rue de l'église

  • 1376 | Les Buissonnets

    rixensart,rue de l'église,les buissonnets,fabrique d'église sainte-croix

    Cette ancienne maison paroissiale, dénommée « Les Buissonnets », était voisine de l'ancienne cure de Rixensart. Située en retrait de la rue de l’Eglise n° 36, elle prenait la forme d'une villa du début du 20e siècle, totalement cimentée (faux-joints appareillés) et décor de faux-colombages (XXIV). Elle fut très longtemps occupée par la famille de Léopold Gilson, régisseur du prince de Merode et bourgmestre de la commune de 1952 à 1970 (Paul Buffin, I, p. 19).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | LES BUISSONNETS, logis et maison paroissiale

    ◼︎ OBJECTIF RIXENSART | Les Buissonnets 

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    2.2014 © Monique D'haeyere

    rixensart,rue de l'église,villa les buissonnets 

    9.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1329 | Presbytère Sainte-Croix

    Presbytère Sainte-Croix © Hommes et Patrimoine

    1997 - Ancien presbytère de l'église Sainte-Croix, sise rue de l'Eglise à Rixensart (près du Château de Rixensart). "Dans un jardin enclos, presbytère en briques et pierre bleue, de la fin du XVIIIe s. belle porte Louis XV-XVI couronnée d’un fort larmier, qui épouse les courbes du linteau ; clé sculptée de feuillages, jambages en gorge, bases. Autres percements sans caractère. Oreilles, épis et bâtière de tuiles (1)".

    L'asbl Hommes et Patrimoine rappelle que "l'actuel presbytère est en fait la reconstruction aux environs de 1779, de celui qui fut incendié en 1678 par les troupes françaises".

    En effet, "venant de la place forte de Charleroi, une brigade commandée par le Ier brigadier de France, M. Lagalerie, se dirige en février 1678 vers nos contrées … Le 9 février, un capitaine et sa troupe débouchent dans Rixensart qu’ils livrent au pillage. Ils incendient tout d’abord une maison particulière, puis les bâtiments d’une ferme appartenant au comte de Bruay. C’est ensuite la maison du recteur du bénéfice Ste Croix qui est livrée aux flammes avec sa grange et ses dépendances … Quant à la maison des recteurs (lire le presbytère), il faut attendre un siècle pour qu’on la relève de ses ruines" (2).

    __________
    (1) PROVINCE DE BRABANT, Le Patrimoine monumental de la Belgique Vol.2, Arrondissement de Nivelles, Liège 1974, p. 485
    (2) GILSON Paul, Les incendies du château de Rixensart et les malheurs de la population pendant les guerres de Louis XIV, in Regards sur le passé de Rixensart-Bourgeois, Rixensart, pp. 103 à 114

    rixensart,rue de l'église,presbytère sainte-croix

    2008 © Eric de Séjournet

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1310 | Cercle catholique

    Cercle catholique 1995:1998 rue de l'Eglise © Hommes et Patrimoine.JPG

    1995/1998 - Ecole de la Source, anciennement Cercle catholique, rue de l'Eglise à Rixensart.

    "Construit en 1927, à l’initiative du comte Félix de Merode, le Cercle Catholique ou Salle des Oeuvres, fut le lieu de nombreuses activités", écrit Paul Buffin. "Théâtre, salle de réunions diverses et bibliothèque paroissiale. A partir de 1929 on y installa le Cinéma des Familles. Les samedis soirs et les dimanches, des films y étaient projetés. Le projecteur unique obligeait à de nombreux entractes (…). L’ouverture, en 1935, du cinéma du Centre mit fin à ces activités. Cependant des séances théâtrales s’y poursuivirent (…). Dans les années cinquante, le Ciné-Club fit revivre les plus beaux films du passé. En 1964, l’école Ste-Agnès crée une classe d’enseignement spécial. Elle s’étend, en 1970, avenue de la Rochefoucauld. L’Ecole de la Source devient une institution à part entière en 1972. Aujourd’hui le nombre de classes est porté à 13. Depuis 1991, elle occupe notamment l’ancienne salle du Cercle Catholique. L’enseignement qui y est prodigué, vise permettre à des enfants, souffrant de retards scolaires — divers ordres, de s’intégrer le mieux possible dans la vie scolaire ordinaire". (I, pp. 17 et 18)

