garages

  • 1209 | Garage Pigeon

    Garage Pigeon rue Boisacq © Jacques Pigeon - 1.jpg

    années '50 - Garage Pigeon, situé rue Robert Boisacq à Rixensart. Aujourd'hui, ce bâtiment n'existe plus et le terrain est occupé par une friterie.

    "Albert Pigeon fait la maintenance d'une VW 'Coccinelle', modèle antérieur à 1953 à deux vitres arrière. Remarquez les deux pompes ESSO : celle de gauche délivre de l’essence Esso Extra et celle de droite du Diesel. Entre celles-ci, la vitrine où l’on peut apercevoir des produits pour l’entretien des autos. Sur la porte du garage, une affiche publicitaire pour les pneus Michelin", commente Jean-Claude Renier.

    Il approfondit le sujet : "Le garage Pigeon se situait au n°3 de la rue Robert Boisacq à Rixensart, à hauteur de l’ancien magasin Colruyt. Louis Pigeon acheta le bâtiment vers 1930. Avant et pendant la guerre il tenait un garage dont une compagnie de Taxi-bus. Son fils Albert (1919-1995) reprit le garage. Il était concessionnaire des marques Opel, Chevrolet, DKW. Dès 1960, la marque Audi devint prioritaire. La démolition du garage date des années 1974/1976".

    rixensart,garages,rue boisacq,audi,dkw

    après 1964 - Afin de situer ce garage, sis rue Robert Boisacq, signalons que le tram vicinal reliant Waterloo à Wavre passait derrière le garage, entre la DKW (en A2) et la Citroën DS (en A3). Les deux bâtiments que l'on aperçoit en A2 ont fait place pour des appartements et des magasins, ceux situés rue Boisacq. "A droite du garage, l'abri bus indique que l'on est bien dans l'ère post-tramway. Les pavés en C1, mènent vers le café 'Le Matchi' et indiquent le début de la rue Alphonse Collin", précise Jean-Claude Renier.

    "Sur le pignon du garage Pigeon, on voit la réclame pour la marque AUTO UNION AUDI (1) et au-dessus de la porte du garage, une enseigne Auto Union DKW. Le long du trottoir de l’avenue Boisacq, de gauche à droite, une voiture DKW Junior (modèle F11 ou F12 produites de 1963 à 1965), une Citroën DS et une Fiat 1500. Sur le parking on voit aussi une voiture Morris et une DKW (modèle F91 à 94, années de production 1953 à 1959)".

    "Sur le battant gauche de la porte d’entrée du garage, une affiche mentionne : « Ici, contrôle gratuit de vos pneus. Faites régler vos phares ».

    __________
    (1) AUTO – UNION - DKW : 

La production industrielle des voitures automobiles de marque DKW a débuté en 1928 avec le modèle P15 à transmission sur les roues arrières. En ce temps-là, DKW était déjà un constructeur bien établi dans le domaine des motocyclettes. Le siège de l'usine se trouve alors à Zschopau, en ex. RDA. 
Dès l'après-guerre, cette usine passa dans le giron du constructeur nationalisé IFA, qui y produisit les motos MZ (Motorradwerk Zschopau) jusqu'à récemment. De l'origine à 1932, DKW était une marque autonome dont le fondateur, J.S. Rasmussen, est d'origine danoise. 
C'est en effet lors de la crise industrielle du début des années '30 que quatre constructeurs allemands virent leur salut dans une association qui prit le nom d'AUTO-UNION. 
Nous parlons ici de Audi, DKW, Horch et Wanderer, unis dès lors sous le sigle des quatre anneaux. La légende dit que ce logo fut inspiré des anneaux olympiques, dont les JO se déroulaient justement en l'an 1932. 

Après la guerre, seule la marque DKW fut en mesure de relancer une production industrielle, grâce à ses modèles autos et motos économiques et de prix avantageux. Les alliés Horch, Audi et Wanderer qui avaient misé sur le moyen et haut de gamme avec des moteurs de 4 à 12 cylindres, furent évincés du marché qui se remettait alors des lourdes pertes de 39-45. Ce n'est qu'en 1966, avec le montage d'un moteur à quatre temps d'origine Mercedes sur la DKW F102, que cette dernière reprit le nom d'AUDI, marque que nous connaissons aujourd'hui. (cfr DKW)

    Collection | PIGEON J. Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 481. Garage Gilles

    C57. Chapelle rue Haute Collection Cercle d'Histoire de Rixensart.jpg

    1930 – Garage Gilles situé à l’angle de l’avenue des Combattants et de la rue A. Lannoye. 

    Francis Broche a retrouvé Anne-Marie Gilles, habitante de l'avenue des Combattants. Elle raconte : 'C'est le garage de mon papa ! La dame qui se tient devant la maison est ma grand-mère ; parmi les hommes, il y en a un plus petit et rondouillet, c'est mon grand-père. Il était un excellent mécanicien (avant les automobiles, je pense que le garage réparait les chariots). Pendant la guerre, les Allemands apportaient leurs véhicules à réparer chez lui. Il a longtemps vendu et entretenu des VW'.

    'La dame qui porte l'enfant dans ses bras ... c'est la nounou de mon papa et donc l'enfant, c'est mon papa'. Quand mon père a repris le garage, il a fait construire une ajoute. Il en a fait une salle d'exposition dans laquelle il exposait deux voitures. Comme il avait un ouvrier, il y avait également une pièce servant de réfectoire, un wc et un magasin de pièces détachées. Ma sœur Christiane, mon frère Michel et moi devions la nettoyer toutes les 6 semaines (Michel s'occupait des vitrines et nous du reste). Papa a été représentant VW indépendant et représentant Datsun, puis Peugeot'.

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017