rixensart - Page 4

  • 1439 | Rue Nouvelle

    rixensart,bourgeois,chaussée de lasne,rue nouvelle

    avant 1918 - Rue Nouvelle, actuellement chaussée de Lasne vers Lasne. A gauche de la maison de gauche débute la chaussée de Wavre.

    Variante

    rixensart,bourgeois,chaussée de lasne

    rixensart,bourgeois,chaussée de lasne,rue nouvelle rixensart,bourgeois,chaussée de lasne

                                                                                                                  1.2013 © Monique D'haeyere
    Commentaires

    1. La façade de cette maison a été redessinée (à sa gauche débute la chaussée de Wavre)
    2. "Grand salon" tenu par F. Grafé ou Grape 
    3. Le 'Castel des Hirondelles' a remplacé une fermette
    4. Commerce "Au bon marché réel"
    5. A droite, un estaminet

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1437 | Procession à Bourgeois

    rixensart,bourgeois,rue haute,processions

    1947/1949 - Procession chaussée de Lasne à Bourgeois. A cette époque, l’Abbé Alfred Schicks était curé de la paroisse Saint François-Xavier de Bourgeois.

    Pour la première photo, les similitudes avec l'actuel Garage Germain sont frappants. Jean-Louis Nicaise confirme en présentant la photo-légende ci-après :

    rixensart,bourgeois,rue haute,processions

    Quant à la deuxième photo, un habitant de la rue Haute pavoise les couleurs nationales (selon Daniel Bernair, c'est la maison du Docteur Latinne). Si c’est à l’occasion du 8 mai, il pourrait s’agir d’une photo datant du 8 mai 1948 (un samedi) ou de 1949 … qui était un dimanche. 

    Rue Haute Procession à Bourgeois vers 1947 © Daniel Bernair1 (1).jpg

    Collection | BERNAIR Daniel Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1422 | La Bassette

    1602. La Bassette à Rixensart 1936 c JCR Martin.jpg

    1936 - La Bassette.

    "La rue de la Bassette et la source du même nom doivent tout simplement leur dénomination à leur position la plus basse dans la profonde vallée qui sépare la chaussée de Lasne de la rue du Baillois. Le terme «basse » pouvait, jadis, désigner un creux ou un talus", écrit Paul Buffin. "En wallon une « basse » est une petite mare. On retrouve déjà la Bassette en 1756, située, à cette époque, près de la ruelle du Four. S’agissait-il du four banal encore en activité ? En 1805, le député Strens, en plus de terres et de bois au Baillois, achète une closière (1) à la Bassette" (I, pp. 115 et 116).

    La rue du Baillois était naguère le chemin de la Bassette (2).

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART > De Bazar en Bassette ...

    __________
    
(1) closerie : parcelle de vigne de quelques hectares de superficie et confiée à un clisser
    (2) Popp

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1421 | Auberge du Canard Sauvage

    Auberge du Canard Sauvage Route Provinciale 12 c JCR Martin0.jpg

    Auberge du Canard Sauvage - Cette partie du restaurant-pension se situait au 12, Route Provinciale à Rixensart (actuellement avenue Franklin Roosevelt). Au verso de la carte postale on lit : "Cadre accueillant - Cuisine soignée - Ses spécialités - Ses vins. Prop. A. Mousset. Tel : Genval 536.409".

     RÉTROSPECTIVE   > AUBERGE DU CANARD SAUVAGE, à cheval sur deux axes routiers

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1419 | Rue Neuve

    1500. Rue Neuve à Rixensart c Anne-Marie Delvaux.jpg

    /1939 - Au croisement des rues Denis Deceuster et A. Croy, une très belle villa avait été construite au début des années vingt : L’Estérel (à droite sur la photo). "Elle avait belle allure, avec ses imitations de colombage et son aspect de maison de vacances, au milieu des sapins, sur une parcelle d’environ un hectare. Lors de la création de l’Athénée en 1955, elle fut rachetée par l’Etat et servit temporairement de complément aux locaux de l’école. Elle fut démolie vers 1960. Un centre PMS est installé, rue D. Deceuster et jouxte l’Athénée" (I, p. 135).

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1416 | Ferme de Froidmont

    Ferme de Froidmont © Monique D'haeyere.jpg

    avril 2010 - Passage pédestre de la Ferme de Froidmont vers l'avenue de l'Avenir. Encore un endroit bucolique de Rixensart sacrifié au nom de Sainte Densité.

    Ferme de Froidmont escalier avenue de l'Avenir © Monique D'haeyere.JPG 

    3.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1407 | Rue du Patch

    1502. Rue du Patch 5.2009 © Eric de Séjournet.JPG

    mai 2009 - Maison, sise rue du Patch 30 à Rixensart ... avant sa démolition pour faire place au RER. Le chemin de fer passait juste derrière l'habitation, à hauteur du toit.

