papeteries

  • Vue aérienne des Papeteries de Genval

    962. Papeteries de Genval numérisation en 2013 par J.C. Renier.jpg

    Vue aérienne des Papeteries de Genval

    Un sentier relia les Papeteries de Genval à la Grande Sablière et devint au début des années cinquante la route Provinciale (l'actuelle avenue Franklin Roosevelt). Quant à l’avenue Albert Ier, elle relia dès 1935 les Papeteries à la gare de Genval.

    Cette photo est un bel exemple de l'anthropisation, c'est-à-dire du processus par lequel nous modifions ou transformons l’environnement naturel, par l’urbanisation et l’activité industrielle.

    Photo-légende (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    genval,papeteries,avenue franklin roosevelt,avenue albert i,vue aérienne,papeteries vues du ciel

  • 1664 | Les Papeteries

    1948 1950 Papeteries de Genval c Philippe Godin.jpg

    1948 – Vue panoramique des Papeteries de Genval

    «Sans être un centre essentiellement industriel, Genval a pourtant vu au début du 20ème siècle l’implantation sur son territoire d’une importante papeterie, fabrique de papier-peint et couvre-parquet, dont les installations s’agrandissent sans cesse et se prolongent même à Rixensart, la localité voisine. Ce complexe n’a certainement pas le caractère poétique que l’on pourrait espérer dans une commune qui se voue au tourisme, mais par sa présence il contribue à la prospérité de Genval »(1).

    ___________
    (1) DUBUISSON Paul et Madeleine, Le nouveau canton de Wavre, Au fil de l’histoire, Ed. du Brabant wallon, Chaumont-Gistoux 1972

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1658 | Les Papeteries (vue panoramique)

    805. Papeteries de Genval c Philippe Godin.jpg

    1948/1950 - Vue panoramique des Papeteries de Genval (photo prise depuis le clocher de l'église Saint-Pierre de Maubroux). Au centre de la photo (de A2 à C2), la rue de Rixensart et ses maisons. A droite, la Perche couverte.

    "Juste face à l'entrée des Papeteries, et jouxtant la Lasne, il y avait encore dans les années 60, un estaminet, une construction ancienne et plutôt basse, qui possédait une salle de tir horizontal. L'un de mes collègues de travail (plus âgé) fréquentait ces 2 sites de tir à l'arc. Il se déplaçait, à vélo, de Waterloo à Genval pour pratiquer sa passion", raconte André Decaffmeyer.

    genval,papeteries,perche

    2011 @ Bruno Marchal

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1646 à 1647 | Papeteries de Genval

    20170322. 1948 ca Le premier wagon entre à l'usine de Genval c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    Un trafic intense par wagons-portés et par camions s'établit entre la gare de Genval et l'usine. Celle-ci provoquant chaque jour un mouvement total de marchandises de plus de 400 tonnes (soit l'équivalent de 40 wagons).

    20170322B. 1948 ca Le premier wagon entre à l'usine de Genval c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart)_2.jpg

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Route Provinciale

    genval,papeteries,route provinciale

    1949 | Papeteries de Genval, une Grande Entreprise belge (1)

    La construction de la Route Provinciale (actuellement avenue Franklin Roosevelt) est imminente. Elle reliera Genval à Rixensart. 

    __________
    (1) Cette photo illustra un article, consacré aux Papeteries de Genval en mai 1949. Intitulé "Une Grande Entreprise belge", l'article paru dans Les Vétérans Coloniaux, une revue congolaise.

    genval,papeteries,route provinciale,avenue franklin roosevelt 

    2017 © Monique D'haeyere

    Lire la suite

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Le Mwami de l’Urundi visite les Papeteries de Genval

    1630. 1950 juillet Le Mwami de l'Urundi visite les Papeteries de Genval (journal du dimanche 16 juillet 1950) c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    En juillet 1950, le Mwami (1) de l’Urundi effectua une visite des Papeteries de Genval. Il fut accueilli dans la cour d'honneur par Jacques Lannoye, administrateur-directeur des Papeteries (2).

