran situé à la Panne ! La technologie des horloges se développa et donna lieu à l'apparition des horloges monumentales qu'on trouve sur les églises, les tours des châteaux (comme sur celle du château de Rixensart). Mais ... la finition des pièces était loin d'être parfaite et il n'était pas rare que ces horloges connussent des écarts importants sur une seule journée. Il fallait donc les remettre régulièrement à l'heure ... grâce au cadran solaire qui, lui, ne se déréglait pas ! Ce qui explique leur présence au-dessus, ou au-dessous, de nombreuses horloges monumentales (voyez château de Rixensart). Ces horloges indiquaient encore le temps local.

    Mais le développement des transports fit sentir le besoin d'un temps uniforme et identique pour tout le pays. Avec l'avènement du télégraphe il devenait possible de donner instantanément l'heure exacte partout.

    Les horloges furent alors réglées sur le temps légal dont la référence est celle de Greenwich.

    Les progrès technologiques de l'industrie horlogère et l'introduction de l'heure légale consacrèrent le déclin du cadran solaire.

    Mais la nostalgie que nous éprouvons en face d'un cadran solaire ne doit pas nous faire oublier qu'il s'agit d'un instrument scientifique de mesure du temps qui fait partie intégrante de notre patrimoine".

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART | L'ombre du temps qui passe

    rixensart,château de rixensart 

    4.2015 © Christian Petit

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1393 | Rue de Froidmont

    rixensart,froidmont,rue de froidmont,tunnel de froidmont


    2009 - Cet accès public mène à quelques habitations isolées de la rue de Froidmont à Rixensart. Ce lieu particulier a été profondément modifié par les travaux du RER dans le quartier.

     RÉTROSPECTIVE   > RUE DE FROIDMONT, quatre à quatre

     OBJECTIF RIXENSART   > Rue de Froidmont

    rixensart,froidmont,escalier rixensart,froidmont,escalier 

    11.2014 © Monique D'haeyere                                           11.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1392 | Le lac

    1392. Le lac de Genval 1904 © JCR Martin0.jpg

    1904 - Sur la rive sud du lac de Genval on aperçoit le lieu dit 'La Source' (au centre de la photo). De gauche à droite, on reconnait également la Villa Les Sorbiers, le Chalet Normand et les villas de l'avenue des Aubépines (actuellement Drève des Magnolias). La Villa Les Hirondelles (à droite des Sorbiers) est en construction. 

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1391 | L'Auberge du Canard Sauvage

    Auberge du Canard Sauvage 57 avenue de Merode à Rixensart (1).jpg

    L’Auberge du Canard Sauvage fut « ouverte pendant la Seconde Guerre mondiale dans la troisième partie de l’avenue de Merode à Rixensart, un peu plus haut que la Maison Genné », écrit Paul Buffin (I). « Cet hôtel-restaurant s’adressait à une clientèle restreinte mais disposant de moyens appropriés à la réputation haut de gamme de l’endroit. Une seconde villa, avenue Franklin Roosevelt (ndlr. anciennement Route Provinciale) complétait l’établissement, les jardins qui se jouxtaient, permettant le passage entre les deux immeubles ».

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1390 | Rue des Cailloux

    B rue des Cailloux 2 (2).jpg

    La rue des Cailloux à Bourgeois (Rixensart) est nommée par Popp chemin du Caillou où seulement huit maisons sont construites vers 1850. En 1756 et 1787, le lieu est désigné comme terre aux cailloux, champ de cailloux ou longue terre. Cette rue en forte pente dans sa partie inférieure est tracée sur une crête caillouteuse qui sépare deux vallons très prononcés (I, p. 107).

    rixensart,rue des cailloux,bourgeois

    1.2016 © Monique D'haeyere 

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1389 | Carrefour des avenues J.F. Kennedy et F. Roosevelt

    1389. Avenue de Merode Rond-point Hanin © Monique D'haeyere (1).jpg

    1950/1960 - Venant du centre de Rixensart par l'avenue de Merode, une VW Coccinelle s'engage dans le carrefour des avenues John Fitzgerald Kennedy et Franklin Roosevelt. En haut à droite, deux maisons marquent l'entrée de la rue de Messe.

