combattants

  • 1679 | Monument des Fusillés et des Résistants

    rixensart,monuments,résistance,fusillés,cimetière,déportés

    1940-1945 - Face à ce monument, inclinons-nous avec émotion devant les noms des fusillés et résistants qui, durant la Seconde Guerre mondiale, ont donné leur vie pour un monde meilleur, pour lutter contre l’ennemi, pour la liberté. Sur cette carte postale commémorative, leurs noms sont publiés par ordre alphabétique, accompagnés d’un portrait.

    Sur le monument nos héros rixensartois sont répartis de la façon suivante, chaque nom étant précédé ou suivi d’une photo en médaillon.

    A gauche, les fusillés :

    Boisacq Robert : il naquit à Wavre le 26 novembre 1904. Droguiste (peintre en bâtiment à Rixensart), membre de la Résistance, époux de Louisa Flémal. « Les Allemands ayant trouvé, lors de leur perquisition, un fusil caché dans un puits de son jardin » (I, p 74), il fut arrêté le 17 décembre 1942 et fusillé à Breendonk le 6 janvier 1943 (1).

    Sur sa carte de deuil il est écrit : « Il a obéi au devoir; il a souffert pour le devoir; il est mort pour le devoir. Le soldat qui donne sa vie pour défendre l’honneur de sa patrie et pour venger la justice violée accomplit un acte de charité qui a été béni par notre Seigneur lui-même : « Nous n’avons pas de meilleur moyen de pratiquer la charité que de donner notre vie pour ceux qui nous aimons » Jeunes gens, faites de votre vie l’hymne de votre gratitude fidèle envers ceux qui comme Robert Boisacq ont sacrifié tout le sang de leurs veines et tous les rêves de leur coeur avec la suprême joie et l’enthousiaste espoir de voir se lever derrière eux une jeunesse digne de reprendre en mains le drapeau aux trois couleurs rougi de leur sang ». La lecture se termine par une citation de Louis Veuillot : « Il n’y a pas de mort, il n’y a pas de séparation. Il n’y a qu’une absence qui peut finir demain. Nous pleurons mais nous aimons, nous souffrons mais nous croyons, nous ne sommes pas écrasés mais A GENOUX ».

    Collin Alphonse : né à Léglise le 23 septembre 1909, employé communal à Rixensart, résistant, arrêté le 18 décembre 1942, fusillé à Breendonk le 6 janvier 1943 (1).

    Croy Albert : né à Genval le 13 août 1917, électricien aux Papeteries de Genval, résistant. « Craignant les représailles de l’occupant, pour sa femme et son fils, et bien que connaissant le sort de ses amis de la résistance, arrêtés avant lui, il avait refusé de se réfugier dans la clandestinité » (I, p.140). Arrêté le 11 janvier 1943, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943 et inhumé au Tir National à Schaerbeek dans l’Enclos des Fusillés

    Deceuster Denis : né à Rixensart le 19 août 1911, « ouvrier aux Papeteries de Genval. Il entra dans la résistance en 1942. Il fut arrêté le 8 janvier 1943 » (I, p.134) et fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943 et inhumé au Tir National à Schaerbeek dans l’Enclos des Fusillés

    Dereume Edouard : né à Bruxelles le 20 novembre 1920, habitant « l’ancienne ferme et café ‘Pagne’, rue du Viaduc 53. Il ne semblait pas faire partie du même mouvement de résistance que les autres. Il était néanmoins en possession d’un fusil et de dynamite » (I, p.144). Arrêté le 9 janvier 1943, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943.

    Ladriere Marcel : né à Jumet le 21 juin 1907, combattant de 1940, employé aux Papeteries de Genval, époux de Celina Bierboom. « Arraché de son foyer par la Gestapo à Genval le 19 décembre 1942, et fusillé à Bourg-Léopold » (Source : Souvenir pieux), le 6 janvier 1943. Motif de l’exécution : otage (1).