    Certes, la photo extraite du journal Le Soir du 16 juillet 1950 est de qualité 'papier journal', mais l'intérêt réside principalement dans le style journalistique du reportage, propre aux années '50. Le journaliste apporte surtout un témoignage éclairant sur le fonctionnement de l'usine. 

    Cet après-midi, les drapeaux flottent sur les imposantes installations des Papeteries de Genval, et le soleil, ce matin boudeur, a fait une estivale réapparition. Aux abords des usines. un groupe s'est formé pour assister à l'arrivée du Mwami, dont le séjour en Belgique comprend la visite d'importantes réalisations industrielles et agricoles du pays.

    Vers seize heures les voitures, qui ont conduit jusqu’ici le Mwami, sa suite et des personnalités du ministère des Colonies, font sur leur entrée dans la cour d'honneur des Papeteries, accueillies par M. Jacques Lannoye, administrateur-directeur des usines, par M. André de Walque, directeur du Service social. etc. Le Mwami était, par ailleurs, entouré de M. Stubbe, chef de cabinet adjoint au ministère des Colonies, de MM. Krentz, commissaire de district, Masure, secrétaire d'Administration.

    Les présentations faites, la visite des installations industrielles commença, à travers cette ville-usine qui s'étend sur plusieurs hectares. Témoignant du plus vif intérêt pour les multiples aspects de la fabrication du Balatum et du papier-peint le Mwami ne cacha pas son admiration. Un des membres de sa suite nous dira : « Il apparaît clairement que la volonté de réaliser une chose parfaite est au départ de cette entreprise ».

    La visite débute par la salle où se déroule le feutre imprégné. Les immenses rouleaux de deux tonnes et demie dévident les Iarges rubans noirs, partant vers les diverses étapes d'où ils sortiront revêtus de dessins et de couleurs, ayant passé tour à tour par des séchoirs ou ils se développent comme en immenses tentures dans une atmosphère tropicale ...

    On passe ensuite par les machines à enduire et à imprimer où le feutre reçoit son revêtement qui fera le charme des appartements. Mais ce n'est qu'à la sortie d'un dernier séchoir qu'on les voit sous cet aspect, alors que s'achève le long voyage transformateur, sur la table de triage. Le Mwami s'attarde devant ce spectacle qui ne manque pas d'être impressionnant, la machine débitant le Balatum achevé, le découpant en rouleaux destines à la vente. La curiosité des hôtes des Papeteries ne sera pas moins éveillée par le travail minutieux de la gravure et des coloristes, par ces rouleaux artistement et minutieusement garnis de leurs dessins aux reliefs de laiton, grâce auxquels le papier recevra sa garniture. Car vient alors la salle des impressions avec leurs énormes rotatives où couleurs et dessins se mélangent et se joignent pour former une variété inouïe de modèles, répondant aux goûts les plus difficiles. Longuement, le Mwami se fait expliquer le fonctionnement de ces « presses » féeriques, ainsi qu'il en sera devant la gigantesque machine à fabriquer le feutre.

    Comme il en est pour le Balatum, le papier se forme, lui aussi, en draperies pour le séchage. Les grosses bobines de papiers-peints gagnent la salle de gaufrage, et le travail de bobinettage et d'emballage. On longe les magasins de stock qui contiennent des millions de rouleaux. Quand on sait que le contrôle du papier-peint se fait à raison de 300 à 350 rouleaux à l'heure. et par bobineuse, que la quantité de matières premières traitées est de l'ordre de 300.000 kilos par jour, que tout ce qu'utilise l'usine est fabriqué sur place, que les Papeteries de Genval comptent des usines en, Hollande, en Allemagne, en Suisse, en France, en Angleterre, en Irlande, en Suède et aux Etats-Unis, on peut se rendre compte de leur importance dans l'économie du pays .

    Aussi bien, le Mwami, sa suite et les personnalités qui les accompagnaient, allèrent-ils de surprise en émerveillement, ne quittant qu’à regret les vastes usines des Papeteries de Genval.