    Aujourd'hui, ce carrefour est connu sous le nom Rond-point Paul Hanin (1).

    __________
    (1) Au niveau communal, Paul Hanin occupa des mandats pendant 33 ans, d'abord à Genval où il fut élu sur la liste du PSC en 1958 avant de devenir échevin de 1963 à 1970 et puis bourgmestre de Rixensart entre 1976 et 1992 (Le Soir, 25 mai 1999)

    Photo légende (cliquez pour l'agrandir)

    1389B. Avenue de Merode Rond-point Hanin © Monique D'haeyere.jpg rixensart,avenue john kennedy,avenue de merode,avenue franklin roosevelt

                                                                                                     2.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1388 | Curé Tonnet

    Abbé Tonnet 21 février 1892-3 janvier 1963 L'Eglise Saint-Sixte Genval c Imelda De Thaey 1.jpegL'Abbé Adrien-Marie Tonnet fut curé de Genval Saint-Sixte du 7 octobre 1928 au 1er septembre 1962 et aumônier des Soeurs Franciscaines de Genval.

    Il naquit à Molenbeek-Saint-Jean le 21 février 1892 et décéda à Etterbeek le 3 janvier 1963. Ordonné prêtre à 22 ans, envoyé à l'Université de Louvain le 6 coût 1913, professeur de rhétorique à l'Institut Saint-Pierre à Jette et au Petit Séminaire de Basse-Wavre, Chevalier de l'Ordre de Léopold Il. Décoré de la Croix d'honneur des Combattants de Belgique.

    Collection | DE THAEY Imelda Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1387 | L’Île des Pêcheurs

    genval,lac de genval

    Début du 20ème siècle - L’Île des Pêcheurs sur la rive sud du lac de Genval.

    "Outre les promenades champêtres, le lac de Genval offre également des distractions de choix comme la pêche, la voile et le canotage" (1). Régulièrement, les membres du club de pêche local nettoyent les berges du lac de Genval. Comme en mars 2012, ils ont ressorti de tout : branches, canettes, bouteilles en verre, barrières Nadar ou encore un panneau de signalisation" (2).

    En 2015, une convention a été mise sur pied entre John Martin, le propriétaire et ‘Les Pêcheurs du Lac de Genval’. Pour pêcher au lac de Genval, il faut en effet être membre de l’association et payer une cotisation de 100 euros pas an. Ce qui permet de financer principalement le rempoissonnent du lac. “Nous promouvons le no kill", explique Albert Collard, "c’est-à-dire que les poissons pêchés doivent être remis à l’eau, mais les pêcheurs peuvent tout de même emporter un brochet et un sandre par jour de pêche.” Si les concours ont lieu entre avril et octobre, les 110 membres de l’association peuvent pêcher toute l’année sur le lac.

     RÉTROSPECTIVE   > LA PÊCHE, remise à l'eau

     OBJECTIF RIXENSART   > La pêche

    __________
    (1) Magazine BW, octobre 2013
    (2) L'Avenir, 5 mars 2012

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1386 | Panorama de Genval-lez-Eaux

    genval,papeteries de genval,chemin de fer,la grande bruyère

    < novembre 1909 - On distingue à gauche en A2 la Grande Bruyère et les Papeteries de Genval. Au milieu sur le talus, on devine le futur tracé de l’avenue Albert Ier. Et sur l’avant-plan, la trouée du chemin de fer. La photo a dû être prise à partir de l’hôtel Bigaré (hôtel du Parc) ou de ses environs.

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1384 | Home de Genval (Enfants de la Patrie)

    genval,lac de genval,la pommeraie,overijse

    16 aout 1956 - Ces photos ont été prises devant La Pommeraie, située sur la rive nord du lac de Genval ... sur le territoire de la commune d'Overijse. Après la Seconde Guerre mondiale, cette ancienne ferme accueillit des enfants de prisonniers politiques et résistants. Le 'Home de Genval (Enfants de la Patrie)' reçut en 1955 un subside de 549.850 FrB (1).

