parc communal

  • 1681 | Léon Brion

    1681. Léon Brion garde du Parc communal devant la sa maison avenue Grimberghe c Liliane Brion 1.jpg 

    Léon Brion et son chien Berger Diane posent devant la maison familiale, sise avenue Grimberghe à Rixensart. A la retraite, cet ancien inspecteur de police à Ixelles, fut le garde du Parc communal et responsable de la conservation de l’étang Gillet. Il succéda à M. Puttevilles et accomplit cette tâche jusqu'en 1964.

    Collection | BRION Liliane Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1206 | Le Calvaire

    rixensart,calvaire,parc communal,jean-pierre ghysels

    L’oeuvre finale du sculpteur Jean-Pierre Ghysels fut érigée à l’angle de l’entrée de la maison communale et de l’avenue de Merode. L’asbl Hommes et Patrimoine (III, p. 46 et 47) en fait la description : « Les personnages sont en cuivre battu, d’une hauteur de 2,30 m. Sur un socle en briques, haut de 1,55 m est dressé la croix; de part en d’autre du socle, une console porte les statues de la Vierge et de saint Jean. La hauteur totale de l’ensemble est d’environ 5 m (…). La croix semble un fléau de balance immobilisé au centre, entre l’affliction et l’espérance. Les lignes des personnages sont dépouillées.

    Ce monument commémore les missions paroissiales de 1954. Il a été entièrement payé par les paroissiens des églises Saint-François-Xavier du Bourgeois et Sainte-Croix de Rixensart, avec le produit des collectes organisées au cours de la mission. La bénédiction du monument eut lieu le 23 avril 1954 ».

    rixensart,calvaire,parc communal,jean-pierre ghysels 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    7.2008 © Eric de Séjournet 

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1177 | Le Calvaire

    rixensart,calvaire,avenue de merode,parc communalProjet d’un calvaire commémorant la ‘mission de 1954’ dans les paroisses de Bourgeois et de Rixensart - Croix en béton (5 m 25), personnages en cuivre battu (1 m 90) - Auteur de la maquette : M. Jean-Pierre Ghysels, dinandier-ciseleur à Bruxelles.

    L’oeuvre finale fut érigée à l’angle de l’entrée de la maison communale et de l’avenue de Merode.

    L’asbl Hommes et Patrimoine (III, p. 46 et 47) en fait la description : « Les personnages sont en cuivre battu, d’une hauteur de 2,30 m. Sur un socle en briques, haut de 1,55 m est dressé la croix; de part en d’autre du socle, une console porte les statues de la Vierge et de saint Jean. La hauteur totale de l’ensemble est d’environ 5 m (…). La croix semble un fléau de balance immobilisé au centre, entre l’affliction et l’espérance. Les lignes des personnages sont dépouillées ».

    Collection | de WALQUE Vivien Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Les Sphinges du Château du Héron

    rixensart,château du héron,maison communale

    1974 | Les deux sphinges du château du Héron,
    photographiés par Juliette Gardesalle
    coll. Paul Tagnon

    Une large terrasse bordée d'une balustrade en pierre s'avance au rez-de-chaussée du château du Héron. L'entrée de celle-ci est surveillée par des sphinges (1), en pierre blanche, reposant sur des piles.

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Les Sphinges du Château du Héron

    __________
    (1) sphinge : statue colossale à tête droite, à face d'homme ou de bélier, de faucon, et à corps de lion, en position couchée, les pattes allongées parallèlement, représentant un roi ou une divinité, symbolisant la fécondité, la force protectrice, la sagesse, et qui se trouve généralement placée devant les temples (isolée ou en files). 

    rixensart,château du héron,maison communale

    4.2014 © Monique D'haeyere

    Lire la suite

    Collection | TAGNON Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1087 | Les Etangs

    1542 - Les Etangs (étang Gillet) ligne chemin de fer 1932 Rixensart c JCR Martin.jpg

    1932 - L'étang Gillet fait partie du Parc communal de Rixensart. En 1979, André Weicher décrit ce lieu avec beaucoup de poésie :

    Il est déroutant, le parc de Rixensart.

