visite royale

  • 405 | Visite royale aux Papeteries de Genval

    genval,papeteries,roi baudouin,visite royale,papeteries de genval

    21 février 1962 - André de Walque salue le Roi Baudouin, en visite aux Papeteries de Genval.

    "Mon père était directeur aux Papeteries et a servi de relais entre le Palais et les Papeteries pour l’organisation pratique de la visite. Visite annoncée deux, trois jours avant. Jeunes gamins, mon frère Laurent et moi-même étions dans le bureau de mon père dans l’usine et avons suivi de près cet évènement", raconte Vivien de Walque, fils d'André. "Je reconnais tout à droite Charles Loos, le directeur général de l'époque, père de l'actuel Charles Loos, jazzman bien connu. On retrouve Charles Loos également sur la photo RR670".

    André de Walque est l'auteur du livre "Un siècle à Bourgeois 1877-1977", reconstituant 'une partie de l'histoire d'un petit hameau qui a toujours tenu à garder une certaine distance avec son centre administratif et jadis religieux'.

    DOCUMENT EN LIGNE > Papeteries de Genval, 21 février 1962 (articles La Dernière Heure et Le Soir)

    Collection | de WALQUE Vivien Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017
  • 352 | Visite royale aux Papeteries de Genval

    genval,papeteries,papeteries de genval,jacquet,roi baudouin

    21 février 1962 - André Jacquet salue le Roi Baudouin, en visite aux Papeteries de Genval.

    De gauche à droite : Jacques Verbesselt (Direction des exportations du papier), Joseph Pirard (directeur des services techniques), André Jacquet (directeur commercial), Jean-Marie Hanosset (direction division papier peint), S.M. le roi Baudouin, Charles Loos, directeur général.

    « Mon oncle André Jacquet était entré aux papeteries, appelé pour reprendre la direction commerciale exercée jusqu’alors par son père Ernest, décédé inopinément en 1950. André Jacquet y devint ensuite directeur administratif et financier et reprendra en 1966 la direction générale de deux usines du Groupe des Papeteries de Genval, celles de Châlons-sur-Marne (Grantil) et de Nancy. Il quittera le Groupe en 1971, pour reprendre la direction générale de la société Pégard Productis à Andenne (1971-1976) et terminera sa carrière en tant qu'administrateur-délégué de la Société Nationale de Transports par Canalisations pour le compte de la S.N.I. », raconte Philippe Jacquet.

    DOCUMENT EN LIGNE > Papeteries de Genval, 21 février 1962 (articles La Dernière Heure et Le Soir)

    Collection | JACQUET Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017