GODIN Philippe - Page 2

  • 1165 | La Cour de l'antique ferme Englebert

    rosieres,fermes,woo,ferme de woo,rosierbois,relais de poste

    1919 - Dans un article consacré à la Ferme de Woo et la seigneurie de Rosierbois, J.M. Malmendier (1) en retrace les différents propriétaires : "Après l'achat (en 1320) à Henri de Vrisselle (Vriessele), Henri de Rosierbois fut le premier seigneur en titre, par lettre de la duchesse de Brabant. Son fils René vendit le manoir et ses 40 bonniers (2) - parmi lesquels on mentionne des vignes - à Henri de Hainaut ... L'énumération des acheteurs et héritiers serait fastidieuse".

    'Notons cependant que le bien appartint pendant les 16ème et 17ème siècles notamment aux seigneurs de Dion, puis aux Carmélites de Bruxelles, par achat en 1680. Ce fut à un prêtre, Jean-Baptiste Waevermans ou Wavremans, que l'acheta Sire Thomas de Fraula ; devenue possession des Fraula, la seigneurie qui comprenait, en 1694 (3), 80 bonniers de terres, 20 de prés et 8 de bois, comporte, en 1768, 135 bonniers de dépendances. Achetée par Jean-Baptiste Van Schoor, le bien passe en 1785 à M. de Crumpipen, ancien conseiller de Brabant, au baron de Gaiffier en 1832, aux de Man de Lennick en 1838, au baron von Brienen d'Amsterdam en 1852, puis à son beau-fils le comte Merey d'Argenteau en 1853. Le comte d'Alcantara acheta les bâtiments et leurs dépendances, mais en 1909 la famille vendit 17 hectares de terres et de prairies'.

    'Achetée plus récemment par la famille Michiels, la ferme Englebert a pris pour le village le nom de ses locataires actuels ; depuis le décès de Monsieur Michiels, la propriété est gérée par son beau-fils, Monsieur le notaire Snyers, de Hannut. Nul doute que dans son état présent, la ferme conserve des souvenirs de son lointain passé ...'

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | FERME DE ROSIERBOIS, altitude 105 

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Ferme de Woo

    __________

    (1) Syndicat d'Initiative Rosières Saint-André, Périodique N° 3 de novembre-décembre 1975, adressé 'A tout Rosièrois de naissance ou de cœur', Editeur responsable R. Deweer, avenue de la Sapinière 17 à 1331 Rosières
    (2) Selon les époques et les régions, le bonnier représente de 64 à 148 ares
    (3) En 1686, le village de Rosières comprenait 344 bonniers 3 journaux, dont 226 b. de terres, 51 b. de prés, 27 b. de bois, 40 b. de bruyères communales (IX).

    rosieres,fermes,woo,ferme de woo,rosierbois,relais de poste 

    2011 © Francis Broche

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 1159 | L’Ecole des garçons et l’Eglise

    eglises,ecoles,rosieres,maison rosieroise

    Début 20ème siècle - Dans 'Géographie et histoire des communes belges' (IX, 1873) Jules Tarlier et Alphonse Wauters écrivirent que "l'école communale, peu élégante, a été construite, il y a une quinzaine d'années, sur les plans de l'architecte Moreau. Elle renferme une salle pour les séances du conseil communal. Le nombre des enfants pauvres, qui ont été admis par la commune, en 1858-1859, à recevoir l'instruction gratuite, s'est élevé à 80 : 50 garçons et 30 filles".

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | MAISON ROSIÈROISE, école et maison communale

     

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Maison Rosièroise

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 1073 | L'Etablissement des Eaux

    G55 Etablissement des Eaux (Château du Lac) c Philippe Godin.jpg

    Durant la Première Guerre mondiale, « les Allemands s’étaient installés dans le Parc de Genval-les-Eaux en réquisitionnant plusieurs hôtels et une dizaine de villas et, durant les années d’occupation, la commune de Genval dut supporter les frais d’une kommandatur d’envrion 250-300 hommes. Les touristes avaient été remplacés par les soldats des IIe d’abord et IIIe compagnies ensuite des ‘Landsturm de Potsdam », écrit Roger Ghyssens (II, p 163).

