1914-1918

  • Monument des Combattants

    Monument aux Morts inauguration à Rixensart c Ugent.jpg

    1924 | coll. Universiteitsbibliotheek Gent

    A l’angle de l’ancienne voie du tram et de la rue de la Gare, avait été érigé en 1924 le Monument aux Morts de la guerre 1914-1918 (1).

    Dans un bref compte-rendu paru dans la presse locale, on apprit à propos de la cérémonie d’inauguration : La coquette cité brabançonne de Rixensart a inauguré, dimanche, ce monument à ses quatorze héros morts pour la patrie. Il y eut cortège, discours, cantate, appel des morts. Une couronne fut déposée au nom du Roi.

    __________
    (1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996

    Lire la suite

  • Accueil de réfugiés français

    2005. Institut Ste Elisabeth Rixensart c Anne-Marie Delvaux.jpg

    L’Institut médico-pédagogique Dr Pierre Borremans de l’Oeuvre Nationale de l’Enfance (ONE) hébergea en 1917 des réfugiés français (1). Sur cette photo, prise en hiver, observez les enfants dessinant au sol de grandes figures, ornées de drapeaux aux couleurs françaises, britanniques et américaines. A l'arrière-plan, la grande tente blanche laisse supposer une extension pour répondre aux besoins de logement. 

    A la recherche de documents du passage de réfugiés de la commune française de Montigny-en-Gohelle à Rixensart, Rulkin Philippe (2) contacta Rétro Rixensart. En effet, le 16 avril 1917, l'Armée française lança une grande offensive en Picardie sur le ‘Chemin des Dames’. De nombreux réfugiés français furent à leur tour accueillis dans notre région et à Rixensart … en attendant un retour en France par Evian.

    A ce propos, le Cercle d’Histoire de Rixensart publia en 2014 l'information suivante (3) : « Aussi mal lotis que soient nos concitoyens, ils connaîtront plus malheureux encore au printemps de 1917. Des réfugiés issus de municipalités proches de la ligne de front dans les départements français du nord, Hénin-Liétard, St-Vaast, Anzin, Montigny en Gohelle ... seront accueillis chez nous. Certains ne seront que de passage, évacués via la Belgique et la Suisse vers des départements du sud, tels que le Gard. Du fait que les hospices ou hôpitaux de ces localités sont également vidés, on compte parmi les déplacés résidant dans nos communes, des infirmes, aveugles, amputés, grabataires, . . . qui, parfois, trouveront chez nous leur dernière demeure.  

    La commune de Genval, déjà "honorée" d'une garnison, n'hébergera pas de réfugiés mais, si l'on en croit une invitation de la ville d'Hénin-Liétard, adressée à Rosières-St-André, 17 communes belges hébergeront près de 8.000 Français. Une seconde lettre précisera que les communes de Nivelles, Waterloo, Genappe, Ittre, Virginal, Bousval, Oisquerc, La Hulpe, Wavre et Rixensart ont promis de se faire représenter à une fête du "Souvenir et de la Reconnaissance franco-belge" qu' Hénin-Liétard*organisera les 28 et 29 juin 1931.  

    Différentes listes, la plupart de 1917, existent dans les archives communales de Rixensart : des 253 rapatriés par la Suisse, des 103 personnes provenant d'un hospice, des 42 malades issus d'un hôpital, des 24 évacués décédés à Rixensart avant le 4 juillet 1917, des 343 titulaires d'une carte de contrôle .... S'y ajoutent des listes de lieux d'hébergement avec, en premiers, l'Institut Ste-Elisabeth et le patronage St-Joseph, qui abriterait 7 religieuses, 6 fillettes, 19 garçons, et 35 femmes dont 11 étrangères. De nombreuses habitations, dans tous les quartiers de la commune, sont également citées.

    Il apparaît, d'autre part, qu'en janvier 1919, 290 évacués auraient quitté l'Institut Ste-Elisabeth ».