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1293 | Presbytère Sainte-Croix

    1293. Presbytère Sainte-Croix Rixensart c Hommes et Patrimoine2.jpg

    Intérieur de l'ancien Presbytère Sainte-Croix, rue de l'Eglise à Rixensart 

    « La cure possède de belles boiseries : un escalier en spirale ; des portes où des éléments Louis XV voisinent avec des décors Louis XVI, comme on en créa aux environs de 1780-1800. On y relève les initiales A.I.N. La charpente primitive du grenier est conservée (1) ».

    __________
    (1) de BORCHGRAVE d'ALTENA J., Notes pour servir à l’inventaire des œuvres d’art du Brabant, Arrondissement de Nivelles, tome II, 1961, p.104

    rixensart,rue de l'église,presbytère sainte-croix rixensart,rue de l'église,presbytère sainte-croix

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1215 | Maison dite "Le Culot"

    rixensart,jack jefferys,rue de l'église

    La Maison dite 'Le Culot' (1) se trouve rue de l'Eglise 2B à Rixensart. Son année de construction s'affiche au-dessus de la porte d'entrée : 1782. Elle devrait donc faire partie de l'une des plus anciennes habitations de la commune (2). 

    Le peintre-céramiste Jack Jefferys y habita de 1940 à 1961. La Place Jack Jefferys porte son nom depuis 1962 (voir notice 834).

    Jack Jefferys naquit à «Ixelles le 21 août 1896, et décéda en 1961. De père anglais et de mère hollandaise, il opta pour la Belgique en 1913. Il fit la guerre de 1914-1918 dans l’armée belge. Aquarelliste jusqu’en 1944, il se consacra ensuite exclusivement à la céramique» (3). Selon Paul Buffin (I), Jack Jefferys fit également partie de l’Armée Secrète, sous l’autorité de James Thiriar, responsable de la section de Rixensart.

    __________
    (1) JACQUET Philippe in 'La Charmille', notice 709 de Rétro Rixensart
    (2) "Cette maison aurait été jadis l'Auberge Sainte-Anne. Avant Jack Jefferys, la maison fut occupée par les peintre Henriette et Alice Ronner. Henriette (1821-1909), peintre de chats par excellence, avait été l'élève de son père J.A. Knip. Les musées de Bruxelles et de Gand conservent certaines de ses oeuvres. Sa fille et élève,n Alice (1857-1906), peintre de natures mortes et de fleurs, a des toiles exposées dans les mêmes musées (...). Rien d'étonnant à ce que les Jefferys aient occupé cette maison. Jack Jeffferys, le céramiste, était le fils de Marcel Jefferys (1872-1924) peintre et élève d’Henriette Ronner. Marcel Jefferys, luministe à ses débuts, fut ensuite impressionniste. Il planta son chevalet en Hollande, à Londres, Paris, Venise et Florence. Turner et Whistler l’orientèrent vers d’autres harmonies de couleurs, plus vaporeuses. On pouvait le comparer à J. Ensor dans sa première période" (BUFFIN Paul, I).  
    (3) GEERT Robert, Jack Jefferys, Monographies de l'art belge, Bruxelles 1959

    rixensart,jack jefferys,rue de l'église 

    photo © Paul Gilson

    Collection | DELVAUX Anne-Marie Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 1074 | Rue de l'Eglise

    Rue de l'Eglise c Monique D'Haeyere - 1.jpgLa rue de l'Eglise à Rixensart date de 1775 et était déjà pavée en 1788. "Son nom n’a guère changé. De chemin elle est devenue rue, pourtant l’église n’était que la chapelle castrale" (I).
    Rue de l'Eglise 4.2014 © Monique D'Haeyere - 10.jpg 

    4.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 952 | Première maison et école communale de Rixensart

    Rue de l'Eglise 7 à Rixensart.jpg

    Première maison et école communale de Rixensart, rue de l’Eglise n° 7.