    Avec ses sentes qui s'entrecroisent, se cherchent sous les frondaisons, s'interpellent, se perdent, pour se retrouver un peu plus loin et sauter un ruisseau.

    Quelle variété d'arbres. Des chênes aux feuilles digitées qui, en ce matin de novembre, tombent peu à peu dans les taillis et la boue des chemins. Des bouleaux qui respirent mal et cherchent la lumière depuis des années. Des sapins alignés comme pour la parade et qui font silence lorsque vous marchez sur leur tapis d'aiguilles. Des peupliers qui fleurent bon l’humus et qui, eux aussi, pleurent leurs feuilles dentelées ... Et tant d'autres encore ...

    Déroutant par son étang qui apparaît, soudain, au détour du sentier. Quelques canards y trouent la rouille et le jaune des arbres qui s'y mirent, traînant un long sillage fin qui fait trembler, pour quelques instants, le calme de l'eau. Surplombant l'étang, une maison remise à neuf. Ses persiennes brunes font éclater la blancheur de ses murs. Un sentiment de solitude et de paix se dégage de la maison vide. Le silence du site n'est troublé que par les cancans des canards et le pépiement des oiseaux d'automne. Nul autre bruit ne perce le rideau épais des arbres. Et pourtant, la cité est tout autour, à deux pas. De temps à autre, une feuille se détache d'un arbre, virevolte, hésite, avant de venir mourir, légère, au pied de l'eau.

    Elle est étrange, cette maison blanche au milieu de la brume rousse des bois. Qui dira un jour son histoire ?

    Faire le tour de l'étang est aisé. A l'extrémité du parc, un grillage. Et un pont qui supporte le chemin de fer et qui proclame, en lettres de feu, le droit ancestral à la grève. Déroutante, vraiment, cette promenade dans le parc de Rixensart ...

    Retour à la civilisation par la 'drève' des peupliers. Le chemin est gluant. La sente s'imprime de l'empreinte gaufrée de roues de motos. De-ci de-là, une trace d'un pas qui a glissé. Et toujours cette odeur qui vous prend. Cette odeur de novembre, humide et âcre. Quelques pas encore et vous apparaît une trouée plus claire. Le sentier caillouteux remonte vers l'air pur. Pourquoi est-il barré sur le dessus par deux tas de gravier et de sable? La pelouse de la maison communale s'enfonce sous vos pas, délicieusement verte. Derrière, en-dessous de vous, le parc sombre s'est refermé. Quelques oiseaux chantent. Un train glisse dans le lointain. Un coup de risée secoue les branches des arbres. Des cris d'enfants montent, étouffés. Le parc, peu à peu, s'éloigne. Il se retrouve seul avec ses sentes boueuses, son étang ridé, ses canards et son étrange maison blanche aux persiennes brunes. En approchant de la grande maison commune, au milieu d'un parterre, quelques lupins roses et un bouquet blanc de marguerites vous accueillent, en souriant.

    C'est l'automne, pointant…

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1030 | Croix d'occis

    rixensart,pèlerin,croix d'occis,cerisiers,parc communal

    2008 - Croix d'occis dans le Parc communal à Rixensart.

    Selon Paul Buffin (I, p. 65) "presque en face de la ferme du Pèlerin, dans le talus, à l'aboutis de l'avenue des Cerisiers, se trouvait une croix, transférée dans le parc communal. Cette croix rappelle un drame de jadis : CE FVT MEVRDRE 3 DE JVIN TAN PETIT PRIE DIEV POVR LVI 1622".

