RÉTRO RIXENSART - Page 2

  • 1637 | Avenue du Québec

    Avenue du Québec 25 décembee 2010 © Jean Hermès 0.JPG

    décembre 2010 - L'avenue du Québec à Rixensart, bordée d'arbres bouleaux. Le 19 avril 2016, la commune a procédé à l'abattage de ces arbres suite aux dégâts qu'ils occasionnaient aux trottoirs.

    Collection | HERMÈS Jean Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1634 à 1636 | Route Provinciale

    genval,papeteries,route provinciale

    Cette photo illustra un article, consacré aux Papeteries de Genval en mai 1949. Intitulé "Une Grande Entreprise belge", l'article paru dans Les Vétérans Coloniaux, une revue congolaise.

    Ces trois photos, prises entre 1949 et 1951, pourraient participer au jeu des 7 erreurs. Toutes retracent l'histoire de la construction de la Route Provinciale (actuellement avenue Franklin Roosevelt), reliant Rixensart à Genval.  

    1629. Papeteries de Genval vers 1950 c CHR.jpg

    1629B. Papeteries de Genval c CHR.jpg

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1633 | Galerie intérieure du Château des Princes de Merode

    20170313. Château de Rixensart Grande Galerie intérieure c JCR BOU.jpg

    "La 'Grande Galerie' de l'aile méridionale présente, à côté de quelques souvenirs d'Afrique, une intéressante panoplie d'armes arabes parmi lesquelles des fusils incrustés d'argent et de corail. Cette collection, rapportée par le mathématicien Gaspard Monge (1746-1818) qui avait suivi Napoléon Bonaparte dans sa campagne d'Egypte, fut acquise par le prince Félix de Merode", explique Alessandra Zecchinon (VI).

    Variante

    rixensart,chateau de rixensart,château de rixensart intérieur

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1631 | Avenue Normande

    avenue normande n2 c Francis Broche.jpg

    Début 20° siècle - Construite dans l'avenue Normande au Parc de Genval-les-Eaux par "l'architecte Fernand Symons (1), la 'Villa Beau Site (2) changera à la fois de nom et d'aspect", signale Roger Ghyssens (II) : Royal Palace, puis Le Belvédère.

     RÉTROSPECTIVE   > Hôtel Beau Site, avenue Normande

    Voir également  RÉTROSPECTIVE   > Le Belvédère, du palace à l'enfer

    __________
    (1) Architecte, rue Souveraine 35 à Ixelles, un des sept fondateurs de la 'Compagnie horticole de Genval et extensions - Hortus' en compagnie de Gustave Smets-Mondez et de l'architecte-paysagiste Adrien Hubaut (II)
    (2) A ne pas confondre avec la Villa Beau-Site de l'architecte Paul Hamesse

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1630 | Froidmont vu de la rue de l'Augette

    Froidmont vu à partir de la rue de l'Augette avant 1970 © Marc Collin.jpg

    avant 1970 - Cette vue panoramique sur le quartier de Froidmont est prise depuis la rue de l'Augette à Rixensart. André Collin y avait un atelier de fabrication de transformateurs 110 Volt / 220 Volt. L'atelier fut en activité de 1950 à 1980. On aperçoit le toit de cet atelier dans le coin inférieur droit ainsi que deux petites cheminées, explique Francis Broche.

    La tension du réseau venait de passer de 110 v à 220 v et les anciens appareils électriques fonctionnant en 110 v ne pouvaient pas être branchés sur du courant en 220 v. Ces transformateurs permirent donc de prolonger la vie des premiers frigos et autres fers à repasser électriques …

    A cette époque la ferme de Froidmont était toujours en exploitation, on aperçoit dans le coin inférieur droit la prairie où paissaient généralement les moutons

    Photo-légende

    rixensart,froidmont,rue de la ferme,avenue de l'avenir,rue albertine

    Collection | COLLIN Marc Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1629 | Le Mwami de l’Urundi visite les Papeteries de Genval

    1630. 1950 juillet Le Mwami de l'Urundi visite les Papeteries de Genval (journal du dimanche 16 juillet 1950) c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    En juillet 1950, le Mwami (1) de l’Urundi effectua une visite des Papeteries de Genval. Il fut accueilli dans la cour d'honneur par Jacques Lannoye, administrateur-directeur des Papeteries (2).

    Certes, la photo extraite du journal Le Soir du 16 juillet 1950 est de qualité 'papier journal', mais l'intérêt réside principalement dans le style journalistique du reportage, propre aux années '50. Le journaliste apporte surtout un témoignage éclairant sur le fonctionnement de l'usine. 