    __________

    (1) Mwami : titre royal au Rwanda et au Burundi 
    (2) Le Miami Mwambutsa se rendit pour la première fois en Belgique en 1950. L’Europe l’impressionna beaucoup; ils pris conscience de sa forte position vis-à-vis des hautes autorités de la tutelle. Il en retint surtout que l’Europe était un incomparable lieu d’amusements bien fait pour occuper ses nom deux loisirs. Aussi, il se promit d’y revenir souvent (3)(4).
    (3) Le Mwami se trouvait en Belgique au plus fort de la question royale belge, bien que son voyage eut été remis à diverses reprises pour ce motif.
    (4) GHISLAIN Jean (ancien Administrateur de Territoire au Burundi), La féodalité au Burundi, in Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, Bruxelles 1970

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1623 | Panorama des Papeteries de Genval

    genval,papeteries de genval

    mai 1951 – Cette vue panoramique des Papeteries de Genval a été probablement prise à partir de l'avenue Gevaert. On distingue à l'horizon la rue de l'Institut et le château d'eau de Rixensart. A l'avant-plan, encaissé dans la rue du Vallon, le Collège Notre-Dame des Trois Vallées ne dévoile que ses toits. Au centre, on reconnaît la Perche.

    Photo-légende (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    genval,papeteries,perche

    Collection | DELBRASSINNE Dominique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Les Papeteries de Genval en travaux

    genval,papeteries

    A partir de 1951, d’importants travaux sont entrepris dans les Papeteries de Genval. Un nouveau bloc est achevé, comprenant de plus vastes laboratoires de recherches et d’essais semi-industriels. Une salle de fête communautaire y est inaugurée en présence de familles du personnel, d’un ministre et de diverses personnalités patronales.

    En 1952, on procède à Genval à l’installation d’une chaudière auxiliaire au mazout, à la construction d’un vaste magasin et d’un garage annexe.

    1953 voit s’allonger la machine II à Kraft-ciment, monter un deuxième Défibrator et une deuxième turbine de 5000 KW (1).

    __________

    (1) DOTREVILLE, Papeteries de Genval 1904-1954

    Lire la suite

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1575 | Commandeur de Saint-Grégoire le Grand

    20161214. 1951 15 décembre Monseigneur Suenens remet à Jean Lannoye la Cravate de Commandeur de St Grégoire le Grand c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    15 décembre 1951 - Monseigneur Léon-Joseph Suenens (1) remet à Jean Lannoye, administrateur délégué des Papeteries de Genval, la Cravate de Commandeur de l'Ordre Pontifical de Saint-Grégoire le Grand (2).

    La création de cet Ordre remonte à Grégoire XVI. Ce Pontife l’établit par Bref du 1er septembre 1831 dans le but de récompenser les actes remarquables des sujets des Etats de l'Eglise (3).

    C'est l'ordre conféré ordinairement pour services politiques de défense des États pontificaux. L'ordre est conféré à des catholiques (dans de rares cas à des non-catholiques), en reconnaissance de leur service à l'Église, de travaux inhabituels, de soutien au Saint-Siège, de leur bon exemple dans leurs communautés et pays.

    __________
    (1) à l'époque évêque auxiliaire du cardinal Van Roey
    (2) En août 1925, Auguste Lannoye, père de Jean, fut reçu Chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire le Grand (distinction remise par l'Abbé Mottard)
    (3) L'insigne de l'Ordre porte une représentation de Saint Grégoire sur l'avers et au revers la devise « Pro Deo et Principe » (Pour Dieu et le prince). Il est suspendu à un ruban rouge et or (Wikipedia).

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Cinquantenaire des Papeteries

    1528. 1954 3 octobre visite de l'usine par Monseigneur Suenens (Cinquantenaire des Papeteries) c Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart)_2.jpg

    3 octobre 1954

    Précédé de Jean Lannoye, administrateur-délégué des Papeteries de Genval, et accompagné de Marie Stévenart, veuve d'Auguste Lannoye, Monseigneur Léon-Joseph Suenens, à l'époque évêque auxiliaire du cardinal Van Roey, visite l'usine. Rangés comme à la parade, les camions de l'usine arborent la publicité Balatum partout.