    En 1839, la Commune acheta enfin la maison des héritiers Devienne au-dessus de la rue de l’Eglise, au n° 7 actuel, pour en faire à la fois la maison communale, l’école (ndlr. la première école communale de Rixensart) et le logement de l’instituteur. En 1840 les plans, devis et adjudication permirent des travaux de transformation. Le tout fut terminé en avril 1841 (1).

    Dans la Belgique indépendante, suite à la loi de 1842, Jean-Joseph Delpierre entra officiellement en fonction comme instituteur le 11 juin 1843. Quarante garçons et seize filles fréqentèrent gratuitement l’école (2).

    «Pendant les dix années précédant 1839, les réunions du conseil communal s’étaient tenues au château. Un avis de 1875, avertit la population que le secrétaire communal, en l’occurrence l’instituteur, ne recevra les administrés, qu’un jour par semaine. En 1878, ce jour était fixé au mercredi. (...) L’administration communale et l’école quitteront l’endroit cette année-là pour de nouveaux locaux construits à la place actuelle de la Vieille Taille», écrit Paul Buffin (I).

    Rétrospectives

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | PREMIÈRES TRACES DE L'ENSEIGNEMENT, de 1606 à 1839

    ◼︎ RÉTRO RIXENSART | PREMIÈRE MAISON COMMUNALE, première école officielle 

    __________

    (1) GILSON Paul, Chronique d’une école 1840-1875-1925-2000
    (2) STORMACQ H., Synthèse d’un siècle d’enseignement à Rixensart, in Regards sur le passé de Rixensart-Bourgeois, 1960, pp. 22-27, pp. 42-44.


     rixensart,écoles,rue de l'église,première école communale de rixensart

    1.2015 © Monique D'haeyere

    Collection | GILSON Paul Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 813 | Procession rue de l'Eglise

    1020. Procession à Rixensart (rue de l'Eglise) 15 août 1950 ou 1960 c Marcelle Dupuis.jpg

    15 août 1950/1960 - A l’avant-plan, le garde-champêtre Herman Dupuis, avec ses gants blancs, précède la procession. Derrière les porte-drapeaux, on reconnaît les jeunes communiants, accompagnés des Sœurs avec leur chapeau à cornettes. Plus loin, après le virage, à gauche dans la montée, on découvre le flanc sablonneux du bois de la famille de Merode.

    Collection | DUPUIS Marcelle Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 744 | Les Buissonnets

    1120C. Les Buissonnets 1.2012 © Monique D'haeyere - 1.jpg

    janvier 2012 - Villa Les Buissonnets. Le bâtiment resta abandonné pendant plusieurs années, avant d'être mis en vente début 2010 par son propriétaire, la fabrique d’église Sainte-Croix. Il présenta toutefois un handicap, celui d’être dépourvu de fondations.

    Collection | D'HAEYERE Monique Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 690 | Presbytère Sainte-Croix

    rixensart,presbytère,cure,merode,de chair et de pierre2005 - La Cure Sainte-Croix près du Château de Rixensart

    En septembre 2005, l’asbl Hommes et Patrimoine annonca (2) que «la commune a décidé de vendre ce superbe bâtiment, repris au Patrimoine Monumental de la Belgique», en fait «sa plus belle maison (...) bourgeoise de la fin XVIIIe». Cet ancien presbytère du curé de l’église du château de Rixensart, « aux murs de briques espagnoles, possède un très beau porche Louis XV en pierre bleue». L’asbl estime qu’il lui semble peu admissible, que dans un tel cas, les citoyens ne soient pas consultés. Décidément Rixensart devient ‘l’exception a-culturelle’ de la Région wallonne».