    Mayné Albert : né à Rixensart le 2 avril 1921, fusillé le 3 septembre 1944

    Tilquin Marcel : né à Rixensart le 7 février 1903, commerçant à Rixensart. « Il transportait et détenait des armes » (I, p.90). Il fut fusillé le 6 janvier 1943 à Breendonk (1)

    A droite, les résistants morts :

    Beeckman Louis : mort à Dachau (Bavière)

    Collart André, résistant, né à Rixensart le 21 novembre 1924, mort pour la Patrie le 3 septembre 1944. Une messe fut célébrée à sa mémoire en l'Eglise de Rixensart, le 31 octobre 1944. Sur la carte de deuil, son père écrivit : "Mon petit André. Tu fus le Premier prisonnier de Rixensart en mai 1940. Tu es le Premier mort pour la délivrance. Si jeune tu avais droit à la Vie, mais tu as accompli ton devoir jusqu'au bout. Ta dernière pensée fut pour nous. Toutes les nôtres sont pour toi".

    Craps Albert

    Francart Jean : né à Rixensart le 28 décembre 1926, arrêté le 18 août 1944, mort à Blumenthal-Schützenhof (Brême) le 19 février 1945

    Georis Roger

    Mathy Camille

    Herman Jean : mort à Lingen (Allemagne)

    Luyckx Louis

    Margraff Oscar : mort au camp de concentration de Gross Rosen en Silésie

    Paquet Jules

    Pirsoul Joseph

    La commune de Rixensart a nommé huit lieux en mémoire des huit fusillés :

    - dans le centre de la commune : rue Robert Boisacq (anciennement rue du Pont), rue Alphonse Collin, avenue Marcel Tilquin

    - devant la gare de Rixensart : Rond-point Albert Mayne

    - autour de l’Athénée Royal de Rixensart : rue Albert Croy, rue Denis Deceuster (« anciennement rue Neuve dans les années trente ») (I, p.134), rue Edouard Dereume (anciennement rue du Viaduc)

    - dans la vallée de la Lasne : sentier Marcel Ladriere

     

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | Monument des Résistants, morts pour la Patrie

    rixensart,monuments,résistance,fusillés,cimetière,déportés

    2012 © Eric de Séjournet

    __________
    (1) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 - 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1216 | Marcel Tilquin (1903-1943)

    Fusillés et résistants rixensartois morts en service recommandé.jpgRésistant durant la Seconde guerre mondiale, Marcel Tilquin fut fusillé le 6 janvier 1943 à Breendonk, parce qu'il "transportait et détenait des armes" (I, p. 90) (*). Né à Rixensart le 7 février 1903, il y fut commerçant.

    Une avenue de Rixensart porte son nom.

    __________
    (*) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 - 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)

    Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1178 | Robert Bladt

    18.2 Robert Bladt Avis mortuaire - 1.jpg18 février 2014 - "Il s'est battu pour notre liberté. Ne l'oublions pas". Souvenir mortuaire de Robert Bladt, né à Neder-over-Hembeek le 14 mai 1919, † à Woluwé-Saint-Lambert le 18 février 2014, veuf de Louisa Devillé.

    Pilote de chasse et fondateur de la Patrouille des Diables Rouges, Robert Bladt, dit 'Bobby', fut Rixensartois par adoption, ayant habité avenue Reine Elisabeth à Rixensart.

    + INFOS | Robert Bladt > notices 350, 984 et 1051 

    Collection | BLADT Annie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1153 | Albert Croy

    20140508. CROY Albert.jpgNé à Genval le 13 août 1917, Albert Croy fut électricien aux Papeteries de Genval, résistant.

    "Son frère, Ernest, avait été assassiné à Genval, par un Allemand, agent des chemins de fer. Ce dernier avait traîné le corps sur la voie pour le faire déchiqueter et accréditer l’accident. Par vengeance, Albert s’engagea dans la résistance.

