LEBRUN Jean-Louis

  • Vue aérienne de Bourgeois

    171213 Vue aérienne de Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun.jpg

    Cette vue aérienne de Bourgeois a plus de 20 ans, car les commerces du Quai du Tram ne sont pas encore construits, et la boucherie Collée existe toujours ainsi que le Delhaize le Lion sur le coin de la chaussée de Lasne, ainsi que la boucherie en face et le petit Delhaize sur la place de Bourgeois, signale Roger Goossens.

    Les années 60/70, selon Bernadette Watteyne Tytgat. La société « Walescote » est présente sur la photo au coin de la rue Lambermont.

    Photo-légende

    171213L Vue aérienne de Bourgeois coll. Jean-Louis Lebrun.jpg

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Bornes-fontaines à Bourgeois, ressources communes

    Le Coin perdu de Bourgeois c JCR1.jpg

    après 1909 | Le Coin perdu de Bourgeois
    (à Rixensart et non à Genval)
    coll. Jean-Claude Renier

     

    Partant de la place Cardinal Mercier, la rue du Baillois, sinueuse, nous conduit au Coin Perdu (1) ... et à sa borne-fontaine.

    En 1873, un réseau de pompes et de puits publics fut installé à Rixensart, afin d’améliorer l’hygiène de la population. Chaque point collectif d’approvisionnement en eau potable fut surveillé par un responsable du conseil communal. En effet, le conseil constata la négligence des habitants et certains abus des enfants, qui par jeu, gaspillèrent l’eau en pompant inutilement.

    Le réservoir d’eau potable, relais et complément du château d’eau de Rixensart, rue du Plagniau, fut érigé au Bourgeois en 1901. Ce réservoir en maçonnerie entouré de remblai de terre gazonnée servait de relais. Il était situé à la cote 113. Il eût mieux valu, à cette époque, construire le château d’eau au Bourgeois dont la cote d’altitude est de 113 m plutôt qu’à Rixensart qui se trouvait à la cote 96, une pression plus forte eût été atteinte.

    En 1905, la commune fut entièrement desservie en eau et les anciennes pompes furent remplacées et même multipliées par des bornes-fontaines pour les habitations non raccordées au réseau (1). 

    En 1996, Paul Buffin écrit : Le charme de l’endroit est qu’il est resté village, qu’on y entend encore parler wallon, que tout le monde se salue et semble se connaître. C’est aussi le paradis des promeneurs qui y trouvent des sentiers, piedsentes en vieux français et 'pichintes' en wallon. Ceux-ci permettent de découvrir, au fond des creux, à flanc de coteau, 'le coin perdu' que les lotisseurs ont épargné (1).

    __________
    (1) Le charme de l’endroit est qu’il est resté village, qu’on y entend encore parler wallon, que tout le monde se salue et semble se connaître. C’est aussi le paradis des promeneurs qui y trouvent des sentiers, piedsentes en vieux français et 'pichintes' en wallon. Ceux-ci permettent de découvrir, au fond des creux, à flanc de coteau, 'le coin perdu' que les lotisseurs ont épargné (2).
    (2) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996

    Lire la suite

  • Avenue Joséphine-Charlotte

    171206 Beau-Site vue sur l'avenue Joséphine-Charlotte Rixensart Ed A Delbrassinne Rixensart coll. Jean-Louis Lebrun.jpg

    Vue prise à partir d'un petit bois en face de l'avenue Joséphine-Charlotte à Rixensart
    coll. Jean-Louis Lebrun

    Avenue Joséphine-Charlotte, du nom de la soeur du roi Baudouin. La princesse Joséphine-Charlotte (°11 octobre 1927, † 10 janvier 2005) épousa le 9 avril 1953 le grand-duc héritier Jean de Luxembourg.

    Intéressée par les problèmes de l'enfance, de la famille et de la santé, la Grande-Duchesse présida la Croix-Rouge de la Jeunesse de 1959 à 1970. A partir de 1964, elle assuma la Présidence de la Croix-Rouge luxembourgeoise et, dès 1990, elle était à la tête du Mouvement Guide du Grand-Duché en tant que Chef Guide (1).