    Wasile (Basile) Ghitescu, mon arrière grand-père d’origine roumaine, a habité cette grande maison située au 30 Rue du Patch. Né à Jassy en Roumanie le 4 novembre 1885 et décédé le 21 octobre 1965 à l'hôpital de Berchem-Sainte-Agathe. Il repose aujourd'hui au cimetière de Rixensart Rue de l’Institut, raconte Vinciane Allebroeck. 

    Face à la maison, côté gauche une grange abritait un grand four en pierres qui servait jadis à mon arrière-grand-père pour la cuisson du pain. Jouxtant la grange se trouvait l'écurie car Wasile (Basile) était passionné de chevaux. Egalement féru d'agronomie, il avait planté de nombreux poiriers en espaliers et ses conseils étaient appréciés de tous. 

    Dans la cuisine trônait un gros poêle de Louvain et le plaisir de certains de ses petits-enfants consistait en la confection de billes d'argile mises à cuire dans les tiroirs attenant au four. Les autres pièces de la maison ne les attiraient pas car c'était des endroits où la sagesse était de rigueur.  

    Durant son enfance ma maman accompagnée de ses frères et soeurs allaient souvent retrouver leur grand-père dans son immense potager où ils restaient en admiration devant un tapis de légumes. De cet endroit, ils partaient en promenade au fin fond du verger, sens en alerte et mains tripotant pommes, poires, cerises, groseilles jaunes, vertes et rouges. D'après les souvenirs de ma maman, le verger était délimité par les avenues Monseigneur et Yvan.   

    Wasile possédait son propre élevage de lapins qui, avant de passer à la casserole, étaient dorlotés par ses petits-enfants. Il y avait également deux petits moutons et deux chèvres ainsi que quelques poules et oies.   

    A la vue de ces photos et lors de ses passages dans le quartier, ma maman ressent encore une vive émotion emplie de bonheur et de fierté au souvenir de son grand-père.

    rixensart,rue du patch,ligne 161

    4.2009 © Eric de Séjournet 

    rixensart,rue du patch,ligne 161 

    11.2012 © Monique D'haeyere

    Collection | ALLEBROECK Vinciane, de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1405 | La Favorite

    1405. La Favorite rue Haute 25 à Bourgeois c JCR BOU.jpg

    Villa 'La Favorite', sise rue Haute 25 à Bourgeois, en face de l'actuel Centre Protestant. Cette habitation fut construite en 1924.

    rixensart,rue haute,bourgeois 

    3.2016 © Francis Broche

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1403 | Armoiries de Rixensart

    Blason de Rixensart.jpg

    1959 - Armoiries de la commune de Rixensart, éditées en couverture de 'Rixensart', le précurseur du 'Rixensart Info'.

    Jusqu’en 1954, les sceaux des communes auxquelles des armoiries particulières n’avaient été attribées portèrent pour empreinte le Lion Belgique, avec pour légende «L'Union fait la Force», et en exergue le nom de la province et celui de la commune (1).

    « Le 9 mars 1953, le conseil communal de Rixensart émit le vœu de pouvoir faire usage d'armoiries particulières. Normalement, le choix devait se porter sur l'ancien sceau scabinal de la cour de Rixensart, mais en l'absence de celui-ci, c'est le blason des Spinola qui fut retenu », écrit Paul Gilson (2). « En effet, en 1715, les Merode reçurent les seigneuries de Rixensart, Genval et Bourgeois (cette dernière par moitié), de la comtesse douairière de Bruay, veuve de Philippe-Charles-Frédéric de Spinola.

    Le 10 avril 1954, après avis favorable du conseil héraldique, un arrêté royal octroya à la commune de Rixensart les armes « d'or à la fasce échiquetée d'argent et de gueules de trois tires accompagnée en chef d'une épine en forme de fleur de lis de gueules fichée dans la fasce, l’écu sommé d'une couronne à trois fleurons séparés par deux fleurons d'un module inférieur et entouré du collier de la Toison d’or » (3)(4).

    En sa séance du 15 février 1977, le Conseil communal décida de solliciter l'autorisation de faire usage des armoiries qui avaient été attribuées par l'Arrêté royal du 10 avril 1954. Satisfaction fut obtenue, par l'Arrêté royal du 1er décembre 1977 (1).

    rixensart,armoiries

    Armoiries Spinola

    « En observant ce blason », commente Paul Gilson (2), « il est intéressant de remarquer que Spinola, en latin spinula, veut dire épine. Or ce meuble se retrouve en forme de fleur de lis fichée dans la fasce. Alors que les Spinola étaient comtes de Bruay, la couronne surmontant l'écu semble bien être celle de marquis. Il arrivait en effet fréquemment que la couronne sommant le blason fut d'un titre supérieur à celui porté réellement.