    Craignant les représailles de l’occupant, pour sa femme et son fils, et bien que connaissant le sort de ses amis de la résistance, arrêtés avant lui, il avait refusé de se réfugier dans la clandestinité" (I, p.140).

    Arrêté le 11 janvier 1943, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943.

    La rue reliant l'avenue Franklin Roosevelt à Rochemur (Patch) porte son nom. 

     

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1133 | Edouard Dereume (1920-1943)

    20140508. DEREUME Edouard.jpgNé à Bruxelles le 20 novembre 1920, Edouard Dereume habitait « l’ancienne ferme et café ‘Pagne’, rue du Viaduc 53. Il ne semblait pas faire partie du même mouvement de résistance que les autres (1). Il était néanmoins en possession d’un fusil et de dynamite » (I, p.144).

    Arrêté le 9 janvier 1943, il fut fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943.

    La rue reliant la Colline du Glain à Rochemur (Patch) porte son nom.

    -----
    (1) fusillés rixensartois

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1063 | André Collart (1924-1944)

    X1 20140903 André COLLART.jpgCollart André, résistant, né à Rixensart le 21 novembre 1924, mort pour la Patrie le 3 septembre 1944. Une messe fut célébrée à sa mémoire en l'Eglise de Rixensart, le 31 octobre 1944.

    Sur la carte de deuil, son père écrivit : "Mon petit André. Tu fus le Premier prisonnier de Rixensart en mai 1940. Tu es le Premier mort pour la délivrance. Si jeune tu avais droit à la Vie, mais tu as accompli ton devoir jusqu'au bout. Ta dernière pensée fut pour nous. Toutes les nôtres sont pour toi".

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1048 | Marcel Ladrière

    rixensart,fusillés,sentiers,papeteries,ladrière marcel,1940-1945Né à Jumet le 21 juin 1907, Marcel Ladrière combattit en 1940. Il fut employé aux Papeteries de Genval et épousa Celina Bierboom. « Arraché de son foyer par la Gestapo à Genval le 19 décembre 1942, et fusillé à Bourg-Léopold » le 6 janvier 1943. Motif de l’exécution : otage (2).

    Le Conservateur du Museum Kamp van Beverlo, Sylvain Weuts, précise que Marcel Ladrière fit parti de l’Armée Secrète, et de la résistance secrète du 1er janvier 1941 au 6 janvier 1943.

    Accompagné de Patrick Cannaerts (3), Etienne Bies s’est rendu en février 2014 au Gemeentebos à Hechtel (Bourg-Léopold) sur le lieu où Marcel Ladrière fut fusillé (tombe n° 165). « Entre 1945 et 1947, les corps des fusillés ont été déterrés. Certains ont été transférés vers la Citadelle de Liège ou vers le cimetière militaire de Leopoldsburg, d’autres vers leur village d’origine. Le corps de Marcel Ladrière ne se trouve ni à Liège, ni au cimetière militaire de Leopoldsburg ». On peut présumer que le corps de Marcel Ladrière fut transféré à Rixensart (voir photo RR …)

    Le sentier reliant l'avenue des Combattants (Genval) à la Vallée de la Lasne porte son nom.

    rixensart,fusillés,papeteries,ladrière marcel,1940-1945Monument van de Weerstand (Gemeentebos à Hechtel, Leopoldsburg)

    -----
    (1) cfr Souvenir pieux
    (2) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 - 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)
    (3) montage photos 2.2014 © Patrick Cannaerts

    Collection | BIES Etienne Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 984 | Lieutenant-colonel aviateur Robert Bladt

    Robert 'Bobby' Bladt collection Yvan Duwelz) Fairey Firefly IIm.jpgPilote de chasse et fondateur de la Patrouille des Diables Rouges, Robert Bladt, dit 'Bobby', fut Rixensartois par adoption, ayant habité avenue Reine Elisabeth à Rixensart.