    Avant-propos

    Les Fêtes commémoratives du Cinquantenaire des Papeteries de Genval furent célébrées

    - sur le site de Mont-Saint-Guibert, le 26 septembre 1954 : visite d'usine, match de balle pelote entre les équipes des usines de Genval et Mont-Saint-Guibert, départ du ballon pour le Rallye-Ballon, café-concert et bal.

    - sur le site de Genval, les 2, 3 et 4 octobre 1954 : dîner et grand’messe à la Salle des Fêtes, dépôt de fleurs aux monuments de l’usine, visite de l’usine, exposition des travaux d’agrément, exécutés par des membres du personnel, séance académique et remises des décorations, réception, séances récréatives suivies de bals, match de football organisé entre des équipes de vétérans, kermesse flamande.

    J’édite et commente ce reportage inédit découvert dans le patrimoine iconographique de la famille Lannoye (cliquez sur 'Lire la suite'). Les Archives de l’Etat à Louvain-la-Neuve en seront les dépositaires. Cliquez sur 'Lire la suite' et découvrez les 21 photos inédites 

    Eric de SÉJOURNET 

    Lire la suite

    Collection | de WALQUE Vivien, FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1386 | Panorama de Genval-lez-Eaux

    genval,papeteries de genval,chemin de fer,la grande bruyère

    < novembre 1909 - On distingue à gauche en A2 la Grande Bruyère et les Papeteries de Genval. Au milieu sur le talus, on devine le futur tracé de l’avenue Albert Ier. Et sur l’avant-plan, la trouée du chemin de fer. La photo a dû être prise à partir de l’hôtel Bigaré (hôtel du Parc) ou de ses environs.

    Collection | GODIN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1231 | La Papeterie

    genval,papeteries de genval

    1913/1925 - «L’industrie du papier peint remonte à la plus haute antiquité. Depuis les temps les plus reculés, les Chinois étaient passés maître dans l’art de peindre les papiers à la main» (1). «Vers l’an 1600, nous voyons apparaître en Europe occidentale de ‘fabricants de papiers destinés à la tapisseries et autres ornements’. Grâce à l’impression à la planche au 18ème siècle, puis à la production mécanique au 19ème siècle, le papier peint prit une extension considérable. Fondée en 1913, la division des Papiers Peints ‘Genval’ s’est affirmée durant l’entre-deux guerres et a pris un essor qui la situa aux premiers plans en Belgique et en Europe" (1).

    __________
    
(1) DOTREVILLE - Les Papeteries de Genval 1904-1954

    Collection | PATRIMOINE RIXENSARTOIS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 694 | S.A. Papeteries de Genval N.V.

    1939 USINES PAPETERIES DE GENVAL  c JCR CCB.jpg

    1939 - Dans les années 50, les Papeteries de Genval employaient plus de 2500 personnes. Avec sa clinique maritime de Coq-sur-Mer, son école libre à La Hulpe, son église de Maubroux, ses maisons ouvrières... les Papeteries de Genval représentaient un splendide exemple de la «période paternaliste», écrit Eric Meuwissen (1). « Il faut aussi savoir qu'elles ont joué un rôle précurseur dans de nombreux domaines. Que l'on pense à ses produits aussi originaux que le Balatum ou le papier Kraft. En matière sociale, la firme a instauré des conseils d'entreprise et même une mutuelle bien avant que cela ne soit obligatoire ».

    -----
    (1) MEEUWISSEN Eric, Le Soir, 7 novembre 1998

    Verso datant de 1933

    genval,papeteries 

    Collection Cercle d'Histoire de Rixensart 

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 596 | Les Papeteries de Genval

    genval,papeteries

    Vue aérienne des Papeteries de Genval (S.A.) - C'est en 1904 qu'Auguste Lannoye, originaire de Corroy-Le-Grand, décide d'installer dans le hameau de Maubroux, une papeterie qui va marquer Genval durant 76 ans. L'industrie papetière se développe rapidement et la société anonyme des Papeteries de Genval est créée en 1911. Elle produit des papiers d'emballage, papiers peints et à partir de 1923, un couvre-sol, le Balatum, dont la renommée dépassera nos fontières grâce à une machine à triturer. Auguste Lannoye fut bourgmestre de Genval durant 12 ans (XV).