    Cet après-midi, les drapeaux flottent sur les imposantes installations des Papeteries de Genval, et le soleil, ce matin boudeur, a fait une estivale réapparition. Aux abords des usines. un groupe s'est formé pour assister à l'arrivée du Mwami, dont le séjour en Belgique comprend la visite d'importantes réalisations industrielles et agricoles du pays.

    Vers seize heures les voitures, qui ont conduit jusqu’ici le Mwami, sa suite et des personnalités du ministère des Colonies, font sur leur entrée dans la cour d'honneur des Papeteries, accueillies par M. Jacques Lannoye, administrateur-directeur des usines, par M. André de Walque, directeur du Service social. etc. Le Mwami était, par ailleurs, entouré de M. Stubbe, chef de cabinet adjoint au ministère des Colonies, de MM. Krentz, commissaire de district, Masure, secrétaire d'Administration.

    Les présentations faites, la visite des installations industrielles commença, à travers cette ville-usine qui s'étend sur plusieurs hectares. Témoignant du plus vif intérêt pour les multiples aspects de la fabrication du Balatum et du papier-peint le Mwami ne cacha pas son admiration. Un des membres de sa suite nous dira : « Il apparaît clairement que la volonté de réaliser une chose parfaite est au départ de cette entreprise ».

    La visite débute par la salle où se déroule le feutre imprégné. Les immenses rouleaux de deux tonnes et demie dévident les Iarges rubans noirs, partant vers les diverses étapes d'où ils sortiront revêtus de dessins et de couleurs, ayant passé tour à tour par des séchoirs ou ils se développent comme en immenses tentures dans une atmosphère tropicale ...

    On passe ensuite par les machines à enduire et à imprimer où le feutre reçoit son revêtement qui fera le charme des appartements. Mais ce n'est qu'à la sortie d'un dernier séchoir qu'on les voit sous cet aspect, alors que s'achève le long voyage transformateur, sur la table de triage. Le Mwami s'attarde devant ce spectacle qui ne manque pas d'être impressionnant, la machine débitant le Balatum achevé, le découpant en rouleaux destines à la vente. La curiosité des hôtes des Papeteries ne sera pas moins éveillée par le travail minutieux de la gravure et des coloristes, par ces rouleaux artistement et minutieusement garnis de leurs dessins aux reliefs de laiton, grâce auxquels le papier recevra sa garniture. Car vient alors la salle des impressions avec leurs énormes rotatives où couleurs et dessins se mélangent et se joignent pour former une variété inouïe de modèles, répondant aux goûts les plus difficiles. Longuement, le Mwami se fait expliquer le fonctionnement de ces « presses » féeriques, ainsi qu'il en sera devant la gigantesque machine à fabriquer le feutre.

    Comme il en est pour le Balatum, le papier se forme, lui aussi, en draperies pour le séchage. Les grosses bobines de papiers-peints gagnent la salle de gaufrage, et le travail de bobinettage et d'emballage. On longe les magasins de stock qui contiennent des millions de rouleaux. Quand on sait que le contrôle du papier-peint se fait à raison de 300 à 350 rouleaux à l'heure. et par bobineuse, que la quantité de matières premières traitées est de l'ordre de 300.000 kilos par jour, que tout ce qu'utilise l'usine est fabriqué sur place, que les Papeteries de Genval comptent des usines en, Hollande, en Allemagne, en Suisse, en France, en Angleterre, en Irlande, en Suède et aux Etats-Unis, on peut se rendre compte de leur importance dans l'économie du pays .

    Aussi bien, le Mwami, sa suite et les personnalités qui les accompagnaient, allèrent-ils de surprise en émerveillement, ne quittant qu’à regret les vastes usines des Papeteries de Genval.

    __________

    (1) Mwami : titre royal au Rwanda et au Burundi 
    (2) Le Miami Mwambutsa se rendit pour la première fois en Belgique en 1950. L’Europe l’impressionna beaucoup; ils pris conscience de sa forte position vis-à-vis des hautes autorités de la tutelle. Il en retint surtout que l’Europe était un incomparable lieu d’amusements bien fait pour occuper ses nom deux loisirs. Aussi, il se promit d’y revenir souvent (3)(4).
    (3) Le Mwami se trouvait en Belgique au plus fort de la question royale belge, bien que son voyage eut été remis à diverses reprises pour ce motif.
    (4) GHISLAIN Jean (ancien Administrateur de Territoire au Burundi), La féodalité au Burundi, in Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, Bruxelles 1970