    Né le 14 mai 1919 à Neder–over–Heembeek, il entra le 1er juin 1939 à l’école de pilotage de Wevelgem (81ème promotion)(1), vola sur Avro 504, fut breveté le 15 mai 1940 et affecté à Nivelles (2). Évacué en France, 'Bobby' fit son premier solo, sur Fiat, à Chartres. Le 20 mai, il se trouva à Montpellier. Il convoya ainsi des Fiat à Bordeaux et Toulon.

    Il revint, en Belgique, le 25 août 1940. Marié à Louisa Devillé, il habita Nivelles et travailla, comme son père fonctionnaire, à la direction du roulage.

    Accompagné d’autres frères d’armes, il partit le 25 mai 1942 pour rejoindre le Royaume–Uni, afin de continuer la lutte. Ils traversèrent la France via Nancy, la forêt de Chaux, Toulouse jusqu’à Perpignan, franchirent les Pyrénées et rejoignirent Gibraltar, d’où était coordonné l’Opération Torch : le débarquement des Alliés en Afrique du Nord française en novembre 1942. Ils profitèrent d’un Dakota qui les amena en Cornouailles. Après avoir suivi une période d'entraînement, 'Bobby' fut affecté le 8 juin 1943 au 350 'Belgian' Squadron à Houston, puis à Digby.

    Selon Albert De Cock (3), le 23 janvier 1945, il fit partie d'une formation de trois Spitfires, quand il vit que l'appareil du Sergent aviateur Robert 'Bob Le Teuton' Huens fut touché par la 'Flak' (défense antiaérienne allemande). Robert Bladt, qui le suivait, pensa qu'il avait été tué sur le coup. L'avion de Robert Huens s'abattit à Heckhalenfeld, près de la frontière belge (> voir notice Rétro Rixensart 350 consacrée au Rixensartois Robert Huens).

    rixensart,personnalités,350 belgian squadron,r.a.f.,royal air force,spitfire,pilote de chasse,1940-1945L'Escadrille : le 350 'Belgian' Squadron de la Royal Air Force                        L'équipe de football du 'Three-Five-O' (5)

    Peu après l’arrivée des premiers avions à réaction au sein de la Force Aérienne belge, une équipe acrobatique sur Gloster Meteor F8 fut formée, dirigée par le Major Aviateur Robert 'Bobby' Bladt, alors Commandant de la 350ème Escadrille de Chasse. Volant dès 1957 sur Hunter F9, les Acrobobs Boys ou Acrobobs furent officiellement baptisés début 1959 ‘Diables Rouges’. 'Bobby' Bladt en fut le premier leader jusqu’en 1960 (4).

    Ce vétéran de la Royal Air Force et fondateur de la Patrouille des Diables Rouges fut décoré de la Légion d’Honneur, et s’éteignit à Woluwé-Saint-Lambert, le 18 février 2014.

    > plus d’infos : http://www.sbap.be/events/2014/006bobby2014/006bobby2014.htm

    > voir également son frère d'armes Sergent aviateur Robert Huens (photos et notice Rétro Rixensart 350)

    __________
    (1) d’après un texte original d’André Bar (Musée Royal de l’Armée et d’Histoire militaire)
    (2) à la 3ème escadrille du IIème groupe du 2ème régiment de l’Aéronautique Militaire belge (3/II/2 Aé, les « Cocottes rouges »)
    (3) DE COCK Albert, L'Adjudant-Aviateur Robert Huens, in Chroniques du Cercle d'Histoire de Rixensart, n° 19 d'août 1994, p. 3 à 5.
    (4) NEMRY Serge, 55 ans de Diables Rouges, janvier 2013

    (5) légendes et sources iconographiques | photo 1 : Robert 'Bobby' Bladt devant son Fairey Firefly IIM (album d'Yves Duwelz / collection André Bar - Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire de Bruxelles - Section Air et Espace)  | photos 2 et 3 : toute l'escadrille 350 'Belgian' Squadron de la R.A.F. et l'équipe de football (deuxième à partir de la gauche : Robert Bladt; neuvième à partir de la gauche : Robert Huens) (album de feu le Lieutenant-Général Aviateur e.r. Baron Michel 'Mike' Donnet D.F.C. / collection André Bar - Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire de Bruxelles - Section Air et Espace)
    (6) notice rédigée et illustrée en collaboration avec Mehdi Schneyders