    ___________
    (1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996
    
(2) RULKIN Philippe (responsable du Musée municipal de Montigny-en-Gohelle, Pas-de-Calais, France), Courriel à Rétro Rixensart du 24 juin 2017.
    (3) CERCLE D’HISTOIRE DE RIXENSART, En mémoire de nos combattants de la Grande Guerre, in Chroniques CHR n° 37 de février 2014, p. 49 et 50.

    rixensart,1914-1918,institut sainte-elisabeth,rue du plagniau

    10.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1319 | Gloire et Reconnaissance aux Combattants de Genval 1914-1918

    genval,monuments,place communale,première guerre mondiale,1914-1918,monument place communale

    Pendant la Première guerre mondiale, Genval a mis au service de la patrie 135 soldats dont 55 volontaires. 18 de ces braves ont donné leur vie. L'idée de célébrer les soldats morts au combat ne fut pas oubliée dans l'euphorie de la libération mais reprise par le Conseil communal de Genval qui, dès le 17 janvier 1919 fut d'avis 'de faire ériger sur la place publique un monument à la mémoire des soldats de la commune tombés au champ d'honneur. Une souscription sera ouverte' (XII, p.46).

    Inauguration du monument à la Gloire et Réconnaissance des Combattants de Genval 1914-1918 eut lieu le 25 juin 1922. Le journal Le Soir du lundi 26 juin 1922 rappelle que « Genval a fourni 135 soldats sur 300 hommes en âge de combattre, et évoque l’envol de 21 pigeons dont chacun porte sur les ailes le nom d’un héros ».

    « C’est au cours de cette époque de célébration des vainqueurs et des victimes de la Grande guerre que le Conseil communal de Genval décida de renommer ‘avenue des Combattants’ la rue Neuve et ‘rue des Déportés’, la rue des Ecoles », souligne le Cercle d’Histoire de Rixensart (XII, p.48).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | MONUMENT PLACE COMMUNALE, devoir de mémoire

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Monument Place communale à Genval

    genval,monuments,place communale,première guerre mondiale,1914-1918 

    3.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1083 | Leur Abri

    1083. Leur Abri 1926 c Francis Broche.jpg

    1921/1926 - Leur Abri, le grand air aux enfants de nos soldats. Home familial à Bourgeois-sous-Rixensart.

    rixensart,bourgeois,leur abriAu verso de cette carte postale (1), qui a circulé le 9 février 1921, on peut lire : « A la purification (2) nous sommes allées visiter les mutilés à Woluwé (3). Inspection des plus intéressantes mais bien triste ! Comment ne pas plaindre ces pauvres soldats privés de jambes et de bras ? On réussira à leur en mettre des artificiels » ... signée Joséphine Godard.

    Varianterixensart,bourgeois,leur abri,maison de quartier

    __________

    (1) Leur Abri 1921 (collection Jean-Claude Renier)
    (2) la Fête de la Présentation de Jésus au Temple est célébrée le 2 février et correspond à la Fête de la Purification de la Vierge Marie.
    (3) Dans le parc de 17 hectares de la villa Parmentier, avenue de Tervuren à Woluwé-Saint-Pierre, fut installée fin 1919 un hôpital militaire « spécialement affecté aux invalides de la guerre, dont les lésions réclament encore des soins chirurgicaux, physiothérapiques ou un appareillage » (4). Déjà en 1914, la princesse Marie-Louise de Bauffremont-Courtenay, épouse du comte Jean de Merode, y avait fait édifier une école où nos premiers mutilés vécurent sous l’occupation. Elle se consacra avec dévouement à cette oeuvre ‘Aide et Apprentissage aux Invalides de la guerre’. « Dans cet asile les premières victimes de la guerre y trouvèrent non seulement le gîte et la pension, mais encore des ateliers bien outillés qui leur ont permis de se livrer à une rééducation professionnelle » (4), « de la cordonnerie à l'horlogerie, de la mécanique au jardinage, sans oublier les cours généraux (...). A l'Armistice, devant l'ampleur de la tâche à accomplir, le gouvernement donne à l'action de la comtesse Jean de Merode une consécration officielle, lui conférant le titre d'Oeuvre nationale des Invalides de la Guerre (5).
    (4) Dr. WILMAERS Léon, Hôpital Militaire de Bonsecours, directeur de l’Hôpital Militaire de Woluwé, décembre 1919
    (5) LAUSBERG Sylvie, La ‘maman’ des invalides de guerre, in Le Soir, 29 août 1998

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Les environs de la gare et le monument des Combattants

    1028. Rixensart Panorama c Jean-Claude Renier.jpg

    après 1924 - « En gare de Rixensart, on retrouve une locomotive du type 25 à 3 essieux accouplés qui fut largement utilisée sur la ligne du Luxembourg (1). A cheminée carrée et boite à feu Belpaire (2), ces locomotives étaient appelées 'charbonnières' car elles remorquaient souvent des trains de houille », précise Jean-Claude Renier, vice-président du Club Ferroviaire de Rixensart.