    __________
    (1) Sénat de Belgique, Rapport de la Commission de la Santé Publique et de la Famille chargée d'examiner le projet de loi contenant le budget du Ministère de la Santé Publique et de la Famille pour l'exercice 1956, séance du 7 décembre 1955 (2)
    (2) D'autres homes pour enfants de prisonniers politiques et résistants recevaient également des subsides, mais moins élevés : Home 'Clair Foyer' à Gryon en Suisse (352.300 FrB), Home 'Les Cailloux' à Uccle (162.940 FrB), Home 'Rosario' à Biévène (191.759 FrB), Home 'Miraval' à Boitsfort (82.886 FrB), Home de Berchem (203.630 FrB), Home 'Les Hirondelles' (86.632 FrB) et Home 'Alpina' à Villars-sur-Ollon en Suisse (142.750 FrB).

    genval,lac de genval,la pommeraie,overijse,1940-1945 

    1.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | LAMBION Renée, PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1383 | Un avion dans le lac

    1383. Un avion dans le lac JUnkers JU188.jpg

    11 décembre 1943 - « L'avion dans le Lac » fait partie du souvenir collectif sans que pour autant le public soit bien certain de la réalité du fait, de son importance, de la nationalité de l'appareil, et si la plupart s'accordent sur l'époque, « fin 1943 », plus de précisions sont rarement accessibles. Beaucoup de bruits et de « vérités » ont circulé concernant cet épisode de la Seconde Guerre mondiale. Certains ont évoqué un combat aérien au-dessus du plan d'eau, combat se terminant par la chute d'un Supermarine Spitfire dans les flots. Une autre version parle d'un transport trimoteur du type Junkers JU 52, une troisième, sous l'influence des lieux peut-être, d'un hydravion. L'ouverture des archives militaires chez les participants au conflit a permis d'éclaircir ce point qui fait aujourd'hui partie de notre histoire locale. Les recherches du côté des avions perdus par la RAF ne font apparaître aucune perte compatible avec un crash dans le Lac de Genval durant la période considérée, par contre, les archives allemandes sont plus explicites. Elles mentionnent la perte de 8 appareils en décembre 1943 dont un Junker JU 188, tombé dans le Lac de Genval le 11 décembre de cette année. Elles font état aussi de la mort des quatre membres d'équipage.

    A cette époque, fin 1943, la guerre est à un tournant. L'offensive aérienne alliée contre le Ille Reich monte en puissance, Rommel a perdu la campagne d'Afrique depuis mai, l'Italie a capitulé, les Russes sont à l'offensive dans la bataille de Koursk et le Dr Goebbels manque de faits glorieux pour sa propagande. Hitler ordonna donc une offensive aérienne contre Londres, le sud de l'Angleterre, et le trafic maritime dans la Manche. L'opération, baptisée « Steinbock » par la Luftwaffe et « Baby Blitz » par les Anglais, débuta en décembre 1943 et, bien que menée par un petit nombre de bombardiers et chasseurs-bombardiers, ces raids immobilisèrent de gros moyens de défense du côté britannique. Ces escadres de bombardement (Kampfgeschwader) étaient équipées en parts sensiblement égales de Junkers JU88 et des dernières versions du Dornier DO 217. Au début de l'année 1943, la firme Junkers avait sorti un dérivé très amélioré de son JU88, rebaptisé JU 188, dont le prototype vola dès janvier. La première version, entrée en service au mois de mai fut basée dans le nord de la France. Ces appareils différenciaient cependant du prototype initial JU 188A par des moteurs d'une puissance de près de 10 % inférieure aux moteurs prévus, en retard de développement. Le premier raid au dessus de l'Angleterre eut lieu le 20 octobre 1943 et les nouveaux appareils JU 188 furent employés dans des missions d'éclaireurs et de marquage d'objectifs pour les bombardiers des escadres.

    Le samedi 11 décembre 1943, le JU 188 du IIIGruppe KG6 s'abat dans le Lac de Genval.