    Collection | MUSÉE ROYAL de L'ARMÉE, SCHNEYDERS Mehdi Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 973 | Alexandre Ancart

    G52 Alexandre Ancart 1943 c Etienne Bies.jpgNé à Cortil-Noirmont le 16 mars 1902, Alexandre Ancart, époux de Léonie Van Niemmen, fut combattant de la guerre 1940, ex-prisonnier de guerre et membre de l’Armée blanche.

    Pour avoir transporté des armes, il fut brutalement arrêté par la Gestapo à Genval le 16 décembre 1942 et fusillé à Bourg-Léopold le 6 janvier 1943 (1).

    -----
    (1) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 - 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)

    G52G. Montage Camp de prisonniers à Bourg-Léopold.jpg

    Légende des quatre photos datant de 1945 (collection Etienne Bies) : Camp de prisonniers à Bourg-Léopold,  intérieur d'un baraquement pour prisonniers à Bourg-Léopold, lieu d'exécution au Gemeentebos à Hechtel (Bourg-Léopold), cimetière des fusillés au Gemeentebos à Hechtel.

    Collection | BIES Etienne Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 845 | Monument des Fusillés et des Résistants

    Monument aux Morts Cimetière de Rixensart 9.1995 c Cercle d'Histoire de Rixensart (3).jpg

    1995 -  Dessiné par l’architecte Dupuis Ach., ce monument dédié aux Fusillés et Résistants rixensartois a été édifié dans le cimetière de Rixensart par les entrepreneurs Mortier Fr., Mayne C. et F.. 

    Monument des Résistants 6.2015 © Monique D'haeyere.JPG 

    6.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 676 | Jean Herman

    rixensart,résistance,seconde guerre mondiale,monuments,avenue jean hermantA Rixensart, l’avenue Jean Hermant (sic) est nommée en mémoire à un résistant rixensartois mort à Lingen (Allemagne) pendant la Seconde Guerre mondiale. Sur le Monument aux Morts dédié aux fusillés et résistants rixensartois (*) son nom est orthographié Jean Herman (sans t donc).

    -----
    (*) dans le cimetière de Rixensart, rue de l’Institut

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 562 | Robert Boisacq (1904-1943)

    rixensart,boisacq,robert boisacq

    Robert Boisacq naquit à Wavre le 26 novembre 1904. Droguiste (peintre en bâtiment à Rixensart), membre de la Résistance, époux de Louisa Flémal. « Les Allemands ayant trouvé, lors de leur perquisition, un fusil caché dans un puits de son jardin » (I, p 74), il fut arrêté le 17 décembre 1942 et fusillé à Breendonk le 6 janvier 1943 (1).

    Sur sa carte de deuil il est écrit : « Il a obéi au devoir; il a souffert pour le devoir; il est mort pour le devoir. Le soldat qui donne sa vie pour défendre l’honneur de sa patrie et pour venger la justice violée accomplit un acte de charité qui a été béni par notre Seigneur lui-même : « Nous n’avons pas de meilleur moyen de pratiquer la charité que de donner notre vie pour ceux qui nous aimons » Jeunes gens, faites de votre vie l’hymne de votre gratitude fidèle envers ceux qui comme Robert Boisacq ont sacrifié tout le sang de leurs veines et tous les rêves de leur coeur avec la suprême joie et l’enthousiaste espoir de voir se lever derrière eux une jeunesse digne de reprendre en mains le drapeau aux trois couleurs rougi de leur sang ». La lecture se termine par une citation de Louis Veuillot : « Il n’y a pas de mort, il n’y a pas de séparation. Il n’y a qu’une absence qui peut finir demain. Nous pleurons mais nous aimons, nous souffrons mais nous croyons, nous ne sommes pas écrasés mais A GENOUX ».