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1627 | Chambre dite de Monseigneur du Château de Rixensart

    rixensart,château de rixensart,château de rixensart intérieur

    La Chambre dite de Monseigneur (1) "fut occupée au XIXè siècle par Monseigneur (1) Xavier de Merode, qui en fit rehausser le plafond. Des tableaux ornant les murs portent la signature de peintres illustres, tels que Jean-Marc Nattier (Paris, 1685-1766) ou Tischbein, célèbre famille de peintres allemands des XVIIIe et XIXe siècles; le mobilier compte des pièces remarquables comme une armoire de coin du XVIIIè siècle en marqueterie hollandaise, une table Louis XV et un petit bureau Louis XV en marqueterie signé Migeon. Le drapeau de la Révolution brabançonne (1787) a été restauré par les soins du prince Antoine de Merode" (VI, Alessandra Zecchinon)

    __________
    (1) L’appellation ‘monseigneur’ réfère ici à la fonction ecclésiastique remplie par le comte Frédéric Xavier de Merode. En effet, le terme de ‘monseigneur’ est donné aux simples prélats non-évêques de la cour papale. Les Merode ont obtenu le 25 avril 1930 l’autorisation de porter le titre de prince. Toutefois, n’étant pas issus d’une famille royale ou régnante, ils doivent être appelés simplement ‘prince’ et non ‘monseigneur’ (2)
    (2) A.N.R.B., Usages et coutumes de la noblesse, Bruxelles 1983

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1625 | Cour de récréation, côté des classes

    1013. Pensionnat des Soeurs franciscaines à Genval 1919 c Francis Broche.jpg

    1919 - Couvent de Genval : cour de récréation, côté des classes (pensionnat des Soeurs Franciscaines)

     RÉTROSPECTIVES   > Couvent de Genval, pensionnat et école

    Variante

    genval,école notre-dame-des-anges,couvent de genval 1013B. Ecole Notre-Dame 09 04 2011 c Francis Broche.jpg 

                                                              Ecole Notre-Dame-des-Anges avril 2011 © Francis Broche

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1624 | Un groupe de villas

    1624. Un groupe de villas à Rixensart © JCR.jpg

    vers 1933 - Un groupe de villas à Rixensart. "Cette photo a été prise au début de l'avenue Marie-Henriette et de la rue du Monastère", précise Liliane Brion, ayant habité jusqu'en 2008 au n° 1 de l'avenue Marie-Henriette.

    Cette carte postale fut éditée par A. Delbrassinne-Marchal (Tabac, Cigares, Papeterie) - 13, rue de la Station à Rixensart.

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1623 | Panorama des Papeteries de Genval

    genval,papeteries de genval

    mai 1951 – Cette vue panoramique des Papeteries de Genval a été probablement prise à partir de l'avenue Gevaert. On distingue à l'horizon la rue de l'Institut et le château d'eau de Rixensart. A l'avant-plan, encaissé dans la rue du Vallon, le Collège Notre-Dame des Trois Vallées ne dévoile que ses toits. Au centre, on reconnaît la Perche.

    Photo-légende (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    genval,papeteries,perche

    Collection | DELBRASSINNE Dominique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1619 | Panorama

    rixensart,ligne 161,sentier des rossignols,pépinière sevrin

    1935 – Vue prise depuis la voie du vicinal qui, à cet endroit, deviendra l’avenue Marchal. On reconnaît les serres de Sevrin, la voie ferrée et le sentier du Rossignol ainsi que le château d’eau et les toitures de l’Institut Sainte Elisabeth.

     RÉTROSPECTIVE   > Pépinière Sevrin, coin de terre disparu

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1616 | Hôtel Beau Site

    Hotel Beau-Site, puis Hôtel Belvédère à Genval4.jpg

    Début 20° siècle - Construite dans l'avenue Normande au Parc de Genval-les-Eaux par "l'architecte Fernand Symons (1), la 'Villa Beau Site (2) changera à la fois de nom et d'aspect", signale Roger Ghyssens (II) : Royal Palace, puis Le Belvédère.

    Voir suite  RÉTROSPECTIVE   > Le Belvédère, du palace à l'enfer

    __________
    (1) Architecte, rue Souveraine 35 à Ixelles, un des sept fondateurs de la 'Compagnie horticole de Genval et extensions - Hortus' en compagnie de Gustave Smets-Mondez et de l'architecte-paysagiste Adrien Hubaut (II)
    (2) A ne pas confondre avec la Villa Beau-Site de l'architecte Paul Hamesse 

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1614 | Ferme de Froidmont

    Ferme de Froidmont (à l'abandon avant le rachat par les Dominicains) 10.1972 © Marc Collin.jpg 

    vers 1972 - Face Nord de la Ferme de Froidmont. La ferme est actuellement partiellement cachée par des arbres. En hiver quand il y avait de la neige cette prairie était envahie par les enfants qui y faisaient du traineau, se souvient Francis Broche.