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 466 | Papeteries de Genval

    genval,papeteries,avenue franklin roosevelt,colline du glain,rue de rixensart

    Vers 1960 - Internationalement connues pour la fabrication du balatum, les Papeteries de Genval cessèrent leurs activités en 1980, "après avoir procuré du travail à des milliers d'employés et d'ouvriers presque tout au long du 20e siècle", raconte Monique D'haeyere.

    Sur le parking, on reconnaît des voitures construites au début des années 60, telles qu'une VW Coccinelle 1959, une Opel Kadet ou encore la DKW Junior d'Autounion. Derrière ce parking passe l'avenue Franklin Roosevelt (venant de Rixensart) qui devient l'avenue Albert I. Et dans la prolongation de la Colline du Glain (A3) se dessine la 'rue de Rixensart' qui mène à Maubroux.

    genval,papeteries,avenue franklin roosevelt,colline du glain,rue de rixensart

    2010 © Monique D'haeyere

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 433 | Pont sur la Lasne

    C28. Papeteries de Genval Collection Cercle d'Histoire de Rixensart.jpg

    Vers 1962 - Pont sur la Lasne près des Papeteries de Genval (vue aval).

    'Pour la première fois depuis un demi-siècle, la Lasne a retrouvé la lumière ... en juillet 2011', se réjouit Bruno Marchal, président de l’asbl Plumalia et membre du Plan Communal du Développement de la Nature (voir ses photos ci-après).

    genval,ponts,la lasne,papeteries 

     

    genval,ponts,plumalia,la lasne,papeteries

     

     

     

     

     

     

     

    7.2011 © Bruno Marchal

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Visite royale aux Papeteries de Genval

    genval,papeteries,roi baudouin,visite royale,papeteries de genval

    21 février 1962 | André de Walque salue le Roi Baudouin,
    en visite aux Papeteries de Genval
    coll. Vivien de Walque

    « Mon père était directeur aux Papeteries et a servi de relais entre le Palais et les Papeteries pour l’organisation pratique de la visite. Visite annoncée deux, trois jours avant. Jeunes gamins, mon frère Laurent et moi-même étions dans le bureau de mon père dans l’usine et avons suivi de près cet évènement. Tout à droite sur la photo, Charles Loos, le directeur général de l'époque, père de l'actuel Charles Loos, jazzman bien connu », raconte Vivien de Walque, fils d'André.

    André de Walque est aussi l'auteur du livre "Un siècle à Bourgeois 1877-1977", reconstituant « une partie de l'histoire d'un petit hameau qui a toujours tenu à garder une certaine distance avec son centre administratif et jadis religieux ».

    DOCUMENT EN LIGNE ⤷ Papeteries de Genval, 21 février 1962 (articles La Dernière Heure et Le Soir)

    Lire la suite

    Collection | de WALQUE Vivien, JACQUET Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 335 | Démolition des Papeteries de Genval

    Démolition Papeteries de Genval 1978 © Marc Devillé.jpg

    1978 - Démolition des Papeteries de Genval. 

    Début 1989, le site des anciennes papeteries de Genval fut déclaré "zone de désaffectation industrielle et de rénovation. Cette appellation nouvelle, qui ne signifie ni expropriation ni classement, est dictée par le besoin urgent de stopper l'occupation sauvage de ce site, véritable chancre que l'échevin Claude Delcroix n'hésite pas à comparer à Beyrouth.... S’y développent des activités qui échappent à tout contrôle. Il est temps d'y mettre bon ordre et d'envisager d'une manière globale la destination de ce vaste chantier" (1).