    Après la guerre, la commune modifia le nom de la rue du Pont en rue Robert Boisacq.

    "Sa veuve Louisa Flémal continua l'exploitation de la droguerie, avenue de Merode, à l'endroit où se trouve le coiffeur Symens", y ajoute encore Jean-Claude Renier.

    -----
    (1) Le jeudi 7 janvier 1943, l’Oberfeldkommandatur de Bruxelles communique : « En expiation de l’assassinat commis le 31 décembre 1942 sur trois membres de l’armée allemande, et des agressions commises après le 24 décembre, à Bruxelles et dans les environs contre des citoyens belges, les 10 Terroristes suivants ont été fusillés : DUPREZ Pierre, ferblantier à Anderlecht ; DE VALLENS José, employé de commerce à Bruxelles ; VAN DEN HOUVEL Edmond-Léonard, serrurier à Bruxelles-Jette ; LANSEN André, garçon de café à Evere ; ANCART Alexandre, marchand de charbon à Genval ; TILQUIN Marcel, commerçant à Rixensart ; COLLIN Alphonse, employé communal à Rixensart ; ROUCHEAUX Georges, imprimeur à Genval ; LADRIERE Marcel, employé à Genval ; BOISACQ Robert, peintre en bâtiment à Rixensart » (extrait publié dans INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL, Trial of the major war criminals before the International Military Tribunal of Nuremberg 14 november 1945 - 1 october 1946, Nuremberg, 1949, Volume XXXVII p.377 et 378)

    Variante

     

    rixensart,boisacq,personnalités,robert boisacq

     

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 350 | Sergent aviateur Robert Huens

    rixensart,aviateur huens,350 belgian squadron,spitfire,pilote de chasse,1940-1945

    23 janvier 1945 - Le Sergent aviateur Robert Huens fut « abattu par la 'Flak' (défense antiaérienne allemande) à Heckhalenfeld, près de la frontière belge, le 23 janvier 1945. II avait 25 ans », raconte Paul Buffin (I).

    Fils d'Alphonse Huens-Materne, Robert naquit à Rixensart le 12 septembre 1919 et y habita rue de la Station 8. Il était déjà membre de l’Aéronautique Militaire belge avant le début de la Seconde Guerre mondiale. En effet, élève-pilote appartenant à la ‘78e Promotion 01.09.1938 à Wevelghem’, il obtint le brevet élémentaire le 15 mai 1939 et le 18 août de la même année, le brevet militaire. En septembre 1939, il fut affecté à la 6/3/2Aé. "La 2Aé, c’est la chasse avec douze ‘Hurricanes’ et des moins modernes, les ‘Gladiators’ et les Fiat. Ses terrains se situent à Schaffen et à Nivelles" (1).

    Le 10 mai 1940, il fut envoyé du Zoute à Vissenaeken (2) et subit le 13 mai suivant le bombardement de Vissenaeken. Il se replia sur Moerbeke-Waes. Le 14 mai, il fut détaché en renfort au 3 Aé à Aeltre, et le 18 du même mois il partit en France rejoindre le 2Aé à Frejorgues (Montpellier).

    On sait également que Robert Huens rejoignit la Grande-Bretagne et qu’il fut incorporé à la Royal Air Force (matricule RAF 1899804) le 29 juillet 1943. A partir du 7 août 1943, il suivit une formation de pilote de chasse au R.A.F. College de Cranwell. On le retrouva le 31 janvier 1944 à la 5 (Pilot) Advanced Flying Unit à Ternhill. Dès le 3 avril 1944, ‘Bob’ compléta son entraînement à la 53 Operational Training Unit, basée à Kirton-in-Lindsey. Le 12 juin 1944, il fut affecté au 350 "Belgian" Squadron de la R.A.F., la célèbre escadrille belge sur Spitfire, qui opéra depuis Westhampnett dans le West-Sussex. Dès août 1944, de nombreux pilotes du « Three - Five - O » se distinguèrent en détruisant également de nombreuses bombes volantes V1.