    Quant au collier de la Toison d'or qui entoure si joliment les armoiries, institué en 1429 par Philippe le Bon, il n'était octroyé qu'aux membres de la plus haute noblesse et, pour l'obtenir, il fallait réellement l'avoir mérité. Charles-Quint rehaussa encore le prestige et les prérogatives de cet ordre. Pirenne nous dit que « cette distinction suprême était aussi passionnément désirée par la noblesse belge que la Légion d'honneur le fut par les soldats de Napoléon ». Le collier se compose de briquets de Bourgogne en or reliés entre eux par des pierres précieuses ef supportant la célèbre Toison d'or. Le premier Spinola de Rixensart, Philippe Hippolite, Grand d'Espagne, fut créé chevalier de la Toison d'or par la reine régente, au nom de Charles Il, le 10 avril 1668, en récompense des grands services militaires et politiques rendus à la cause des Pays-Bas et de l’Espagne».

    rixensart,armoiries 

    2016 - logo de la commune de Rixensart

    « Evoquer les armoiries de Rixensart, c'est un peu retourner le couteau dans la plaie des Rosièrois et des Genvalois », souligne Eric Meuwissen … en 1995 (5). « Et pour cause puisqu'avec la fusion des communes (ndlr. en 1977), ces deux dernières localités ont tout simplement perdu leurs armoiries au profit de la commune éponyme (Rixensart). Aujourd'hui encore, certains ne cachent pas leur amertume. C'est pourquoi, explique Colette Claes (ndlr. en 1995), la présidente du Cercle d'Histoire de Rixensart, nous avons choisi pour sigle de notre cercle, un écu qui reprend les armoiries des trois communes fusionnées (Rixensart, Rosières et Genval). Un choix qui ne fut pas fait par le conseil communal.

    rixensart,armoiries

    1986 | logo du Cercle d’Histoire de Rixensart

    CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART | Paul GILSON, Armoiries de Rixensart

    __________


    (1) Qu’en est-il des armoiries communales? in Rixensart Info 6 de janvier 1978
    
(2) GILSON Paul, Armoiries de Rixensart, in Regards sur le passé de Rixensart-Bourgeois
    (3) Héraldique | Les métaux : l’or (jaune) et l’argent (blanc). Les couleurs : gueules (rouge), azur (bleu), sable (noir), pourpre (violet), sinople (vert)
    (4) Héraldique | Echiqueté à trois tires > damier sur trois rangées

    (5) MEUWISSEN Eric, Miroir de l’identité communale (X) : Rixensart, le blason des Spinola in Le Soir, 18 aôut 1995

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1395 | Château du Prince Félix de Merode - Entrée de la cour d'honneur

    1395. Entée de la cour d'honneur c JCR 0045.jpg

    Après 1930 – Se trouvant dans l’avant-cour trapézoïdale du château de Rixensart, le visiteur fait face à la forte tour-porche, qui domine l’ensemble au milieu de la face Sud. Au centre de la tour, en-dessous de l'horloge en bois et fer forgé ... un cadran solaire, "plaqué entre deux fenêtres à traverse du second niveau. Il a été récemment restauré", écrit Alessandra Zecchinon en 1990 (VI).

    Le Cercle d'Histoire de Rixensart explique : "Il n'y a pas si longtemps (XVIIe au XIXe siècle), les cadrans solaires constituaient le seul moyen de connaître l'heure. Toutes les villes, tous les villages, possédaient leurs cadrans solaires. Les activités humaines étaient réglées par la course lente du soleil dans le ciel. Et peu importait qu'il soit midi (solaire) à Bullange (près de Malmédy) alors qu'il n'était que 11 h 44m sur un cadran situé à la Panne ! La technologie des horloges se développa et donna lieu à l'apparition des horloges monumentales qu'on trouve sur les églises, les tours des châteaux (comme sur celle du château de Rixensart). Mais ... la finition des pièces était loin d'être parfaite et il n'était pas rare que ces horloges connussent des écarts importants sur une seule journée. Il fallait donc les remettre régulièrement à l'heure ... grâce au cadran solaire qui, lui, ne se déréglait pas ! Ce qui explique leur présence au-dessus, ou au-dessous, de nombreuses horloges monumentales (voyez château de Rixensart). Ces horloges indiquaient encore le temps local.