    En mars 2006, Hommes et Patrimone (3) continua à penser que « la vente de ce patrimoine n’est pas une bonne chose. Bourgmestre et Echevins n’ont pas manqué de nous objecter qu’une restauration coûterait trop cher, qu’aucune affectation n’était possible et qu’une partie de l’argent récolté permettrait de reloger les jeunes, actuellement implantés dans les jardins de la cure ».

    En mars 2009, Hommes et Patrimoine souligna (4) : « Après un long moment de stagnation, il semble que le litige opposant la Commune aux Merode touche à sa fin. Grâce aux recherches de nos amis du Cercle d’Histoire, nous avons communiqué à la Commune un extrait cadastral et un relevé du cadastre d’imposition prouvant la propriété de la commune depuis le XIXe siècle. Cette dernière nous a témoigné une indifférence polie …».

    Trois ans plus tard, force est de constater qu'aujourd'hui le bâtiment continue inexorablement à se dégrader. Pourtant, au moment où la Wallonie organise sa 25ème édition des Journées du Patrimoine 2013, le site Internet de la commune (5) reprend l’ancien presbytère Sainte-Croix dans sa rubrique ‘curiosités touristiques’ et le décrit comme «une belle demeure de la fin du 18e siècle».

    rixensart,presbytère,cure,merode,de chair et de pierre

    Montage Rétro Rixensart : 1997 © Hommes et Patrimoine, 2005 © Jean-Claude Renier, 2008 © Eric de Séjournet, 2012 © Eric de Séjournet (cliquez sur le montage pour l'agrandir)

    -----
    (1) BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, 1996
    (2) HOMMES ET PATRIMOINE, La Note, septembre 2005
    (3) HOMMES ET PATRIMOINE, La Note, mars 2006
    (4) HOMMES ET PATRIMOINE, La Note, mars 2009, p. 2 
    (5) http://www.rixensart.be/index.php/component/content/article/114-infos/rixensart-generalites/230-rixensart-genval-et-rosieres-histoire-toponymie

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 518 | L'Eglise et le Monument du Comte Félix de Merode

    518. Monument Comte Felix de Merode Rue de l'Eglise 1936 c Francis Broche.jpg

    1936 - Rue de l'Eglise - "A l’origine ce monument était situé en face du château, au bout de la drève. Lorsque celle-ci devint publique, le monument fut déplacé pour occuper sa place actuelle", écrit Colette Pinson (VII).

    Il se dresse dorénavant à "l’intersection de la rue de l’Eglise et de la rue des Ecoles, face au château de Rixensart et à l’église Sainte-Croix" (1).

    __________
    (1) MARDAGA Pierre, Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1B, Pentagone E-M, 1993, p. 447

    Collection | BROCHE Francis Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 495 | Monument Comte Félix de Merode

    rixensart,merode,monuments

    1953 - Rue de l'Eglise

    Sur la stèle en pierre blanche est gravé un hommage au comte Félix de Merode (1) : « Comte Félix de Merode / Membre du Gouvernement Provisoire et du Congrès National en 1830 / Représentant de l’arrondissement de Nivelles de 1831 à 1857 (2) / Né à Maestricht le 13 avril 1791, Mort à Bruxelles le 6 février 1857 ».

    "Une des marches de l’escalier en pierre bleue porte la mention ‘Monument érigé par souscription publique’. La face antérieure du pilier de gauche affiche le nom de l’architecte ‘Ad. Debecker Arch. Rixensart’ tandis que la face latérale du pilier de droite affiche ‘F.J. Bouffioux Court-Saint-Etienne’ (probablement le nom du sculpteur ou de la firme qui a réalisé le monument)"(1).