    « La période de guerre avait été dure, très dure, pour le parc aux villas pillées et détériorées, pour les hôtels privés de clientèle, hormis celle en uniforme, pour les sociétés (telle que la s.a. de Genval-les-Eaux) aux marchés disparus » (II, p 165).

    Le montage de photos ci-après démontre le lent réveil du site du Lac après la dissolution le 9 janvier 1928 de la Compagnie des Eaux minérales de Genval.

    genval,établissement des eaux,château du lac,lac de genval

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 988 | Panorama

    G5 Genval Panorama.jpg

    Intéressante photo prise à partir du clocher de l’église de Maubroux : à gauche la Perche (en A2) et à droite la tour à charbon (en C2). Cette dernière alimentait les locomotives à vapeur assurant le transport des marchandises des Papeteries de Genval.

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | TOUR À CHARBON, des chevaux vapeur pour du papier

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 922 | Chalet des eaux

    genval,horeca,home des vétérans,chalet des eaux,hotel normandie,compagnie fermiere des eaux minerales de genval,normandy

    1901/1902 - Dans son livre « Genval-les-Eaux de 1895 à 1935 », Roger Ghyssens (II) développe sur deux pages l'histoire de cette 'Villa Normande'. Il explique que cette ancienne photographie a été prise de « l'autre côté des voies, du sommet du talus opposé de la tranchée du chemin de fer ». Initialement « siège administratif de la Compagnie fermière des Eaux minérales de Genval, la villa subira, dès avant 1906, différentes transformations en sus du colombage ».

     

    genval,horeca,home des vétérans,chalet des eaux,hotel normandie,compagnie fermiere des eaux minerales de genval,normandy

    1.2008 © Eric de Séjournet                                                           2010 © Monique D'haeyere

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 882 | Maison communale de Genval

    genval,palce communale,maison communale

    avant 1913 - "Cette bâtisse jumelée de type néo-classique tardif date de 1869 et abritait anciennement l'école communale et la poste", écrit Bénédicte de Ghellinck en 2009 (XXIV). "Le bâtiment principal s'organise en quatre travées sur deux niveaux, sous une bâtière de zinc. Des annexes basses l'encadrent. La partie centrale, en léger ressaut, abrite les deux portes d'entrée sous un cordon de pierre ourlé et deux fenêtres jumelées à l'étage, encadrées de pilastres portant une arcade en plein cintre. Cette partie de la façade se termine par un petit fronton, ouvert d'un oculus surmontant le cartouche millésimé. A l'arrière, des bâtiments accolés dédoublent la superficie".

    genval,place communale,maison communale 

    12.2013 © Monique D'haeyere

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 863. Schweppes

    863. Schweppes sources de Genval Châtau du Lac c Philippe Godin (1).jpg 

    après 1934 - Schweppes, sources de Genval ... actuellement château du Lac (1). En 1934, la 'Société foncière de Genval' loue le bâtiment et le matériel (2) à la société Schweppes (Belgium) Ltd. Le maître-brasseur anglais John V.B. Martin, né à Newmarket le 15 février 1886, trouve à Genval un 'véritable paradis presque British, noyé dans la verdure' (II).

    -----
    (1) voir Rétro Rixensart, notice et photos 752
    (2) usine de production et d'embouteillage d'eau minérale 

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 772 | Maison Communale

    genval,bibliotheques,maison communale,place communale,deuxième maison communale de genval

    Deuxième Maison communale de Genval

    Protégée par une avancée à colonnades, surmontée d'une terrasse balcon, le fronton de l'entrée principale est marqué d'un grand G stylisé. Sur la façade, on découvre les inscriptions MAISON (à gauche) GENVAL (au centre) COMMUNALE (à droite). Le nom de l'ancienne commune est à son tour surmonté de la devise de la Belgique : L'UNION FAIT LA FORCE.

    Une rampe métallique et des marches supplémentaires ont été ajoutées à l'escalier principal.

    genval,bibliotheques,maison communale,place communale,deuxième maison communale de genval

     2009 © Eric de Séjournet

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 713 | Hôtel Terminus

    G Tel 53 Genval c Philippe Godin-34.jpg

    Hôtel Terminus à Genval (près de l'actuel rond-point Etienne Gailly). 