    Mais le développement des transports fit sentir le besoin d'un temps uniforme et identique pour tout le pays. Avec l'avènement du télégraphe il devenait possible de donner instantanément l'heure exacte partout.

    Les horloges furent alors réglées sur le temps légal dont la référence est celle de Greenwich.

    Les progrès technologiques de l'industrie horlogère et l'introduction de l'heure légale consacrèrent le déclin du cadran solaire.

    Mais la nostalgie que nous éprouvons en face d'un cadran solaire ne doit pas nous faire oublier qu'il s'agit d'un instrument scientifique de mesure du temps qui fait partie intégrante de notre patrimoine".

    CERCLE D'HISTOIRE DE RIXENSART | L'ombre du temps qui passe

    rixensart,château de rixensart 

    4.2015 © Christian Petit

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1393 | Rue de Froidmont

    rixensart,froidmont,rue de froidmont,tunnel de froidmont


    2009 - Cet accès public mène à quelques habitations isolées de la rue de Froidmont à Rixensart. Ce lieu particulier a été profondément modifié par les travaux du RER dans le quartier.

     RÉTROSPECTIVE   > RUE DE FROIDMONT, quatre à quatre

     OBJECTIF RIXENSART   > Rue de Froidmont

    rixensart,froidmont,escalier rixensart,froidmont,escalier 

    11.2014 © Monique D'haeyere                                           11.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1391 | L'Auberge du Canard Sauvage

    Auberge du Canard Sauvage 57 avenue de Merode à Rixensart (1).jpg

    L’Auberge du Canard Sauvage fut « ouverte pendant la Seconde Guerre mondiale dans la troisième partie de l’avenue de Merode à Rixensart, un peu plus haut que la Maison Genné », écrit Paul Buffin (I). « Cet hôtel-restaurant s’adressait à une clientèle restreinte mais disposant de moyens appropriés à la réputation haut de gamme de l’endroit. Une seconde villa, avenue Franklin Roosevelt (ndlr. anciennement Route Provinciale) complétait l’établissement, les jardins qui se jouxtaient, permettant le passage entre les deux immeubles ».

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1390 | Rue des Cailloux

    B rue des Cailloux 2 (2).jpg

    La rue des Cailloux à Bourgeois (Rixensart) est nommée par Popp chemin du Caillou où seulement huit maisons sont construites vers 1850. En 1756 et 1787, le lieu est désigné comme terre aux cailloux, champ de cailloux ou longue terre. Cette rue en forte pente dans sa partie inférieure est tracée sur une crête caillouteuse qui sépare deux vallons très prononcés (I, p. 107).

    rixensart,rue des cailloux,bourgeois

    1.2016 © Monique D'haeyere 

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1389 | Carrefour des avenues J.F. Kennedy et F. Roosevelt

    1389. Avenue de Merode Rond-point Hanin © Monique D'haeyere (1).jpg

    1950/1960 - Venant du centre de Rixensart par l'avenue de Merode, une VW Coccinelle s'engage dans le carrefour des avenues John Fitzgerald Kennedy et Franklin Roosevelt. En haut à droite, deux maisons marquent l'entrée de la rue de Messe.

    Aujourd'hui, ce carrefour est connu sous le nom Rond-point Paul Hanin (1).

    __________
    (1) Au niveau communal, Paul Hanin occupa des mandats pendant 33 ans, d'abord à Genval où il fut élu sur la liste du PSC en 1958 avant de devenir échevin de 1963 à 1970 et puis bourgmestre de Rixensart entre 1976 et 1992 (Le Soir, 25 mai 1999)

    Photo légende (cliquez pour l'agrandir)

    1389B. Avenue de Merode Rond-point Hanin © Monique D'haeyere.jpg rixensart,avenue john kennedy,avenue de merode,avenue franklin roosevelt

                                                                                                     2.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1376 | Les Buissonnets

    rixensart,rue de l'église,les buissonnets,fabrique d'église sainte-croix

    Cette ancienne maison paroissiale, dénommée « Les Buissonnets », était voisine de l'ancienne cure de Rixensart. Située en retrait de la rue de l’Eglise n° 36, elle prenait la forme d'une villa du début du 20e siècle, totalement cimentée (faux-joints appareillés) et décor de faux-colombages (XXIV). Elle fut très longtemps occupée par la famille de Léopold Gilson, régisseur du prince de Merode et bourgmestre de la commune de 1952 à 1970 (Paul Buffin, I, p. 19).

     RÉTROSPECTIVE   > LES BUISSONNETS, logis et maison paroissiale

     OBJECTIF RIXENSART   > Les Buissonnets 

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    2.2014 © Monique D'haeyere

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    9.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017