    __________

    (1) MARDAGA Pierre, Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1B, Pentagone E-M, 1993, p. 447
    (2) Selon Eric Meuwissen, « c’est une erreur. Il ne le fut que de 1833 à 1857. De 1831 à 1833, il fut bien député, mais de Bruxelles » (Le Soir, 26 février 1991).

    rixensart,félix de merode,rue de l'église

    9.2016 © Monique D'haeyere

    Collection | RENIER Jean-Claude Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 231 | Monument Comte Félix de Merode

    rixensart,de merode,monuments,rue de l'église

    Rue de l'Eglise - "Monument commémoratif, situé aujourd'hui face à l'église Sainte-Croix, non loin de l'entrée du château de Rixensart. Il fut érigé en 1930 à la mémoire du 'COMTE FELIX DE MERODE'. Né en 1791 et décédé à Bruxelles en 1857, cet homme politique belge participa aux évènements de 1830. Nommé membre du Gouvernement provisoire et du Congrès National, il obtint ensuite plusieurs portefeuilles ministériels et fut nommé ministre d'État en 1831. Adoptant un style Art déco, le monument fut conçu par l'architecte 'Ab. Debecker Arch. / Rixensart', écrit Bénédicte de Ghellinck (XXI).

    rixensart,de merode,monuments,rue de l'église 

    8.2014 © Monique D'haeyere

    Collection | VAN GOETHEM Magguy Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 126 | Monument Comte Félix de Merode

    Rixensart monument Comte Félix de Merode © Eric de Séjournet.jpg

    2008 - "Une imposante stèle aux lignes géométriques, frappée d'un médaillon orné du profil comtal, domine les quelques marches d’accès" (XXI).

    "Sobre et géométrique, le monument est orné en son centre d’un médaillon en bronze représentant Félix de Merode vu de coté. La base de la stèle est ornée d’une frise de cannelures réminiscences de l’art gréco-romain. Il est précédé de deux courts piliers de section carrée portant, à gauche, le blason de la maison de Merode et le nom du comte Félix de Merode et, à droite, le blason et le nom de sa seconde épouse, Philippine de Grammont" (1).

    rixensart,félix de merode,monuments,rue de l'église

    12.2014 © Francis Broche

    __________

    (1) MARDAGA Pierre, Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1B, Pentagone E-M, 1993, p. 447

    Collection | de SÉJOURNET Eric Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 70 | Projet de transformation de l'ancien Presbytère Sainte-Croix

    Projet Presbytère Sainte-Croix Rue de l'Eglise à Rixensart (Notre Maison) (1).jpg

    Début avril 2017, la Commune de Rixensart annonça que la société Notre Maison avait introduit une demande de Certificat d’Urbanisme N° 2 (1) tendant à transformer et à agrandir l’ancien presbytère Sainte-Croix, sise rue de l’Eglise à Rixensart en vue d’y créer 11 logements à loyer modéré. La philosophie du projet est de valoriser le patrimoine historique de ce bâtiment en restaurant les 3 façades principales, et d’ajouter à l’arrière de la bâtisse une extension contemporaine adaptée au mode de vie actuel.

    Le 11 avril 2017, l'asbl Hommes et Patrimoine réagit en ces termes :

    "Nous pensions pouvoir nous réjouir de voir ce dossier, que nous suivons avec la Commune depuis 2005, trouver une solution dans le cadre du processus de la Région wallonne qui permet la création de logements sociaux lorsque qu’une société wallonne de logements restaure un bâtiment ayant une valeur architecturale.

    Hélas, l’avant-projet architectural du bureau ABR, proposé par la société Notre Maison, n’a plus grand chose à voir avec un aménagement réussi du territoire.

    Depuis des décades deux conceptions de la restauration s’opposent. Celle de Viollet-le-Duc qui restaure et/ou agrandit à l’identique et celle qui veut marquer l’intervention de l’architecte-restaurateur par une architecture différenciée de l’ancienne. Cette seconde tendance, à la mode aujourd’hui, ne présente pas toujours des réussites. Pour nous c’est le cas dans le cadre de l’agrandissement du presbytère.

