bornes-fontaines à bourgeois

  • Bornes-fontaines à Bourgeois, ressources communes

    Le Coin perdu de Bourgeois c JCR1.jpg

    après 1909 | Le Coin perdu de Bourgeois
    (à Rixensart et non à Genval)
    coll. Jean-Claude Renier

     

    Partant de la place Cardinal Mercier, la rue du Baillois, sinueuse, nous conduit au Coin Perdu (1) ... et à sa borne-fontaine.

    En 1873, un réseau de pompes et de puits publics fut installé à Rixensart, afin d’améliorer l’hygiène de la population. Chaque point collectif d’approvisionnement en eau potable fut surveillé par un responsable du conseil communal. En effet, le conseil constata la négligence des habitants et certains abus des enfants, qui par jeu, gaspillèrent l’eau en pompant inutilement.

    Le réservoir d’eau potable, relais et complément du château d’eau de Rixensart, rue du Plagniau, fut érigé au Bourgeois en 1901. Ce réservoir en maçonnerie entouré de remblai de terre gazonnée servait de relais. Il était situé à la cote 113. Il eût mieux valu, à cette époque, construire le château d’eau au Bourgeois dont la cote d’altitude est de 113 m plutôt qu’à Rixensart qui se trouvait à la cote 96, une pression plus forte eût été atteinte.

    En 1905, la commune fut entièrement desservie en eau et les anciennes pompes furent remplacées et même multipliées par des bornes-fontaines pour les habitations non raccordées au réseau (1). 

    En 1996, Paul Buffin écrit : Le charme de l’endroit est qu’il est resté village, qu’on y entend encore parler wallon, que tout le monde se salue et semble se connaître. C’est aussi le paradis des promeneurs qui y trouvent des sentiers, piedsentes en vieux français et 'pichintes' en wallon. Ceux-ci permettent de découvrir, au fond des creux, à flanc de coteau, 'le coin perdu' que les lotisseurs ont épargné (1).

    __________
    (1) Le charme de l’endroit est qu’il est resté village, qu’on y entend encore parler wallon, que tout le monde se salue et semble se connaître. C’est aussi le paradis des promeneurs qui y trouvent des sentiers, piedsentes en vieux français et 'pichintes' en wallon. Ceux-ci permettent de découvrir, au fond des creux, à flanc de coteau, 'le coin perdu' que les lotisseurs ont épargné (2).
    (2) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996

    Lire la suite