    rixensart,aviateur huens,350 belgian squadron,r.a.f.,royal air force,spitfire,pilote de chasse,1940-1945,personnalités

    Les pilotes du 350 'Belgian' Squadron de la Royal Air Force et un Spitfire Mark XIV                             'Bob le Teuton'

    En décembre 1944, l’escadrille déménagea en Belgique et fournit des patrouilles offensives pendant la Bataille des Ardennes. Lors d’une mission de reconnaissance (‘armed recce’), ‘Bob’ Huens, surnommé ‘Le Teuton’ par ses collègues pilotes, fut abattu le 23 janvier 1945 sur Spitfire Mk XIV n° NH711 par la défense anti-aérienne allemande, près de Saint-Vith.

    Selon Albert De Cock (3) "il se trouvait au centre d'une formation de trois Spitfires, quand son appareil fut touché par la flak au cours d'une mission de mitraillage d'une colonne allemande en retraite. Robert Bladt (4), qui le suivait, pense qu'il a été tué sur le coup. Son avion s'abat à Heckhalenfeld, près de la frontière belge. La famille est avisée que 'son appareil a été abattu et qu'on espère qu'il ne lui est arrivé d'autre malheur que d'être fait prisonnier'. L'Ambassade belge à Londres a été informée de la mort de Robert Huens, en vue de prévenir les proches, mais elle ne donne pas suite et la famille est laissée dans l'attente et l'incertitude".

    "C'est le 28 février 1946 seulement que les siens seront officiellement avisés du 'décès présumé' de Robert. La certitude n'en sera acquise qu'en mai 1947 grâce à l'intervention à Londres du comte de Laurens, chez qui Robert avait séjourné à Castelnaudary en 1942, mais l'avis officiel du Ministère de la Défense Nationale ne parviendra à la famille que le 27 novembre 1948 ! Le père de Robert se rendit sur la tombe de son fils, à Heckhalenfeld, et la trouva entretenue et fleurie par la femme du Bourgmestre de l'endroit, une maman qui espèra qu'on en aura fait autant pour ses deux fils disparus sur le front de l'Est. Après que les Anglais eurent regroupés les corps de leurs soldats tombés en Allemagne, autorisation fut donnée de rapatrier Robert Huens en Belgique".

    rixensart,aviateur huens,350 belgian squadron,r.a.f.,royal air force,spitfire,pilote de chasse,1940-1945,personnalités

    Les funérailles religieuses et l'inhumation dans le caveau de famille à Rixensart eurent lieu le 18 avril 1949. Les honneurs militaires lui furent rendus par un détachement de la Force Aérienne belge (5).

    "Le 18 juin 1949, le Conseil communal de Rixensart décida de dénommer 'Rue Aviateur Huens' la partie de la rue de la Station comprise entre le pont du chemin de fer et la place Jefferys. Robert Huens était né au numéro 8 de la rue qui porte son nom" (4).

    -----
    (1) LEVO Jean-Marie, Les sacrifiés du Canal Albert

    (2) DILLIEN André, Promotions de pilotes militaires belges, Bruxelles, 2005-2010

    (3) Robert Bladt, pilote de chasse et fondateur de la Patrouille des Diables Rouges, Rixensartois d'adoption

    (4) DE COCK Albert, L'Adjudant-Aviateur Robert Huens, in Chroniques du Cercle d'Histoire de Rixensart, n° 19 d'août 1994, p. 3 à 5.