    Détail

    Croix d'Occis 2011 © Cedric Muscat.jpg

                                                     2011 © Cedric Muscat

    rixensart,pèlerin,croix d'occis,cerisiers,parc communal

    4.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 887 | Fêtes de septembre

    19740922 La Sarabande (Maison communale) © Jean-Claude Renier.jpg

    22 septembre 1974 - Fêtes de septembre autour de la Maison communale de Rixensart. Démonstration de danses folkloriques par le groupe "La Sarabande", dirigé à l'époque par Paul Spinoit. 

    rixensart,fêtes de septembre,la sarabande,la guitarelle,walcoteux

    Photo 2 : A droite on aperçoit, de dos, Jean-Paul Declercq habillé pour la circonstance avec pantalon noir et bottes claires. La Sarabande s'est scindée en deux à une certaine époque et ceux qui l'ont quittée ont porté le nom "Walcoteux". Les deux groupes ont cessé d'exister en 1985. 

    Photo 3 : En habit médiéval, Raymond Chardome vient d'interpréter un chant de la pré-renaissance avec la chorale "La Guitarelle" qu'il dirigeait.

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Parc communal

    Parc Communal Château du Héron Maison Communale de Rixensart (neige) 12.2014 © Eric de Séjournet - 18.jpg

    décembre 2014 - Sur cette photo panoramique prise dans le Parc communal, on reconnaît de gauche à droite l'Antenne de Police de Rixensart, la croix d'occis (1), le kiosque à musique, le château du Héron et sa façade Ouest (2) et le Monument des Combattants.

    __________
    (1) portant la mention « ici fvt/mevrdri le/5 de jvin/jan petit/priez diev/pour lvi/16 22 »
    (2) 
    la maison communale se compose actuellement de quatre ailes entourant une cour couverte d'une verrière

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • Château du Héron, maison communale depuis 1950

    rixensart,chateau du heron,maison communale,1914-1918

    coll. Maggie Van Goethem 

    En 1910, la Société Immobilière de Rixensart, fondée en 1907 par les quatre filles héritières de la douairière du comte de Montalembert, née comtesse de Merode, vend à la famille Carton de Wiart le bois du Héron et d'autres parcelles, écrit Paul Buffin (1).

    S'inspirant du style Louis XV, le Château du Héron fut construit entre 1913 et 1914 par Albert Carton de Wiart. En 1917, Emile Schouten en devint propriétaire (2).

    En 1934, Monsieur Schouten se propose d'en faire don à la commune de Rixensart, avec 15 ares de terrain et accès à l'avenue de Merode. La province évalue le bien à 370.000 francs, les aménagements à 15.000 francs et marque son accord sur la cession. La commune dispose d'une somme de 30.000 francs provenant de la vente de terrains communaux, mais exige de Monsieur Schouten, en plus du château, une somme de 50.000 francs. En outre, certains conseillers communaux s'opposent au projet, prétextant que les commerçants des environs de la place communale seraient lésés par le déplacement des services communaux au château du Héron. L'affaire ne se fait pas.

    In fine, Emile Schouten cède le château à la comtesse Marie d'Aspremont Lynden en 1938 (1) (2). Le château du Héron, dont une statuette en bronze surplombant le faîte du toit précise le nom, consiste alors en un logis principal, les deux petites ailes en retour lui étant contemporaines ou plus tardives (3).

    Pendant la guerre, en 1941, les Allemands y installent la Kommandantur, c'est-à-dire, le poste de commandement de la troupe qui occupe Rixensart (2).

    En 1950, l'ancienne commune de Rixensart acquiert les 5 ha longeant les actuelles avenues F. Roosevelt, de Merode et des Pâquerettes et comprenant le 'château du Héron' dans lequel elle installe ses services (2).

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Château du Héron

    __________
    (1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996

    (2) Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart, A la découverte du Parc communal, Ed. Rencontres asbl, 1997
    (3) WALLONIE DGO Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie, Liste des biens repris dans l’Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel de la commune de Rixensart

    rixensart,chateau du heron,maisons communales,1914-1918

    4.2014 © Monique D'haeyere

    Lire la suite