    __________
    (1) BURNY Joëlle, Le Soir, 23 mars 1989

    genval,papeteries genval,papeteries

    2.2010 © Monique D'haeyere                                                 4.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | DEVILLÉ Marc Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 286 | Jean Lannoye, un 'patron social'

    1979 avant Jean Lannoye © Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart).jpg

    avant 1979 - Fils d’Auguste Lannoye et Marie Stévenart, Jean Lannoye naît à Genval le 23 juillet 1906.

    « À Genval, le nom des Lannoye évoque une dynastie d’industriels ayant assuré le développement de ce qui n’était à l’origine qu’un atelier artisanal. Charles est à l’origine de la saga des papetiers, au XIXe siècle. Son fils, Auguste, fonde une fabrique à papier en 1904 et, grâce au succès du balatum, dès les années 1930, déploie ses activités à l’étranger (...). Ingénieur technicien diplômé (en 1929) de l’École supérieure de Liège qui deviendra l’Institut Gramme, Jean Lannoye reprend le département 'publicité' de la SA des Papeteries de Genval dans l’entre-deux-guerres », écrit en septembre 2012 Paul Delforge de l’Institut Destrée sur le portail wallonie.be (1). Jean Lannoye a été très impliqué dans le mouvement catholique où son esprit d’entreprise s’est aussi manifesté. Membre de l’Association catholique de la Jeunesse belge, il va fonder un journal local, 'L’ouvrier', qui se transforme en un hebdomadaire paroissial, 'Dimanche', qui tire à plus de 100.000 exemplaires avant 1940.

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale Jean Lannoye met en place les premiers conseils professionnels. Grâce à son rôle précurseur, - ce n’est qu’en 1948 que le cadre légal pour les conseils d’entreprise est voté, il est qualifié être 'un patron social' (2).

    En 1950, il lance l’'Édition locale' qui connaît lui aussi un certain succès et où il signe de nombreux éditoriaux. Par son premier mariage, il est proche de la famille famennoise des Hanin, mandataires du parti catholique. Impliqué dans les milieux d’affaires catholiques, cheville ouvrière de l’Office belge pour l’accroissement de la Productivité (il en est le premier président), Jean Lannoye défend une politique de libre entreprise, et contribue à la naissance d’une commission nationale au sein du patronat catholique, la FEPAC (1964). Administrateur de la Société générale de Banque (1963-1975), Jean Lannoye s’intéresse encore à la question de la décentralisation économique et n’entend pas laisser sa définition aux seuls milieux syndicaux. (1)

    On doit la fondation de l’Union Wallonne des Entreprises (U.W.E.) non seulement à la réunion de 3 chefs de grosses entreprises mais surtout à la volonté et la décision de 3 hommes à la forte personnalité : Léon Jacques (président-directeur général des Carrières de Quenast, qui, parce qu'il est à la fois au C.E.W. et vice-président de la F.I.B., est d'une part sensible aux problèmes de la Wallonie et se rend compte d'autre part que les patrons doivent s'organiser au point de vue régional), Jean Lannoye (président des Papeteries de Genval, qui lance un véritable défi pour le relèvement de la Wallonie) et de M. Charles Isaac (à l'époque administrateur délégué des Ateliers Belges Réunis 'A.B.R.'), qui connaît bien les problèmes des organisations patronales au point de vue régional)(3).

    Le 26 novembre 1976, le Conseil des Ministres approuve la proposition d'octroi de la Commanderie de l'Ordre de Léopold II à M. Jean Lannoye, président de la S.A. 'Les Papeteries de Genval'(4).

    Jean Lannoye s’éteint à Genval le 28 décembre 1979.

    
__________
    (1) DELFORGE Paul (Institut Destrée), Jean Lannoy, portail Wallonie.be, septembre 2012 
    (2) G. Cornez, La mise en place des premiers conseils d'entreprise aux Papeteries de Genval (1914-1955), Wavriensia, XXXVI, 1987, pp. 1-28.
    (3) Courrier hebdomadaire du C.R.I.S.P., Les organisations patronales régionales en Wallonie et à Bruxelles, C.H. n° 571 du 15 septembre 1972
    (4) Conseil des Ministres - Affaires Economiques - Procès verbal n° 151 du vendredi 26 novembre 1976.

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017