    (5) légendes et sources iconographiques | photo 1 : Sergent aviateur Robert 'Bob Le Teuton' Huens (album de feu Gaston Wardemer, propriétaire durant la guerre du restaurant belge 'Chez Gaston', à Londres / collection André Bar - Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire de Bruxelles - Section Air et Espace) | photo 2 : Pilotes de la 350 'Belgian' Squadron de la R.A.F. et un Spitfire Mark XIV (album de feu le Lieutenant-Général Aviateur e.r. Baron Michel "Mike" Donnet D.F.C. collection André Bar - Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire de Bruxelles - Section Air et Espace) | photo 3 : Robert Huens, assis dans l’habitacle d’un Spitfire Mk V (album de feu Arthur Patiny collection André Bar - Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire de Bruxelles - Section Air et Espace) | photos 4 et 5 : cérémonies en la Maison communale de Rixensart et en l'église Sainte-Croix à Rixensart (collection Cercle d'Histoire de Rixensart)

    (6) notice Rétro Rixensart 350 corrigée par Mehdi Schneyders (voir 'Commentaires')

    Collection | MUSÉE ROYAL de L'ARMÉE, SCHNEYDERS Mehdi Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 262. Emile Detienne, tombé au Champ d’Honneur à l’Yser en novembre 1914

    262. Emile Detienne novembre 1914 Collection Cercle d'Histoire de Rixensart.jpg

    1914-1916 - Annonce pour une messe anniversaire célébrée en l’église de Rixensart le lundi 12 juin 1916, à la mémoire d’Emile Detienne, soldat au 9ème Régiment de Ligne, fils des époux J.-B. Detienne-Nicaise, né à Rixensart, le 28 mai 1887, tombé au Champ d’Honneur à l’Yser en novembre 1914.

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 176 | Cérémonie en hommage à trois paroissiens fusillés par les Allemands

    evenements,genval,monuments,place communale,fusilles

    17 juin 1945 - Cérémonie en hommage à trois paroissiens fusillés par les Allemands. Trois paroissiens de Saint-Sixte arrêtés par la Gestapo ont été fusillés début 1943 : "Alexandre Ancart et Georges Rouchaux, tous les deux à Bourg-Léopold, et Maurice Van Diest au Tir National". Dans sa Monographie de Genval (p. 73), Adrien Tonnet, curé à la paroisse Saint-Sixte de 1923 à 1962, consigne le 17 juin 1945 : "Au cours d'une cérémonie grandiose les corps des fusillés sont ramenés à Genval".

    Rapatriement fusillés genvalois 17 juin 1945 Place communale Collection Luc Debource (1)

    Suivant Wikipedia, "Ancart A. (41), Rouchaux G. (48) et Van Diest M. (41) font partie des 185 patriotes exécutés au Fort de Breendonk". Sur le site de Bel-Mémorial, on apprend que

    - Alexandre Ancart est né le 16 mars 1902 (1) à Cortil-Noirmont (BW), et, pour avoir transporté des armes, fusillé à Bourg-Léopold (1) (et non à Breendonk) le 6 janvier 1943
    - Georges Rouchaux est né le 28 décembre 1895 à Ixelles, et fusillé à Breendonk le 6 janvier 1943
    - Maurice Van Diest est né le 5 novembre 1902 à Wavre (BW), et, pour possession d'armes, fusillé à Breendonk le 13 janvier 1943.

    evenements,genval,monuments,place communale,fusilles 

    __________
    (1) suivant son avis mortuaire

    Collection | DEBOURCE Luc Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 143 | Journée patriotique

    genval,événements,anciens combattants

    20 juin 1948 - Sur la Place communale, 'Monsieur Raymond Becquevort (1), Bourgmestre, remet le nouveau drapeau à M. Biezemans, président de l'Amicale', sous-titre un journal local de l'époque.

    genval,événements,anciens combattants

    Les décorés sont rassemblés près du monument à la mémoire des soldats de la commune tombés au champ d'honneur. Derrière le groupe, on reconnaît en B1 le presbytère et en C1 l'église Saint-Sixte.

    _____

    (1)  Lors des élections de 1946, c'est Raymond Becquevort qui devint maïeur de Genval à la tête d'une liste d'union intitulée 'Entente démocratique communale'. Aux élections législatives de juin 1949, il devint député libéral de l'arrondisssement de Nivelles (XII).

     

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017