    L’incrustation d’un cube recouvert de bois, dans un bâtiment datant de 1779 et repris dans « Le Patrimoine Monumental de la Belgique» (volume 2 - page 485), est sans doute une solution facile, mais porte atteinte, architecturalement et esthétiquement, tant au presbytère, qu’au château. En outre, il est manifeste que la notion de périmètre protégé autour d’un site classé, ici le château de Merode, patrimoine exceptionnel de Wallonie, a été escamotée.

    Nous ne sommes pas systématiquement opposés à la rencontre entre deux architectures, mais pas n’importe où.

    Nous ne pouvons que conforter la délibération du Collège du 22 mars 2017, qui considère que le permis ne peut être accordé en raison de :

    - l’art.330-2°-11° et 12° du Code wallon de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et du patrimoine ;

    - des 10 dérogations, au Règlement communal d’urbanisme, concernant l’aire 4 rurale, en zone de protection paysagère :

    1) profondeur du volume secondaire (bâtiment en bois) ;
    2) largeur de la façade du volume secondaire ;
    3) hauteur sous acrotère (muret en bordure de toiture) du volume secondaire ;
    4) toiture plate du volume secondaire ;
    5) maçonneries non traitées avec le même matériau ou la même combinaison de matériaux ;
    6) bardage en bois de plus de 40% de la superficie des façades ;
    7) emplacement de stationnement inférieur à un par logement ;
    8) absence de citerne à eau de pluie de minimum 6000 litres ;
    9) absence de local au dépôt temporaire des déchets ménagers ;
    10) première chambre du premier et du second étage inférieure à 14m2

    - des dérogations au règlement général sur les bâtisses:

    1) accessibilité et usage des espaces et bâtiments ou parties de bâtiment ouverts au public ou à usage collectif par les personnes à mobilité réduite ;
    2) absence d’emplacements de stationnement d’une largeur minimale de 3,30 mètres à proximité de la sortie du parking ou de l’entrée du bâtiment.

    Nous considérons également qu’édifier 11 appartements dans cette zone où, tant dans le noyau ancien de Rixensart (rue de l’Eglise, Hautfenne…), en dehors de la zone de centre, que des quartiers proches, on ne trouve que des maisons unifamiliales ou au maximum des maisons de 2 à 3 logements, est inadapté et constitue un précédent dangereux.

    Nous pensons qu’il y a parfaitement moyen de restaurer l’ancien bâtiment (ce qui est le point positif du dossier) et de l’agrandir de façon harmonieuse. Mais bien sûr cela suppose des contraintes architecturales et environnementales qui n’existent pas dans le cas de ce cube bardé de bois. Cube que l’on retrouve depuis des années dans la majorité des demandes d’extension, non pour sa qualité esthétique mais pour son coût moindre et son côté « vite fait-bien fait ».

    Actuellement se termine le bâtiment de l’ancienne école de Genval. L’association Hommes et Patrimoine, avec la collaboration du Cercle d’Histoire et du Comité de l’avenue des Combattants, avait obtenu de refaire la façade à l’identique. Le bureau Bodart a très bien réussi l’intégration de l’ancienne façade dans le nouveau bâtiment. Il est donc possible de marier ancien et moderne.

    Nous croyons que notre Commune a le droit d’avoir une architecture qui la valorise".

    Rétro Rixensart vous invite à participer à l'enquête publique en écrivant au Collège des Bourgmestre et Echevins - Maison communale - avenue de Merode 75 à 1330 Rixensart. Vous pouvez, vu le peu de temps qui reste, déposer votre lettre dans la boîte de la maison communale (porte en bois dans la façade latérale).

    En cliquant ici vous trouverez un modèle de lettre préparé par Hommes et Patrimoine que vous pourrez adapter. Attention après le 18 avril 2017 les lettres ne seront pas prises en compte.

     

    

__________

    (1) Un Certificat d’Urbanisme N° 2 a pour but de sonder la commune quant à un projet urbanistique. Le CU2 précède généralement la demande du permis d’urbanisme classique.

    rixensart,presbytère sainte-croix,rue de l'église 

    4.2017 © Monique D'haeyere

    Collection | HOMMES et PATRIMOINE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017