    Collection | COLLIN Marc Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1613 | La Sablonnière

    La Sablonnière à Bourgeois c JCR CCB.jpg

    1920/1930 - Jouxtant la Grande Bruyère, la Sablonnière du Glain se situait à l'endroit où a fut tracée la route Provinciale, aujourd'hui dénommée l'avenue Franklin Roosevelt.

    Vers 1910 naquît le projet de relier La Hulpe à Villers-la-Ville. Les premiers travaux débutèrent « pendant la guerre 1914-1918 afin d'occuper les chômeurs », écrit Paul Buffin (I). « Un grand déblai fut creusé dans la bruyère du Glain dont le sable était transporté vers les Papeteries de Genval. Cet embryon de l'avenue Franklin Roosevelt restera à l'état de sentier et de déblai, entre la papeterie et l'avenue Jean Rosy, jusqu'au début des années cinquante ».

     RÉTROSPECTIVE  LA SABLONNIÈRE DU GLAIN, terrain de jeu des 'bourjwettis' et des 'glaintis'

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1612 | La sablière de Rosières

    rosières,chemin de la carrière,sablière de rosières,hirondelles de rivage

    « A Rosières, au bord du chemin de la Carrière, existe une ancienne sablière désaffectée. Propriété de la commune de Rixensart, la sablière de Rosières est située à environ 250 mètres à l’ouest de l’autoroute E 411. La sablière a été creusée dans le flanc droit d’un vallon situé dans le versant nord de la vallée de la Lasne. On y a exploité des sables tertiaires du Bruxellien, essentiellement lors de la construction de l’autoroute (1958-1962) ».

    « Après des années d’abandon, la sablière est devenue un site de grand intérêt biologique et est répertoriée comme ‘zone centrale ouverte’ au Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) de Rixensart. En effet, la sablière de Rosières abrite des espèces végétales et animales caractéristiques des milieux sableux à végétation rase et clairsemée, devenus rares en Brabant », souligne Julien Taymans, président de NATAGORA Brabant wallon.

    « Le site hébergeait une colonie d’hirondelles de rivage, qui nichaient dans la falaise jusqu’en 1993, date à laquelle la commune de Rixensart prit malencontreusement l’initiative de taluter cette dernière, ‘pour des raisons de sécurité’.

    Le fond de l’excavation et les talus sont fort dégradés par le passage d’engins motorisés (motos, quads et même tracteurs); au moins cinq pistes ont été créées au niveau du talus sud. La majeure partie du site est ainsi “labourée” par ces engins et est par conséquent dépourvue de végétation », dénonça Julien Taymans en 2006.

    « Après 2006, un réaménagement du site a été opéré afin de limiter des nuisances pour le voisinage et les promeneurs (clôture du site, pose de panneaux d’information) et restaurer et protéger des milieux naturels et des espèces présents sur le site (pelouses sèches, falaises sableuses pour l’hirondelle de rivage et les insectes sabulicoles). Une gestion récurrente a été mise en place afin de maintenir le site dans un état de conservation favorable. Si l’hirondelle de rivage adopte la falaise, il faudra périodiquement rafraîchir celle-ci en fonction de son érosion. Les pelouses sèches devront être périodiquement débroussaillées et/ou fauchées » (1).

    __________
    (1) TAYMANS Julien, Note concernant l’intérêt biologique de la sablière de Rosières, septembre 2006

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1609 | Ferme du Moulin

    Rosières dessin 1988 Narcisse Poplemont © SI Rixensart.jpg

    1988 - Ferme du Moulin, dessinée par Narcisse Poplemont (1).

    En 1873, 'le seul établissement industriel à Rosières est un moulin à eau, n'ayant qu'une seule roue et deux couples de meule; la retenue est à l'altitude 44 mètres 99. L'autorisation de le placer sur la Lasne a été accordée au sieur F. Leonard le 24 septembre 1857. Un moulin à jadis existé à Rosières, probablement au même endroit, mais en 1602 il avait disparu'. ('Corenmolen', 1434; 'Ouden molen die te Rosiere placht te staan', 1602) (IX)

    __________
    (1) En 1991, Evelyne Deltenre écrivit dans un article intitulé 'Rixensart, la perle des Ardennes brabançonnes' que Narcisse Poplemont, secrétaire du Syndicat d'initiative, tentait de vanter les atouts de Rixensart, en faisant appel à la Fédération touristique pour former des guides et aussi nombre de bénévoles pour l'organisation des fêtes. Cet homme fut très actif et connu à la commune par son dévouement et ses dessins. Il nous quitta brusquement le 17 octobre 2008, regretté de beaucoup.

    Collection | SYNDICAT d'INITIATIVE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017