    Que s'est-il passé ? Parmi les scénarios possibles figure un éventuel vol de liaison entre sa base du nord de la France, ou de Chièvres, vers Melsbroeck où était basé le Stab KG6 (Etat-major). Il y aurait eu un gros problème technique entraînant une explosion à bord et tentative d'évacuation de l'équipage de l'appareil désemparé. Un témoin oculaire atteste qu'un aviateur a été retrouvé mort accroché par son parachute dans un arbre de la Villa Béatrix (La Fée du Lac) au coin de l'avenue du Théâtre. Deux autres membres de l'équipage sont restés coincés dans l'habitacle et nous ignorons les circonstances de la mort du quatrième. Un riverain de l'époque affirme avoir retrouvé un gant appartenant à l'un des occupants. Ce qui est certain, c'est que les quatre membres de l'équipage sont enterrés au cimetière allemand de Lommel. Ils avaient pour nom : Feldwebel Spech F. (pilote), Feldwebel Bock F. (mitrailleur), Feldwebel Kols W. (mitrailleur), Unteroffizier Mass W. (radio-mitrailleur). La partie avant de l'avion est tombée à environ 25 m de l'actuel piétonnier, au large du mur de la propriété Rossel. Des éléments de moteur, dont des têtes de cylindres, ont été extraites à cet endroit lors du dragage du lac en juin 1975. La partie arrière du fuselage serait tombée plus près du débouché de l'avenue du Théâtre, voire même au-delà, et dépassait de la surface. Dans les jours qui suivirent, les Allemands isolèrent la zone et retirèrent des eaux tout ce qui était accessible, peut-être en baissant partiellement le niveau du Lac mais ce dernier détail reste incertain.

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART | CORYN Michel, Genval-les-Eaux et la Luftwaffe, 2004

    __________
    PHOTO | Bundesarchiv Bild 146-1989-039-18A, Flugzeug Junkers JU188

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1382 | Châteaux d'eau de Genval

    9001. Le Poteau route d'Ohain c Monique D'haeyere.jpg

    L'ancien et le nom nouveau château de Genval, côte à côte au lieu dit Le Poteau, rue de la Bruyère à Genval.

    "Une épidémie de fièvre typhoïde, qui entraîna environ 200 cas et 9 décès, amène les Genvalois à envisager l'établissement d'une distribution d'eau potable", rapporte le Cercle d'Histoire de Rixensart (XII). "En juillet 1895, il apparaît que c'est 'la Compagnie générale des Conduites d'eau à Liège' qui est adjudicataire de la distribution d'eau sur le territoire de la commune de Genval. En septembre 1895, l'Administration communale demande au Conducteur principal des Ponts et chaussées l'autorisation de construire un réservoir sur la parcelle B433f, le long de la route de Genappe à La Hulpe. En fait, à l'emplacement actuel du château d'eau". 

     RÉTROSPECTIVE   > CHÂTEAU D'EAU DE GENVAL, le Poteau

     OBJECTIF RIXENSART   > Le Poteau

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1380 | La Terrasse de l'Etablissement des Eaux

    La Terrasse de l'Etablissement des Eaux de Genval c Francis Broche.jpg

    vers 1930 - La Terrasse de l’Etablissement des Eaux. "En façade, à l'entresol, une galerie court sur toute la longueur de l'aile droite. Elle s’ouvre sur le lac par douze arcades en plein cintre, soutenues par des colonnettes et on y accède par un escalier, toujours en place sur le pignon ouest. Cette coursive, ouverte au vent du lac car à l’époque les arcades ne sont pas vitrées, est qualifiée de terrasse et est fermée du côté intérieur par un mur sur lequel s’ouvrent quelques portes. L’une d’entre elles, à plusieurs vantaux, laisse un large passage vers la source, dans une salle en contrebas. Cette photo est prise dans le sens ‘tour vers extrémité de l’aile droite’, et l’on voit, grande ouverte, la porte qui débouche sur l’escalier extérieur" (II).

    Variante (dans l'autre sens)

    genval,château du lac,château du lac galerie

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017