les charmettes

  • 1397 | WAAFs à Les Charmettes

    1398. WAAF's à Les Charmettes à Genval c CHR.jpg

    vers 1945 - Durant la Seconde Guerre mondiale, les WAAFs faisaient partie de la Women's Auxiliary Air Force (WAAF), une force féminine auxiliaire de la Royal Air Force. Sur cette photo, elles posent devant Les Charmettes, rue du Tilleul à Genval.

    "Les WAAFs ne participaient pas aux combats, bien qu'elles fussent exposées aux mêmes dangers que n'importe quels civils travaillant sur les bases militaires. Elles furent actives dans le pliage de parachutes et comme équipières de ballons de barrage, en plus de remplir des postes d'intendance, de météorologie, de radar, de transport, de téléphonie et de télégraphe. Elles décryptèrent des codes et des chiffres, analysèrent des photos de reconnaissance et remplirent des missions de renseignements. Les WAAFs jouèrent un rôle essentiel dans le contrôle sol-air, aussi bien dans les stations radars que dans les salles d'opérations, en tant que traceuses. Les WAAFs étaient payées deux-tiers du salaire de leur équivalent masculin" (Wikipedia).

    WAAF 455709 Sgt Dalma Flanders, née Darnley Taylor, témoigne : "On arrival in Antwerp we were met by Air Force open trucks, and the local people we passed threw flowers at us and cheered and clapped their hands, they appeared to be pleased to see us there to help them. We arrived at a little village called Genval late in the afternoon and were allotted billets in various houses which had been placed at our disposal — we had double bunks there too, with four of us to a room. At 2a.m. we heard a bomb drop on the village — it seemed as if the Germans knew we had arrived. We heard later that it was a rogue bomb dropped by a fleeing German pilot anxious to cross the border. As the Germans were getting further and further away to the east, we had very little to do, and life became a holiday for us for a short while. We made full use of the large lake in the village. Because we were all in uniform, all transport was free for us, and after VE Day (8th May, 1945) we were all given a 48-hour pass to go anywhere we wanted".

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 850 | Mural des Charmettes

    850. Le Cerceau 20090517 © Eric de Séjournet.JPG

    17 mai 2009 - Mural des Charmettes à Genval, «réalisé en juillet et août 81 par un collectif d’enfants et de jeunes de la région, en collaboration avec les peintres Xavier Crols, Paul Gobert et Peter Schuppisser (membres du Collectif d’Art public)» (1).

    «Il y a des murs de la honte, des murs de la peur, des murs de l’enfermement, des murs du chagrin. Mais il y en a d’autres», écrit Françoise Humblet le 8 août 1981 (2). «Il y avait une fois, à Genval, un parc communal plus ou moins ensauvagé; dans ce parc communal, il y avait une maison qui sous des formes diverses, accueillait des jeunes. Cette maison avait, à front de rue, une façade décrépie et en partie aveugle. Si on faisait une peinture murale? L’idée a germé dans le cerveau fécond de la Fondation Jacquemotte, mouvement d’Education permanente et populaire. Les tractations ont duré une année! La commune de Rixensart a prêté les locaux, donné des fonds pour remettre le mur en état, le ministère de la Communauté française a fourni trois animateurs, jeunes peintres enthousiastes, qui avaient déjà travaillé avec Roger Somville. Des volontaires sont allés dans les écoles expliquer le projet prévu pour le mois de juillet».

    «Deux cent mètres carrés de peinture murale à Genval’» titre Le Drapeau rouge le 5 août 1981. Thème ? «L’enfant et ses vacances». Et Philippe Pierre du Soir d’embrayer : «Si les peintres respectent scrupuleusement les dessins des jeunes (4) - telle cette moto aux roues carrées-, il leur appartient cependant de choisir leur emplacement et les couleurs. Le premier mur se termine et offre aux passants un spectacle varié, fait de baigneurs, de danseuses, d’animaux (chien, cheval, ...), d’engins (moto, roller-skate ...) et d’un coin de la maison des ‘Charmettes’. Pour le second mur, le thème retenu est le football».

    «Quant au résultat ?» se demande Le Drapeau Rouge. «Il n’est pas fait pour être raconté, mais pour être vu (...) au 50, rue du Tilleul». Et André Jacques du journal Vers l’Avenir (3) d’y ajouter à propos de cet art pictural : «Puisse-t-il maintenant passer dans le quartier afin de donner à cet ensemble architecturale sa vraie vocation de maison de quartier et de rencontre? 

    genval,les charmettes,fondation jacquemotte,art mural,le cerceau 
    4.2015 © Monique D'haeyere 

    Voir également OBJECTIF RIXENSART, 29 mai 2009.

    -----
    (1) Collectif d’Art Public Fondation Jacquemotte, Mural des Charmettes à Genval, éd. Marie-Madeleine Maerevoet, Genval
    (2) HUMBLET Françoise, Histoire d’un mur, in Le Ligueur n° 33 du 28 août 1981.
    (3) JACQUES André, Des jeunes découvrent l’art mural, à Genval, in Vers l’Avenir, 30 juillet 1981.
    (4) Vingt jeunes de huit à dix-huit ans y ont pris part : Courtin Catherine, Gilbert Anne, Gilbert Claire, Vanderheyden Maud, Frankart Luc, Bollen Valérie, Meert Sylvie, Frennet Alain, Frennet Nathalie, De Woele Valérie, Beier Grégoire, Swaelens Véronique, Benbouchta Rachid, Van Praet Kumar, Van Praet Indrani, Mathy Gabriel, Toussaint Pierre, Bertrand Françoise, Renard Fabienne, Dupont Karine, Dupont Véronique, Dupont Christine, Desmet Carine, Decamps So-Ra, Decamps Sabine, Léonard Thibault, Lauwers Martin, Lauwers Corinne, Kosh Dominique, Troisième Bernard, Gobert Gilles, Gobert Pierre, Coomans Bernard, Erens Sandrine (1)

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 689 | Mural des Charmettes

    genval,les charrettes,graffitis,rue du tilleul,d'clic,le cerceau

    mai 2009 - Ce bâtiment, situé rue du Tilleul à Genval, abrita jusqu'en 2015 la maison de jeunes 'Le Cerceau'. Déclaré insalubre, les autorités communales ont décidé de raser le bâtiment. Les peintures murales n'ont pu être sauvegardées (voir Rétro Rixensart 850). 

    Collection | de WILDE Berna Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017