    G tel 53 Genval Collection Philippe Godin (17).jpg genval,hôtel terminus,horeca 

                                                                                                               4.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 675 | La nouvelle église

    genval,maubroux,églises,saint-pierre

    1924/1925 - La nouvelle église Saint-Pierre à Maubroux (Genval). 

    Tout comme sur la photo RR355 la statue de Saint-Pierre ne domine pas encore le pignon de la façade de l'église. Louis Evrard (*) écrit en 1994 : « Après l’utilisation pendant 2 ans, en guise de chapelle, d’une grange de la rue de la Station (où se trouve aujourd’hui le Crédit à l’Industrie), l'Auguste père (**), avec l’aide des ingénieurs de son entreprise, fit construire en 1923, une riante et agréable église à côté de l’ancien café-restaurant, racheté par la famille Lannoye pour servir de presbytère ».

    « Ce temple de brique, sur ossature en béton armée, présente une architecture originale, unique en Belgique, inspirée de la Suisse italienne » (XIV).

    -----
    (*) EVRARD Louis, Répertoire des églises du Brabant wallon, p.175 et 176, Ed. de l’A.R.C., Lasne 1994 (XIV)(**) Auguste Lannoye, fondateur des Papeteries de Genval

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 639. 'Chez Louis' dans le bois

    genval,estaminet,horeca

    ca 1907 - ‘Chez Louis’ dans le bois (à Genval?). Au-dessus de l’entrée, un écriteau indique : ‘Au repos des voyageurs – estaminet’. Qui peut aider à localiser plus précisément cette photographie ?

    On remarquera à gauche de l’arbre la présence du photographe.

    Cette énigme a été résolue par

    - Marie-Christine P., qui habitait à Genval avant 1994, a reconnu l'estaminet qui "se trouvait 'Parklaan', une parallèle à la 'Meerlaan' qui longe le lac de Genval. Il y a quelques années, l'avenue a été entièrement refaite à l’ancienne, avec pavés, et se trouve sur la commune d’Overijse et non pas de Genval (...). L'estaminet était à la lisière de champs et d’un petit bois privé. J’ai toujours connu ce bâtiment, qui, dans les années 1970 et 1980, était encore debout, mais déjà abandonné. Je l’ai vu se désagréger au fil des années, pour ne plus être qu’un tas de briques il y a encore peu".

    - Serge Watté a retrouvé en mars 2013 la trace de cette maison "dans un endroit quasi inaccessible entouré par des fils barbelés. Le bâtiment est actuellement complètement en ruine. En regardant bien sur la photo que j’ai faite, on peut distinguer : la petite trappe en bas à gauche, les appuis de fenêtres qui sont au niveau des briques, l’ouverture de la porte et la petite voûte de la fenêtre à droite de l’image. Toutes ces caractéristiques sont bien identiques à celles de la photo 639".

    overijse,parklaan,lac de genval,estaminet,horeca

    mars 2013 © Serge Watté 

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018
  • 598 | Chapelle Saint-François d'Assise

    598. Chapelle Saint-François d'Assise Petite rue Mahiermont Genval Collection Philippe Godin.jpg

    Petite rue Mahiermont n° 2 à Genval

    'La chapelle actuelle date de 1941 et fut construite par un habitant du quartier, représentant local de la Croix Bleue. Elle fait suite à un autre édifice, détruit à la fin du 19ème siècle, situé à l'angle des rue et petite rue Mahiermont. Cette chapelle, consacrée à la Vierge, portait l'inscription : "cette chapelle a été donnée par Catherine Wautiez, veuve de Michel Stouffs, décédée le 28 février 1755. R.I.P.", raconte Hommes et Patrimoine (III).

    genval,mahiermont,chapelles

    ‘Issue d’une chapelle antérieure’, l’actuelle ‘repose sur un massif qui, en pointe entre les ruelles, évoque quelque peu la proue d’une barque’, écrit Roger Ghyssens en 1992 (*). ‘La croix qui somme l’édifice évoque plutôt une garniture tombale’.

    -----
    (*) Chroniques CHR, Les chapelles genvaloises, octobre 1992

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2018