politique

  • 1399 | Propriété J. De Becker

    genval,avenue gevaert,politique,villa là-haut

    Résidence du bourgmestre Julien De Becker, sise avenue Gevaert à Genval. La Villa Là-Haut est actuellement occupée par les Frères Maristes.

    Nommé par arrêté royal du 16 août 1907, Julien De Becker succéda à Jean-Baptiste Stouffs comme bourgmestre de Genval. « Poursuivant la politique de construction entreprise par son prédécesseur, il sera, à Genval, le « bourgmestre-bâtisseur » et la plupart des bâtiments publics (1) réalisés dans la commune le furent sous son égide, durant l’immédiate avant-guerre 1914-1918 », écrit Roger Ghyssens (II). Négociant en vin, il était intéressé par l’exploitation des Eaux minérales de Genval et fut présent dans la Compagnie fermière. Le 23 décembre 1926, il présidera pour la dernière fois le Conseil communal.

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | VILLA LA-HAUT, politique et cléricale

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Frères Maristes 

    _____
    (1) Presbytère de Genval, Maison communale de Genval

    genval,gevaert,maristes,bourgmestre,de becker 

    mars 2013 © Monique D'haeyere

    Collection | DE THAEY Imelda Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 818. Léopold Gilson

    1025. Léopold Gilson c Jean-Claude Renier.jpg 

    «Régisseur des princes de Merode, agent immobilier, Léopold Gilson donna à la commune l’essor qu’on lui connaît actuellement», souligna Albert de Walque (XIX, p.34). Bourgmestre de Rixensart de 1953 à 1970, «il cumula tous les pouvoirs dans l'îlot féodal que fut le village du temps de la splendeur des princes de Merode», écrit Eric Meuwissen le 15 mars 2002 dans Le Soir (1).

    «Léopold Gilson semblait prédestiné puisqu'il était né en 1906 dans l'ancienne maison communale place Albert Ier. Par la suite, il façonna la commune d'avant la fusion. Il était aussi le fondateur du Clair Logis (logement social) et c'est sous son maïorat que fut construite la maison de repos le Val du Héron, tandis qu'il lançait le dossier du complexe sportif».

    «Comme régisseur des Merode, Léopold Gilson avait succédé à son père en 1927. Il fit partie de la longue dynastie des régisseurs-bourgmestres catholiques de la famille. Jusqu'en 1920, les Merode ne résidaient pas à Rixensart. Ils déléguaient leur pouvoir à un régisseur. Il y en eut toute une série qui cumulèrent leurs fonctions avec celle de bourgmestre. Ainsi au XIXe siècle, le bourgmestre était un des principaux fermiers de la famille. C'était l'époque où les Merode contrôlaient 63 % de la superficie du village (537 ha!). Au siècle suivant, le régisseur-bourgmestre habite carrément le château. Paul Terlinden (1884-1917) tient alors tout le village dans sa main. Et gare aux éléments suspects de libéralisme ou pire de... socialisme».

    «Avec le retrait de Léopold Gilson, les Merode perdirent leur dernier régisseur-bourgmestre et leur pouvoir sur cet îlot féodal que constitua longtemps la commune. Il faut dire que leur propriété s'est réduite au fil des lotissements successifs. Léopold Gilson se souvient que les Merode ont commencé à vendre à partir de 1930. Après la guerre, on a continué à beaucoup vendre (quartier du Beau Site, quartier Royale, RIT...)».

    En 2002, «il ne leur reste plus que... 140 ha sur Rixensart. A cela s'ajoute une centaine d'hectares sur Limal. Un espace sur lequel la famille rêva un moment de créer un golf de prestige».

    -----
    (1) MEUWISSEN Eric, Léopold Gilson, le dernier régisseur-bourgmestre des Merode, vient de décéder, in Le Soir, 15 mars 2002

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 723 | Elections communales de 1938 à Genval

    genval,élections communales,union communale

    16 octobre 1938 - Extrait du tract de l’Union Communale (commune de Genval) : "Les candidats de la liste de l’UNION COMMUNALE ont l’honneur de solliciter vos suffrages. Voici les principes fondamentaux qui régiront leur activité communale :

    1. - S’inspirer de l’exemple du regretté Bourgmestre, Monsieur Auguste LANNOYE, pour se dévouer avec clairvoyance et désintéressement à la gestion du bien commun.
    2. - Sauvegarder la situation financière, l’améliorer encore si possible, de façon à réduire les impôts communaux, qui sont déjà les plus bas du Brabant Wallon.
    3. - Favoriser le commerce, le bâtiment et toutes les occasion de travail, en perfectionnant encore notre voirie et en attirant la clientèle extérieure.
    4. - Veiller à ce que nos écoles continuent à procurer aux enfants une forte instruction ainsi que l’éducation morale et physique qui assureront leur avenir et la fierté de leurs familles.
    5. - Tenir compte de toutes les revendications légitimes et de toutes les suggestions utiles, d’où qu’elles viennent, de façon à satisfaire les intérêts particuliers dans le cadre du bien général".

    Collection | CERCLE d'HISTOIRE de RIXENSART Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017