jeu de bouloir

  • 225. Jeu de Bouloir à Froidmont

    Jeu de Bouloir à Froidmont Collection Jean-Claude Renier.jpg

    1903 - Jeu de bouloir à Froidmont

    « Cette vue a été prise rue de Limal au n° 2. En A1 et B1, on aperçoit un poteau télégraphique longeant la ligne du chemin de fer », souligne Jean-Claude Renier.

    « Le jeu de bouloir était assez pratiqué jusque dans les années 50, chez des particuliers ou à l’arrière des salles de cafés. Il en existait un à Rixensart, à l’arrière du café « Chez Favresse », situé avenue Aviateur Huens, d’après Monsieur P. Gilson, qui y a joué. On pratique encore ce jeu par exemple à Grez-Doiceau et Marbisoux. »

    Le jeu de bouloir

    « C'est l'ancêtre du bowling. Il se compose de boules et de cinq quilles en bois. Le jeu consiste à renverser des quilles (deux maximum par boule) à l'aide d'une boule en bois que l'on doit lancer à une distance de 11m et qui ne peut toucher le sol qu'au-delà d'une barre posée sur le sol 2m devant les quilles. Deux équipes de minimum trois joueurs s'affrontent.

    Chaque joueur lance une boule et l'équipe qui a abattu le plus de quilles marque "la ligne" (le point). On se base toujours sur le dernier résultat pour déterminer le nombre de quilles à abattre afin de marquer "la ligne". La première équipe qui a marqué 8 lignes gagne la partie et l'équipe perdante doit payer la tournée.

    Si plus de trois joueurs prennent part au jeu et que les trois premiers joueurs ont abattu les cinq quilles, le (ou les) joueur(s) suivant(s) tente(nt) d'abattre le(s) pompon(s) qui est (sont) une (des) quille(s) plus petite(s) ».

    Carte postale éditée par Doyen, La Hulpe – N° 137
    Date d’oblitération : 17/01/1903

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017