peintre

  • 1473 | Exposition Louis Wilmet

    1932 janvier Exposition Willmet au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles (au fond l'hiver, à droite le printemps) © Fonds Lannoye (Ed. Rétro Rixensart) 1.jpg

    janvier 1932 - Le Genvalois Louis Wilmet pose devant ses oeuvres exposés au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. Au fond de la salle, les peintures sur le thème de l'Hiver, à droite celles du Printemps.

    Né à Fosse en 1881, écrivain, poète, journaliste, peintre, autodidacte, historien, Louis Wilmet s’installa à Genval en novembre 1924, année de son mariage, en mai, avec Marie-Rose Poncelet, artiste elle-même, originaire de Neufchâteau.

    En 1926, il peignit pour l’église Saint-Pierre de Genval-Maubroux, trois fresques du chœur représentant différents épisodes de la vie de Saint-Pierre. Elles ont aujourd’hui disparu sous un enduit. Louis Wilmet décéda en 1965 (II).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART |  LOUIS WILMET, peintre genvalois

    Collection | FONDS LANNOYE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 692. Pierre Thévenet

    genval,peintre

    "Au mois de mai 2002, Françoise Thévenet-Ducoffre rendait hommage à son père Pierre et ravivait la mémoire de ce dernier par une exposition de 35 de ses œuvres", raconte Philippe Jacquet. "Je garde un superbe souvenir de cette grande genvaloise avec laquelle j’ai eu le privilège de tomber en amitié. Françoise Thévenet, hélas aujourd’hui décédée, a résidé dès les premières années de sa vie et jusqu’à son décès, dans la maison occupée par son père de 1924 à 1937. La Charmille, tel est le nom de cette maison, est située le long du sentier Pierre Thévenet à Genval.

    Le choix de la Pommerage comme lieu d’exposition avait pour Françoise Ducoffre-Thévenet une profonde signification, empreinte d’émotion. Son père avait vécu à Genval de 1924 jusqu’à son décès, en 1937, et repose depuis au cimetière de Genval. Elle a toujours rêvé de voir la commune de Rixensart ouvrir un musée dédié à son père, dont elle possédait encore plus de deux cents œuvres à la Charmille (dispersées lors d’une grande vente à Bruxelles après son décès)… ce souhait n’a jamais reçu l’écho favorable nécessaire, et a donc hélas disparu avec elle". 

    L’une des plus belles œuvres du peintre (ma préférée), intitulée « La petite fille éblouie » (1928) était superbement mise en valeur à la Charmille. Elle campait la fille unique de l’artiste dans le jardin de la propriété, et nous montrait la vue plongeante qui existait à l’époque de cet endroit sur la vallée de la Mazerine et le village de la Hulpe. La famille Thévenet fut une grande famille d’artistes. Le grand-père de Françoise était baryton, et ses parents s’étaient rencontrés au théâtre de la Monnaie à Bruxelles, alors qu’ils lisaient tous deux une partition de Wagner. Pierre Thévenet était un grand amateur de musique, sa mère, Madeleine Renaud-Thévenet, était plutôt attirée par la parole.

    > Lire la suite ci-dessous 

     

    Lire la suite

    Collection | JACQUET Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017