    Erigé en 1924 à l’angle de la voie du tram et de la rue de la Gare, on reconnaîtra le Monument des Combattants de la Première Guerre mondiale 1914-1918 (3). Observez en C1/C2, l’activité en gare SNCB et en gare SNCV. A l’avant-plan, le photographe prend la pose aux cotés des quelques figurants.

    -----
    (1) voir également photo RR 783
    (2) Ingénieur belge qui améliora le rendement des charbons de basse qualité par la conception d’un nouveau 'foyer plat' de forme parallélépipédique avec voûte plate. Il sera nommé directeur de Chemins de fer de l’Etat 
    (3) ce monument se trouve aujourd'hui dans le Parc communal, derrière la Maison communale 

    Détails de la photographie

    rixensart,gare,monuments,trains

    rixensart,gare,monuments,trains,1914-1918 rixensart,monuments,gare de rixensart,train

    7.2012 © Monique D'haeyere                                             12.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 834 | Place Jack Jefferys

    rixensart,jack jefferys,hautfenne,auberge sainte-barbe,1914-1918

    Rétro Rixensart recherche des anciennes photographies de la Place Jack Jefferys. 

    La partie la plus ancienne du village de Rixensart se situe à hauteur de l’actuelle place Jack Jefferys. En effet, "comme que nous le montre Ferraris, au 18ème siècle, l’habitat à Rixensart, était groupé autour de l’actuelle place Jefferys dans les rues de l’Institut, de l’Eglise, du Patch et en partie de la Gare et Boisacq", écrit Paul Buffin (I).

    «Précédemment, ce lieu se nommait la Place (1639), la Belle Place, la Grand-Place, devenue le Try du Marchau (1), la place du Maréchal (1878) et ensuite place Communale, la maison commune se situant au n° 7 de la rue de l’Eglise. En 1962, elle devient la place Jack Jefferys» (I).

    Jack Jefferys naquit à «Ixelles le 21 août 1896, et décéda en 1961. De père anglais et de mère hollandaise, il opta pour la Belgique en 1913. Il fit la guerre de 1914-1918 dans l’armée belge. Aquarelliste jusqu’en 1944, il se consacra ensuite exclusivement à la céramique» (2). Selon Paul Buffin (I), il habita de 1940 à 1961 au n° 2B de la rue de l’Eglise et fit partie de l’Armée Secrète, sous l’autorité de James Thiriar, responsable de la section de Rixensart.

    __________
    (1) "Un try, en wallon, est une terre non cultivée pendant une période plus ou moins longue, ou un espace libre, une placette où se joignent trois chemins. Le mot tri viendrait du francisque 'thrinska' et du moyen néerlandais 'driesch'. Le marchau est le maréchal ferrant" (BUFFIN Paul, I).
    (2) GEERT Robert, Jack Jefferys, Monographies de l'art belge, Bruxelles 1959

    rixensart,jack jefferys,hautfenne,auberge sainte-barbe 

    9.2012 © Monique D'haeyere

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 576 | Extérieur de la Gare

    genval,gare de genval,1914-1918

    1918 – ‘La seconde gare de Genval fut construite en 1910 par le ‘sous-chef de section G. De Lulle. Cet édifice de style éclectique et d’inspiration vaguement « art nouveau », se rapproche des villas de plaisance et illustre bien le caractère de villégiature de la commune, appelée ‘Genval-les-Eaux’. C’est une bonne adaptation d’une villa bourgeoise au volume ferroviaire’, écrit Violaine Montens d’Oosterwijck (1).