    Lire la suite

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Tableau de la vie rurale

    Quartier rue des Cailloux coll. Jean-Louis Lebrun.jpg

    1922

    Tableau de la vie rurale rixensartoise, dont la date est connue ... mais pas le lieu. Est-ce à Bourgeois, près du Fond Jean Rosy ? Dans les environs des rues des Cailloux ou de la Taillette ?

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1347 | Château d’Eau

    rixensart,rue du plagniau,château d'eau du plagniau


    1908 - 'En 1901, il fut décidé d'ériger un château d'eau à l'angle des rues de l'Institut et du Plagniau" (1), au-dessus du talus à 96 mètres d'altitude. Construit en briques soutenues par des piliers de béton, il était coiffé d'une grande cuve, également en béton. La distribution publique d'eau était inaugurée. Au Bourgeois, un réservoir en maçonnerie entouré de remblai de terre gazonnée servait de relais. Il était situé à la cote 114', raconte Paul Buffin (I).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART |  CHATEAU D'EAU DE RIXENSART, du haut du Plagniau

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1243 | Quai du tram

    rixensart,bourgeois,quai du tram,ligne vicinale,horeca,café du maïeur

    avant 1933 - Quai du Tram à Bourgeois. 

    Situé rue Haute, ce café du Maïeur était celui de "Marie-Léon. Il est devenu le restaurant du Mayeur. Marie-Léon n’était pas un sobriquet. L’usage local désignait très bien la personne, c’était Marie fille de Léon, ce qui permettait de la distinguer des autres Marie, comme Marie-Jules ou Marie del Gros. Ce café était fort fréquenté. On y jouait au couillon et au whist. Aux murs des cadres montraient les jeux de treize cartes qui avaient permis de remporter des solo-chelems. L’exploit passait ainsi à la postérité. Le plancher était saupoudré de sable blanc. Au pied du comptoir sculpté étaient disposés des crachoirs car on chiquait encore beaucoup. Certains mâchaient du tabac simplement coupé, et d’autres des 'roues'. Une roue était une petite tresse de tabac enroulée sur un bâtonnet qui, au moment de l’achat, était trempée dans du jus de tabac épais et bien noir", écrit Paul Buffin en 2009 (I).

    Collection | LEBRUN Jean-Louis, PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1157 | Fond des Patches

    rixensart,fond du patch,chemin de la hulpe,rue du patch

    vers 1921 - 'Fond du Patch' est le nom correct, et non des Patches, comme indiqué sur cette ancienne carte postale qui a circulé le 26 octobre 1921. Le photographe et ses figurants sont présents sur la photo, explique Robert Delbrassinne.

    Selon Paul Buffin (I), "un patch, en wallon, s'accompagne souvent du qualif « vi » « vieux », et signifie vieux pépère. En flamand le mot a une signification identique". Pour Benoi Lacroix, "le mot 'patch' pourrait provenir également du néerlandais. En effet, 'padje' signifie 'petit sentier'. Un terme flamand qui se serait 'wallonisé' en quelque sorte".

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | FOND DU PATCH, 'oud padje' vers La Hulpe

     

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Rue du Patch

    rixensart,fond du patch 

    octobre 2013 © Cedric Muscat

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 415 | La Sablonnière

    rixensart,glain,sablonniere du glain

    1938 - La Sablonnière du Glain. De gauche à droite sur la photo : Robert Wery, Emile Boucher et Edmond Linchamps (témoignage de la grand-mère Urbain) (1). Debout à droite, Edmond Linchamps (parrain de l'enfant du même nom). Il tenait une épicerie au coin de la rue du Meunier (Croy) et de la rue neuve (Deceuster).

    __________
    (1) Les feuillets historiques N°11, D'un siècle à l'autre, mai 1997

    Collection | LEBRUN Jean-Louis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017