    -----
    (1) MONTENS d’OOSTERWIJCK Violaine - L’architecture des gares situées sur le tronçon entre La Hulpe et Rhisnes (1854-1926), Vol. I, in Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 1995-1996

    genval,gare de genval,1914-1918 

    7.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 340 | Un coin de la Place

    genval,place communale,horeca,1914-1918

    1914 – Place communale (coté Sud) à Genval et le café-restaurant-pension ‘A la Belle Vue’. Cet hôtel se trouvait dans le même alignement que l'église Saint-Sixte et le presbytère. 'Formé de deux maisons jumelles, cet ensemble avait fière allure, les briques vernissées entourant ses fenêtres attiraient l'attention même si un grand panneau annonçant les qualités de l'établissement, en entamait l'harmonie', écrit Roger Ghyssens (XII).

    genval,place communale,horeca,1914-1918 

    7.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 305 | Hommage de reconnaissance aux Etats-Unis

    genval,écoles,première guerre mondiale

    1916 - Des écolières de Genval rendent un hommage de reconnaissance aux Etats-Unis

    En effet, dans les premières semaines du conflit de la Première Guerre mondiale, un certain nombre d’exactions ont été commises en Belgique par les troupes allemandes, traités de barbares par les journaux de l'Entente. La guerre secrétait violence et peur. Aux Etats-Unis, le sort de la Belgique apitoie. Comment ne pas plaindre ce petit pays envahi par son puissant voisin au mépris des traités internationaux ? Dans un grand élan de solidarité, la nation américaine se mobilisa pour venir en aide aux populations civiles.

     ALBUM PHOTOS  > Écoles Communales de Genval

     

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 262. Emile Detienne, tombé au Champ d’Honneur à l’Yser en novembre 1914

    262. Emile Detienne novembre 1914 Collection Cercle d'Histoire de Rixensart.jpg

    1914-1916 - Annonce pour une messe anniversaire célébrée en l’église de Rixensart le lundi 12 juin 1916, à la mémoire d’Emile Detienne, soldat au 9ème Régiment de Ligne, fils des époux J.-B. Detienne-Nicaise, né à Rixensart, le 28 mai 1887, tombé au Champ d’Honneur à l’Yser en novembre 1914.

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 47 | L'Entrée du Village

    46. Rosières St-André L'Entrée du village Collection Philippe Godin


    1917 (*) - Toute information à propos de l'emplacement exact de cette photo est la bienvenue. Les commentaires de Francis Dominé, Philippe Godin et Monique D'haeyere permettent d'affirmer qu'il s'agit du carrefour où convergent les rues de La Hulpe (sur Rosières), de Genval (sur Rosières) et la Parklaan (sur Overijse). Sur le terrain à droite (C2) se trouve l'actuel Café du Lac.

    __________
    (*) RAEPSAET Jacques, Calendrier 2009, édité par le Magazine d'Informations communales Wavre-Limal-Bierges, N° 146

     

    rosieres,rue de genval,rue de la hulpe,parklaan,1914-1918 rosieres,rue de genval,rue de la hulpe,parklaan,1914-1918

                                                                                        2010 © Monique D'haeyere

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 20 | Leur Abri

    rixensart,bourgeois,1914-1918,1940-1945,leur abri,maisons de quartier

    Vers 1955 - "En 1964, la commune achète la propriété et après l’étude de différents projets d’en faire, en 1980, une ‘maison de quartier’. Lieu de rencontres, d’activités culturelles, de manifestations sportives, de plaine de jeux …, il tendrait à trouver une vocation de convivialité et d’aide à tout groupement cherchant des locaux pour se réunir" (1)

    Inaugurée en 1982, la maison de quartier accueille aujourd'hui différentes activités socio-culturelles et sportives. Des salles de réunion, d'exposition et de cours y sont disponibles. En 2009, une nouvelle plaine de jeux a été inaugurée dans « ce véritable havre de paix et de quiétude», souligne en juin 2009 Jean Vanderbecken, bourgmestre de Rixensart.

    __________
    (1) Si Bourgeois m’était conté …, éd. Cercle d'Histoire de Rixensart

    20. Leur Abri 2.2012 © Eric de Séjournet-001.JPG 

    2.2012 © Eric de Séjournet

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017